Mardi 26 octobre 2021
TEST: 2238

Complot, manifs et débat de censure à Bangkok contre le Premier ministre

Par Lepetitjournal.com Bangkok avec Reuters | Publié le 03/09/2021 à 02:03 | Mis à jour le 03/09/2021 à 07:44
Photo : REUTERS/Chalinee Thirasupa - Les militants Chemises rouges, mouvement de soutien au parti Pheu Thai qui avait bloqué le centre de Bangkok en 2010, constituaient une bonne partie de la manif jeudi au carrefour Asoke
Des manifestants chemises rouges a Bangkok le 2 septembre 2021

Une nouvelle manifestation contre le Premier ministre a eu lieu mercredi à Bangkok alors qu’un débat de censure se déroule au Parlement sur fond de rumeurs de complot pour évincer l’ex-putschiste

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté jeudi dans le centre de Bangkok pour demander la démission du Premier ministre Prayuth Chan-O-Cha, et ont déclaré qu'elles reviendraient chaque jour jusqu'à ce qu'il quitte ses fonctions.

La manifestation, qui s’est déroulée à l'intersection d'Asoke dans le centre de Bangkok, fut l'un des plus grands rassemblements du genre cette année malgré l’avertissement de la police un peu plus tôt dans la journée rappelant que les manifestations sont interdites en raison des restrictions sanitaires contre le Covid-19.

Le mouvement de protestation contre Prayuth Chan-O-Cha démarré l’an dernier a gagné en intensité fin juin, alimenté par la colère populaire due à la crise économique et aux craintes vis-à-vis de l'aggravation de la situation épidémique du royaume.

Accusé de corruption et de mauvaise gestion

La Thaïlande a déploré 12.103 morts du Covid-19 depuis le début de la pandémie l'année dernière, soit environ 10 fois moins que des pays équivalents comme la France ou la Grande Bretagne. Toutefois, la quasi-totalité des décès sont survenus sur les cinq derniers mois.

Manifestation anti-gouvernement a Asoke dans le centre de Bangkok
Plusieurs milliers de personnes ont manifesté le 2 septembre dans le centre de Bangkok pour exiger la démission du Premier ministre Prayuth Chan-O-Cha. Photo REUTERS/Chalinee Thirasupa

Cette énième manifestation antigouvernementale intervient également alors que Prayuth Chan-O-Cha et cinq de ses ministres font l’objet d’une motion de censure qui est débattue au Parlement depuis mardi. L'opposition politique accuse le Premier ministre et les cinq autres ministres de corruption, de mauvaise gestion économique et d’avoir gâcher la capacité gouvernementale de réponse à la crise du coronavirus.

Prayuth et ses ministres ont rejeté les accusations de l'opposition et ont défendu leur approche devant les parlementaires.

Préparatifs en vue d'un changement de pouvoir

En principe, il devrait survivre sans trop de mal au vote de confiance prévu samedi, comme pour les deux précédents, compte tenu de la majorité parlementaire confortable dont jouit la coalition au pouvoir.

Mais aujourd’hui, le Premier ministre est décrié dans son propre camp au point que, dans la rue, certains de ses anciens supporters ultra-conservateurs ont rejoint les rangs des manifestants progressistes pour exiger son départ. 

Manifestation anti-gouvernement a Bangkok
Des manifestants font le salut à trois doigts lors de la manifestation du 2 septembre contre le Premier ministre Prayuth Chan-O-Cha, à Bangkok. Photo REUTERS/Chalinee Thirasupa

Et au sein de sa propre coalition des tractations politiques auraient lieu visant à faire sortir du jeu l’ex-chef de l’armée, comme le souligne aujourd’hui le Bangkok Post dans un article intitulé "Plot aims to oust premier".

Lepetitjournal.com a par ailleurs appris la semaine dernière qu’un important parti politique auraient déclenché des préparatifs en vue d’une éventuelle campagne électorale dans les tous prochains mois.

Maintenir la pression de la rue

Si Prayuth sort indemne du vote de confiance, les manifestants affirment qu'ils maintiendront la pression sur l’ancien chef de la junte qui dirige le gouvernement depuis le coup d’Etat de 2014.

"Les députés doivent choisir entre le peuple et Prayuth qui a échoué, causant des pertes et la mort de plus de 10.000 personnes", a déclaré Nattawut Saikua, l'un des principaux organisateurs de la manifestation et leader du mouvement des Chemises rouges qui avaient bloqué le centre de Bangkok pendant plusieurs semaines en 2010 pour protester contre un gouvernement soutenu par l’establishment actuel avant d’être délogés dans le sang par les militaires.

"Si Prayuth passe le vote de confiance et reste Premier ministre, nous continuerons de le pousser vers la sortie", a-t-il déclaré.

Alors que la manifestation à Asoke était pacifique, un petit groupe de manifestants antigouvernementaux a lancé des pétards et brûlé des pneus de voiture jeudi près de la résidence du Premier ministre un peu plus au nord dans la capitale.

0 Commentaire (s) Réagir