350 milliards de bahts pour ne plus revivre les inondations de 2011

Par La rédaction de Bangkok | Publié le 11/01/2012 à 00:00 | Mis à jour le 30/09/2021 à 04:42
Photo : Pierre Queffélec - Les mesures annoncées sont censées permettre à la Thaïlande de ne plus revivre la terrible crise de 2011
barrage-improvise-inondation-Thailande

Le Cabinet a approuvé hier une demande de prêt du gouvernement d'un montant de 350 milliards de bahts, destinés à des mesures censées prévenir de futures inondations à court terme et long terme. Cette annonce n'a pas convaincu l'opposition démocrate alors que de fortes intempéries et la possibilité d'une nouvelle crise sont d'ores et déjà évoquées pour 2012

Le Cabinet a approuvé hier un décret statuant que 350 milliards de bahts, soit 8,67 milliards d'euros, devront être investis dans les années à venir pour prévenir les inondations dans le pays. Selon le Bangkok Post, cette somme sera obtenue par le ministère des Finances via des demandes de prêts bancaires. Le gouvernement a donc suivi les recommandations du Comité stratégique pour la reconstruction et le développement futur (SCRF) publiées la semaine dernière.

Présidé par l'ancien vice-Premier ministre Prem Tinsulanonda, ce comité avait été mis en place par Yingluck Shinawatra le 8 novembre 2011 dans le but de repenser la gestion des ressources en eau et proposer des pistes pour la réhabilitation du pays dans la période post-crise. Lors d'une réunion organisée vendredi, à laquelle a assisté la Premier ministre Yingluck, le SCRF a présenté huit mesures, six à court terme et deux à long terme, censées améliorer la gestion de l'eau du pays, telles la constructions de barrages, de canaux et de terrains capables de retenir l'eau. Une agence spécialisée dans la gestion de l'eau et capable de prendre des décisions en urgence en cas d'inondations soudaines devrait être créée.

En 2011, le gouvernement avait monté à la hâte le Centre des opérations de secours des inondations (FROC) dont la compétence a été maintes fois remise en cause. D'après le site Internet de la chaîne de télévision MCOT, des plans de reforestation et une amélioration des systèmes de prévisions météorologiques sont également prévues. 300 milliards de bahts seront consacrés aux régions du bassin du Chao Phraya et 50 milliards à 17 autres zones jugées à risque.

2012, nouvelle année d'intempéries ?

"Ces mesures ne peuvent pas être considérées comme des solutions durables pour faire face aux inondations", a indiqué la semaine passée Pramote Maiklad, l'ancien chef du Département de l'Irrigation royale sous la précédente administration d'Abhisit Vejjajiva. Ce dernier, qui n'a néanmoins pas livré de mesures concrètes, a ajouté qu'en cas de nouvelles fortes intempéries cette année, il n'est pas certain que la Thaïlande ne revive pas la même crise qu'en 2011. Le vice-directeur général actuel du Département, Suthep Noi-Pairoj, a prédit fin décembre que de très fortes pluies vont s'abattre sur le pays en 2012.

Selon le Département, les barrages sont actuellement davantage remplies qu'à la même époque l'an passé. Débutées le 25 juillet 2011 avec l'arrivée de la tempête Nock-Ten, les dernières inondations ont fait plus de 813 morts et ont affecté 65 des 77 provinces du pays. Selon le dernier bilan des autorités communiqué hier, 5 régions et plus de deux millions de personnes étaient toujours affectées par la montée des eaux.

D'après le Bangkok Post, le Cabinet a en outre approuvé un décret demandant à la Banque de Thaïlande d'accorder 300 milliards de prêts à faible taux pour les manufactures qui ont été touchées pendant la crise, et l'établissement d'un fonds de 50 milliards de bahts d'assurance. Le Comité stratégique pour la reconstruction et le développement futur a également conseillé des dépenses de 2,27 trillions de bahts sur les dix prochaines années, qui serviront à financer les infrastructures du pays, et en particulier pour les transports en commun, de nouvelles autoroutes et des lignes de train à grande vitesse.

Y.F. mercredi 11 janvier 2012

0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale