Samedi 5 décembre 2020

Bergères en Nouvelle-Zélande : une vocation bien plus qu'un métier

Par Elsa Hellemans | Publié le 10/11/2020 à 23:34 | Mis à jour le 15/11/2020 à 13:43
Photo : À découvrir, Shepherdess, un trimestriel qui fait la part belle aux bergères néo-zélandaises.
Bergère nouvelle zélande

Aujourd'hui en France, sur un millier de bergers transhumants, un tiers sont des femmes. Leur retour en haute montagne, depuis une vingtaine d'années, contribue à l'amélioration des conditions de travail des acteurs de la profession, mais fait également surgir des problématiques sexistes. Un sujet encore très tabou abordé dans le documentaire « L'aube des bergères » d'Elsa Hellemans.

 

 

Chez les Kiwis, alors que le nombre d'exploitations ovines a presque diminué de moitié ces 25 dernières années, le nombre de bergères a quant à lui augmenté et elles doivent, elles-aussi, faire leur place dans un secteur dominé par les hommes. « C'est sans aucun doute difficile d'être une femme dans cette industrie », témoigne Ashlee Dunham, bergère de 28 ans installée à Raetihi-Wanganui. « De ma propre expérience, je trouve que certaines personnes ont une vision très machiste, mais je préfère ne pas y penser ».

 

bergères nouvelle zélande
Issue d'une famille de fermiers, Ashlee Dunham est Shepherdess depuis qu'elle a 20 ans.

 

En Nouvelle-Zélande il n'y a pas d'estive et les bergères ne se retrouvent pas, comme en France, recluses et isolées pendant plusieurs mois en haute montagne. « Mes collègues étaient surpris quand je leur racontais que chez nous on garde les bêtes seules pendant tout l'été », raconte Lucie Grancher, professionnelle de la tonte partie plusieurs fois en Nouvelle-Zélande.

En France la tradition pastorale date de plus de 2 000 ans. La taille des troupeaux varie de quelques centaines à 3 000 bêtes environ et les bergers doivent cohabiter avec les loups, les chasseurs ou encore les randonneurs. En Nouvelle-Zélande, c'est une industrie plus intensive. La plus grosse exploitation, la Molesworth Station, propriété de la couronne d'Angleterre, fait 185 000 hectares. Sur l'Île du Sud comme du Nord, il n'y a pas de prédateurs donc les animaux pâturent sans surveillance dans des prairies permanentes. Ils ne sont déplacés que pour aller brouter un nouveau pan de montagne ou lorsqu'ils doivent passer à la tondeuse. « Les Kiwis savent mieux tirer profit de la laine que les Français. Ils ont plus de 70% de rendement et la vendent en grande partie aux marchés asiatiques », rapporte Lucie, partie à plusieurs reprises pour apprendre à trier la laine dans différentes fermes néo-zélandaises. C'est notemment le cas des célèbres marques Swanndri et Ice Breaker dont les doux et chauds vêtements en mérinos sont fabriqués en Chine avant d'être réimportés.

 

bergères nouvelle zélande
Lucie Grancher est une professionnelle de la tonte de moutons depuis 2018.

 

 « En France nous avons moins de 50% de rendement car la laine n'est pas assez valorisée par les éleveurs. Mais elle est aussi plus grasse et plus difficile à tisser car nos moutons mangent du foin et restent en intérieur pendant l'hiver », commente cette fille d'éleveurs de mérinos installés dans les Alpes de Haute Provence.

En France comme en Nouvelle-Zélande l'industrie agricole contribue à hauteur de 7% du PIB environ. « On était huit pour traire 3 000 brebis deux fois par jour », se souvient Camille Buffin. Ouvrière agricole partie en 2019, elle ne garde pas un très bon souvenir de son expérience.  « Cétait passionant les deux premières semaines, mais c'était toujours le même travail et c'est vite devenu un boulot d'usine. Il faut traire et vite ! » , raconte la jeune femme de 30 ans.

 

bergères nouvelle zélande
Camille Buffin a fait la traite des brebis pendant trois mois dans une ferme à Turangi, près du lac Taupo.

 

Lorsque les troupeaux doivent êtres conduits vers une nouvelle aire à pâturage, la plupart des fermiers utilisent quads, motos et même hélicoptères. Mais certaines exploitations restent attachées aux anciennes pratiques et continuent de déplacer les troupeaux à dos de cheval, le horseback mutering en langage Kiwi. « Pendant deux ans j'ai travaillé dans une énorme ferme proche de Gisborne où nous étions neuf pour rassembler plus de 30 000 vaches et moutons », continue Ashlee Dunham. Une vie de labeur qui demande une grande forme physique et mentale que cette ancienne reine de beauté ne changerait pour rien au monde « J'adore les animaux et l'isolement ne me dérange pas. Ce n'est pas juste un job mais le style de vie que j'aime et que j'ai choisi ».

 

bergères nouvelle zélande
 Dans une ferme proche de Gisborne, Ashlee Dunham devait rassembler plus de 30 000 bêtes à dos de cheval.

 

Ashlee a travaillé avec de nombreux étrangers. De nombreuses opportunités sont offertes aux bergers débutants ou confirmés que ce soit par le biais du Woofing, des réseaux sociaux ou des sites de recrutement. « Ils m'ont payé le billet d'avion et m'ont donné 3000 dollars pour venir », précise Camille. « Pendant la traite des brebis je travaillais six jours puis j'avais trois jours de congés et je gagnais plus qu'en France car on était payé à l'heure ».

De son côté Louise Feige a fait cinq jours de bénévolat chez Heather et Kevin, dans une ferme proche du Tongariro, en 2020 : « Notre travail principal fut la tonte des moutons ! », raconte la Haut-Savoyarde sur son Blog Louise voyage. « Le club de tonte de la région donnait un coup de main à la famille. Et cela va très vite ! En moyenne, Kevin mettait seulement 25 secondes pour tondre entièrement un mouton ! ».

La tonte de moutons ne s'improvise pas. C'est un véritable métier avec une technique de contention à connaître pour ne pas se blesser. « Il faut que l'animal soit appuyé sur une zone qui ne lui fasse pas mal et qui l'empêche de prendre appui pour ne pas qu'il s'échappe », détaille Camille, l'une des vingt femmes sur les deux-cent tondeurs professionnels récensés par l'Association des Tondeurs de Moutons de France.

 

 

Pour les passionnés, plus d'histoires sont à découvrir dans le tout nouveau magazine Shepherdess, un trimestriel qui fait la part belle aux bergères néo-zélandaises.

 

 

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet