Dimanche 5 décembre 2021
TEST: 2236

Conflit Russie-Union Européenne :  Quel impact pour la Grèce ?

Par Lepetitjournal Athènes | Publié le 25/05/2021 à 05:30 | Mis à jour le 25/05/2021 à 11:52
Photo : Министерство иностранных дел России
Russie Grèce toujours ensemble contre l'Europe

Les ingérences russes dans la politique des pays occidentaux ont encore refroidi les liens entre l’Europe et la Russie. Le tableau européen des relations avec l’État fédéral est très complexe à peindre mais certains pays comme la Grèce ont un rapport plus amical avec la Russie.

 

Russie Grèce contre l'Europe
Sergueï Lavrov et Nikos Dendias - Ministère des Affaires étrangères 

 

Les deux pays partagent un élément commun : le poids dominant de la religion chrétienne orthodoxe. Pour certains, il n’en fallait pas plus pour que soit mise en avant la notion d’« axe orthodoxe ».

La présence historique d’un grand nombre de Russes d’origine grecque, installés notamment au sud de la Fédération de Russie autour de la Mer Noire, constitue un facteur important du développement des relations entre les deux pays. Les relations diplomatiques entre la Grèce et la Russie durent depuis 182 ans et se développent de manière dynamique. Les deux pays sont unis par des liens historiques et d’amitiés étroits, reposant à la fois sur des valeurs spirituelles et culturelles communes.

Un comité inter-ministériel mixte est également mis en place entre les deux pays sur des questions de coopération économique, industrielle, scientifique et technologique.

 

Prise de position de la diplomatie grecque

En février-mars 2014, en réponse à l’annexion de la Crimée, une première vague de sanctions européennes visant des personnalités russes a été adoptée malgré le scepticisme exprimé par un groupe d’États-membres de l’Europe du sud, (Espagne, Portugal, Grèce, Italie). Mais après la destruction de l’avion de la Malaysia Airlines au-dessus de l’Ukraine le 17 juillet 2014, l’éventualité d’un durcissement des sanctions, qui auraient visé des sociétés russes de premier plan, s’est visiblement heurtée à l’opposition de la Grèce.

Par la suite, la Grèce a pris sa part, avec d’autres pays, pour empêcher que la Russie soit sanctionnée pour son soutien aux frappes de Bachar El Assad sur Alep, comme cela était envisagé à l’occasion du sommet européen des 20-21 en octobre 2016.

Russie Grèce contre l'Europe
Crédit photo : Ministère des Affaires Etrangères

Enfin, la Grèce a refusé en 2018 de condamner ouvertement le pouvoir russe après la présomption d’empoisonnement de l’espion russe Skripal sur le sol britannique, ses représentants disant vouloir « attendre le résultat définitif de l’enquête » 

À partir de janvier 2015, un fait nouveau met au-devant de la scène européenne un petit pays-membre : la Grèce, jusque-là simplement sceptique, tombe dans une opposition franche à la politique des sanctions.

 

Sanctions Européennes

La présidente de la Commission Ursula Von Der Layen a souligné que la solidarité de l'UE en Grèce est claire et complète. Cette dernière a déclaré que la Commission présenterait une proposition afin de "geler" les avoirs de ceux qui sont soupçonnés d'être responsables de violations des droits de l’homme.

Un nouveau régime de sanctions permettrait à l'UE d'imposer des sanctions plus rapides à certains individus partout dans le monde, de «geler» leurs avoirs dans l'Union et de leur interdire d’entrer.

Von der Leyen a également accusé la Russie d'essayer systématiquement d'exterminer ses opposants démocratiques à la fois à l'intérieur et dans la région. Elle a déclaré qu'il était faux de penser que le gazoduc Nord Stream 2 entre l'Allemagne et la Russie contribuerait à améliorer les relations tendues entre l'UE et la Russie.

 

« Il n’y aura pas de sanctions Européennes »

 

Selon José Garson expert en géopolitique et cadres des Nations Unis à New York, un blocus de l’Union Européenne envers la Russie est inenvisageable. Emmanuel Macron et Angela Merkel ne compte pas soutenir le combat du Vice-Président de la Commission Européenne, Josep Borrell. « Il n’y aura pas de sanctions Européennes ; ils ne sont pas bêtes, ils préfèrent apaiser les tensions, par peur que la Russie ferme la porte à tout jamais à l’Union Européenne et se tourne définitivement vers la Chine ». 

« Les Russes sont extrêmement bien vus par les Grecs, indépendamment de la fraternité religieuse et en sens inverse pour les Russes, la Grèce est un pays de rêve. C’est un pays de l’OTAN, c’est un pays de l’Union Européenne. S’ils sont implicitement chargés de la protection du pays, c’est un rêve. » 

De son côté la Grèce ne compte pas entacher son amitié avec la Russie et attend déjà l'arrivée massive de touristes Russes pour sauver son économie. Connus pour être dépensiers, les touristes russes manquent à l'Europe et surtout à la Grèce.

 

Cet article a été réalisé pour le petitjournal.com/athenes par Pedro Machado

 

lepetitjournal.com Athènes

Lepetitjournal Athènes

Le Petit Journal d'Athènes est un magazine d'information gratuit, en ligne et en français sur la Grèce.
0 Commentaire (s) Réagir