Jeudi 21 octobre 2021
TEST: 2235

Sofiane Khelifa : "A l'écoute du compatriote"

Par Hadia Beghoura | Publié le 18/05/2021 à 14:00 | Mis à jour le 23/05/2021 à 23:23
Photo : Sofiane Khelifa - Tête de liste "En Marche en Algérie" circonscription Annaba/Constantine
Sofiane Khelifa conseiller des français de l'étranger

Candidat aux prochaines élections des Conseillers des Français de l’étranger du 30 mai, Sofiane KHELIFA est tête de liste d’En Marche en Algérie. Dans cette interview, il expose clairement les principales missions d’un Conseiller des Français de l’Etranger, les préoccupations des Français présents en Algérie ainsi que son programme en tant que Conseiller des Français de l’étranger pour la circonscription consulaire d’Annaba/Constantine.

Lepetitjournal.com Alger : Pouvez-vous vous présenter en quelques phrases ?

Sofiane KHELIFA : Monsieur Sofiane KHELIFA, 57 ans, natif d’Annaba. Je suis Chef d’entreprise. J’étais Président des Français du Monde (ADFE) de la section d’Annaba pendant trois ans et demi avant de quitter pour divergence d’orientation associative. 

Membre fondateur d’ « En Marche » en Algérie, j’ai occupé la fonction d’animateur de la circonscription consulaire d’Annaba/Constantine avant d’être investi au 1er Janvier comme le nouveau Coordinateur de la "République En Marche" en Algérie et tête de liste pour les futures élections des Conseillers des Français de l’étranger pour la circonscription Algérie 2.

Comment avez-vous constitué votre liste ?

La composante de notre liste est le résultat d’une réflexion basée sur des critères comme :

- La pluralité régionale, car j’estime qu’une liste consulaire ne peut s’arrêter à une seule ville particulièrement  dans une circonscription qui regroupe 14 wilayas.

- L’implication de notre vivier de jeunes militants instruits et hautement qualifiés, chacun dans son domaine de compétence, notamment la santé, le  droit, la communication et les finances.      .  

Quel est selon vous le plus grand défi auquel font face les Français présents en Algérie ?

Hélas, il y’en a pas qu’un seul. Je citerais  d’abord le déploiement du réseau AEFE en Algérie que je trouve insuffisant. En effet, nous avons le Lycée International Alexandre Dumas à Alger avec une annexe à Oran et une petite annexe à Annaba. Constantine  en est dépourvue ainsi  que  Sétif, Batna et Biskra. J’ai d’ailleurs  été interpellé par beaucoup de parents d’élèves qui ont émis le souhait de scolariser leurs enfants dans le réseau AEFE. C’est dans ce sens qu’on en a fait une priorité dans notre programme. 

Le deuxième point c’est la sécurité sociale. Il faut savoir que si les Français de l’étranger ne cotisent pas à la Caisse des Français de l’étranger (CFE), ils n’auront  pas accès à la couverture sociale et pour s’y affilier, il faudrait s’acquitter d’un montant de cotisation surévalué si on prend en considération le calcul du taux de chancellerie et son décalage avec celui du taux parallèle. Vous concevez donc que la différence va influer d’une manière négative sur le calcul des émoluments .  

Certes, l’actuel gouvernement  a éliminé l’obligation de payer trois années à l’avance pour l’adhésion à la CFE ,ce qui est  en soi un acquis et un des engagements de la "République en Marche" pour les Français de l’étranger.

Que représente pour vous la mission principale d’un Conseiller des Français de l’étranger ?

Les conseillers consulaires, élus au suffrage universel direct, sont membres de droit des conseils consulaires qui sont, avec l'Assemblée des Français de l'étranger, une des deux instances représentatives des Français résidant à l'étranger. Ces conseillers consulaires formulent des avis sur les questions consulaires ou d'intérêt général, notamment culturel, éducatif, économique et social, concernant les Français établis dans leur circonscription électorale. En fonction de leur circonscription électorale, les conseillers consulaires siègent dans un ou plusieurs conseils consulaires.

Le rôle du conseiller des Français de l’étranger, que cela soit pour la "République en Marche" ou pour les autres listes concurrentes, doit être à l’écoute du compatriote, solutionner et faire parvenir les problématiques de notre communauté au consulat ,bien entendu dans le respect strict des lois de la République.  

Pour moi, un Conseiller des Français doit assumer pleinement ses prérogatives et ses engagements. Il ne suffit donc pas de se montrer au citoyen tous les six ans avant chaque élection pour se faire réélire. 

Quels sont les grands axes de votre programme ?

Notre  programme est axé sur les items suivants :

Pour l’optimisation du service public consulaire

  • Nous lutterons pour que la proximité et les obligations de service public de l’administration consulaire soient assurées au mieux, malgré les réductions budgétaires.
  • Nous veillerons à ce que les moyens engagés par l’Etat soient à la hauteur de son obligation de service public et insisterons notamment sur l’importance des tournées consulaires.
  • Nous demanderons une simplification des procédures administratives en concertation avec les autorités consulaires.
  • Nous faciliterons les échanges d’informations et veillerons à une meilleure prise en charge de vos besoins.

Pour l’action sociale

  • Nous nous impliquerons localement pour la prise en compte des situations de défense sociale de nos compatriotes et les accompagnerons dans les démarches notamment vis-à-vis du consulat.
  • Nous alerterons les autorités sur les problèmes liés au droit de la famille, en particulier divorce, adoption, droit parental et succession.
  • Nous serons attentifs aux questions concernant la couverture d’assurance maladie, la portabilité des retraites, la fiscalité.

Pour une administration consulaire proche du citoyen

  • Nous travaillerons pour une véritable action de proximité, concrète et respectueuse des citoyens en alertant les services consulaires pour faire évoluer le service dans le bon sens.
  • Nous travaillerons pour une meilleure reconnaissance des forces citoyennes afin d’améliorer la représentativité de nos concitoyens.

Pour un meilleur réseau d’enseignement du français

  • Nous lutterons pour la multiplication des écoles françaises dans toute la circonscription et que les bourses scolaires soient attribuées aux familles qui en ont besoin.
  • Nous serons attentifs aux effets de la réforme des aides à la scolarité dans l’intérêt des familles et de la mixité sociale.

Pour accéder à la page officielle de Sofiane Khelifa, cliquez ici 

Pour accéder à la page officielle de LREM - Circonscrption Annaba/Constantine, cliquez ici

 

Nous vous recommandons
Hadia Beghoura

Hadia Beghoura

Après 3 années passées à Pékin, un diplôme de Master en Commerce International de l’université UIBE en poche, je suis revenue en Algérie pour y travailler. Mes passions sont l’équitation, les voyages et l’art
0 Commentaire (s) Réagir