TEST: 2238

Les voisins de l’usine chimique incendiée près de Bangkok reviennent chez eux

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 09/07/2021 à 00:00 | Mis à jour le 09/07/2021 à 02:36
Photo : REUTERS/Soe Zeya Tun
Une usine chimique pres de Bangkok Bangkok incendiee

Les riverains de l’usine chimique qui a pris feu en début de semaine dans la périphérie de Bangkok ont commencé à rentrer chez eux jeudi, tandis que des experts demandent un suivi rigoureux de la qualité de l'air et de l'eau eu égard au risque de pollution chimique.

Un pompier est décédé et au moins 33 personnes ont été blessées dans l'incendie lundi de l’usine Ming Dih Chemical, dans la province de Samut Prakan, à l’est de Bangkok.

Un réservoir de stockage contenant du monomère de styrène, utilisé pour produire de la mousse de polystyrène, a explosé provoquant l'incendie. Le styrène peut être mortel s'il est enflammé et mélangé à l'air.

L'année dernière, une fuite de styrène dans une usine du sud de l'Inde a tué 12 personnes, la plupart pendant leur sommeil, et fait des centaines de malades.

Les autorités thaïlandaises ont déclaré mercredi que les habitants vivant au-delà d’un rayon d'un kilomètre autour de l’usine pourraient rentrer chez eux.

Jeudi, le département de contrôle de la pollution a déclaré à Reuters que la concentration de styrène dans l'air se situait entre 8 et 20 particules par million (ppm) à moins de 1 km du site, contre 1.035 ppm lundi.

Le niveau de sécurité se situe sous les 20 ppm, tandis qu'une exposition à 1.100 ppm peut avoir de graves effets sur la santé humaine.

"L'air est sûr maintenant, car les polluants se sont dispersés et sont partis dans l'atmosphère", a déclaré Athapol Jaroenchansa, directeur général du département.

Il a ajouté que les autorités prélevaient chaque jour des échantillons d'eau et de sol, et que toute contamination devrait se résorber d'ici une semaine.

Cependant, l'experte environnementale des Nations Unies, Kakuko Nagatani-Yoshida, estime que les autorités devraient continuer d’effectuer sur le long terme un suivi des aquifères et des poissons, car le styrène se disperse généralement dans l'eau.

Selon elle, l'incident de lundi souligne la nécessité de meilleures réglementations de sécurité et de planification urbaine en Thaïlande et dans toute l'Asie.

"Le profil des accidents industriels ne fait que s'aggraver en Asie", a déclaré Nagatani-Yoshida, coordinatrice Asie du Programme environnemental des Nations Unies pour les produits chimiques, les déchets et la qualité de l'air.

Un résident de retour chez lui a déclaré à Reuters que le bilan effectué par les autorités sur la qualité de l'air l'avait encouragé à rentrer chez lui, à un peu plus de 4 km de l'usine.

"Mais cela ne veut pas dire que je ne suis pas inquiet vis-à-vis de la possibilité de futurs incidents, compte tenu de la médiocrité du gouvernement en termes de gestion de crise", a déclaré le résident qui a souhaité garder l’anonymat.
 

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale