Le permis à points annoncé en Thaïlande pour janvier 2023

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 20/07/2022 à 00:00 | Mis à jour le 20/07/2022 à 06:35
Photo : Pierre QUEFFELEC (archives)
Barrage-police-740

La police thaïlandaise prévoit d’instaurer début 2023 le système du permis de conduire à points, dans l’espoir d’améliorer la sécurité routière en amenant les Thaïlandais à se discipliner, rapporte le Bangkok Post.

Selon le chef de la police de la route, le Général Ekkarat Limsangkat, cité par le journal en langue anglaise, le permis à points entrera en vigueur en Thaïlande le 9 janvier 2023 et comprendra 12 points qui seront retirés en cas de violation du code de la route. 

Les contrevenants pourront perdre entre un et quatre points par infraction, la plus grave étant la conduite en état d’ivresse, selon le général Ekkarat Limsangkat.

Une fois les 12 points épuisés, le permis sera suspendu pendant une période minimale de 90 jours, sachant que les points perdus seront restaurés 12 mois après leur retrait, a indiqué l’officier supérieur, qui rappelle que conduire sans permis en Thaïlande est passible de trois mois de prison et d’une amende pouvant aller jusqu’à 10.000 bahts.

Dans d’autres pays ayant déjà instauré le permis à point, le retrait de tous les points nécessite de repasser l’examen de maîtrise du code de la route ou, dans certains cas, tous les examens du permis de conduire.

La Thaïlande fait partie des pays dont les accidents de la route font le plus de morts chaque année, avec plus de 22.000 décès répertoriés par l’OMS sur l’année 2018, soit près de 2.000 par mois en moyenne.

Apprendre à conduire

Dans leurs efforts pour faire baisser la mortalité sur les routes, les autorités thaïlandaises sont souvent critiquées pour donner trop à la répression et négliger la pédagogie, alors que le code de la route thaïlandais s’est beaucoup modernisé au cours des dernières décennies.

Dans un pays dont la capitale à elle seule compte plus de 10 millions de véhicules privés enregistrés, les autorités rechignent en effet à imposer l’apprentissage de la conduite en auto-école comme prérequis pour obtenir le permis. Et l’examen lui-même reste relativement sommaire en comparaison avec d’autres pays, comprenant pour l’essentiel des tests d’acuité des réflexes et quelques manœuvres du véhicule à effectuer sur un circuit dédié du ministère des Transports.

Outre la question de l’apprentissage à la conduite et aux règles de la route, la Thaïlande souffre aussi d’un certain nombre de carences dans le domaine de la signalisation, de l’état et l’agencement des routes et de la voirie en général, ainsi que de l’application de la loi.

Même si le nombre de contrôles de vitesse et d’alcoolémie a fortement augmenté ces dernières années, il n’est pas rare de voir des infractions patentes au code de la route, comme des pick-ups surchargés de cargaisons de 3 voire 4 mètres de haut ou des véhicules roulant à contresens, commises devant des policiers sans que ceux-ci n’interviennent ni même ne sourcillent.

Au mois de mai, le gouvernement a fait passer un amendement à l’article 123 du Land Traffic Act qui rendra obligatoire à partir du 5 septembre l'utilisation d’un siège auto ou d’un coussin rehausseur pour les enfants jusqu’à 6 ans.

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale