Jeudi 21 octobre 2021
TEST: 2235

Ahmed HENNI :« Nous avons reconduit une équipe rodée et expérimentée »

Par Hadia Beghoura | Publié le 17/05/2021 à 13:00 | Mis à jour le 23/05/2021 à 23:29
Photo : Ahmed Henni - Tête de liste "Union des Français en Algérie"
Ahmed Henni

Ahmed Henni, tête de liste de l'association « Union des Français en Algérie » pour la circonscription d’Oran, est candidat aux prochaines élections des Conseillers des Français de l’étranger du 30 mai.

Il nous explique dans cette interview comment il a constitué sa liste, quel est le rôle principal que doit jouer un Conseiller auprès de ses compatriotes et nous dévoile son programme pour la prochaine campagne électorale.

Lepetitjournal.com Alger : Pouvez-vous vous présenter en quelques phrases ?

Ahmed Henni : Enseignant universitaire, Maître de conférences à l’Université d’Oran, je suis titulaire d’un doctorat en Littérature maghrébine d’expression française. Né  en  1962 à Narbonne (Aude), je suis un père comblé par le parcours de mes trois filles  dont deux sont ingénieures en France dans les hautes technologies  et la troisième passe son baccalauréat cette année. 

Impliqué de longue date dans le réseau associatif, en particulier dans l'association « Union des Français de l’Etranger » à Oran, j'y ai assumé des responsabilités jusqu’à en être son Président durant six années.

En 2014, j’ai mené la liste « Union des Français en Algérie » en compagnie de ma collègue Yolande Matéo aux élections consulaires pour la circonscription d’Oran.

Les électeurs nous ont fait l’honneur de nous élire tous les deux en qualité de conseillers consulaires.

Nous sommes heureux de pouvoir nous représenter devant eux à l’élection du 30 mai prochain pour partager le bilan de notre action et solliciter le renouvellement de leur confiance.

Comment avez-vous constitué votre liste ?  

Forts de nos sept années au service de nos compatriotes, nous avons reconduit une équipe rodée et expérimentée ayant fait ses preuves. Elle est constituée de femmes et d’hommes  motivés qui, au-delà de tout clivage politique, partagent la même volonté de défendre les intérêts de leurs compatriotes  de la circonscription électorale d’Oran.  

Quel est selon vous le plus grand défi auquel font face les Français présents en Algérie ?

Le plus grand défi est que nos compatriotes obtiennent les mêmes droits que ceux qui résident en France en matière de protection sociale notamment en cas d’urgence médicale. 

Nous nous battrons également pour que la réciprocité soit appliquée entre nos deux pays en matière de droits et de devoirs, de transferts de retraites, d’achat et vente de biens immobiliers et de transfert de dividendes.   

Que représente pour vous la mission principale du Conseiller des Français à l'étranger ? 

Notre mission principale est d’être des élus de proximité, constamment sur le terrain pour concrétiser un engagement assorti d’un indéfectible dévouement au service exclusif de nos compatriotes. Il s’agit de mettre toute notre énergie pour trouver des solutions à leurs préoccupations immédiates et faire valoir leurs droits. 

Nous représentons et défendons les intérêts de nos compatriotes auprès  du consulat général de France à Oran.

Nous sommes également une courroie de transmission avec le Parlement à Paris pour faire remonter les difficultés  rencontrées par nos compatriotes auprès de nos sénateurs des Français de l’Etranger  et du député de notre circonscription.

Pouvez-vous nous détailler les grands axes de votre programme ?

Répondre aux aspirations de nos compatriotes demeure le fil conducteur de notre action.

Les grands axes de notre programme ont trait aux affaires consulaires à améliorer constamment dans l’intérêt de nos compatriotes, à la protection sociale, à l’enseignement etc.

Il s’agit des axes suivants :

  • Amélioration des délais de délivrance des CNF, CCAM et actes d’état civil. 
  • Facilitation des démarches auprès du consulat pour tout problème lié au droit de la famille : divorce, déplacements d’enfants, mariage forcé, adoption et attribution de la nationalité aux enfants adoptés par kafala. 
  • Mise en place de la prise en charge de nos compatriotes en cas d’urgence médicale.
  • Développement de l’école française vers le palier du secondaire et l’octroi de nouveaux locaux pour les niveaux collège-lycée.  
  • Facilitation de la circulation et titre de séjour à nos compatriotes.

D’autres idées en matière de retraites, de fiscalité et de relations bilatérales entre nos deux pays seront divulguées tout au long de la campagne.

Nous vous recommandons
Hadia Beghoura

Hadia Beghoura

Après 3 années passées à Pékin, un diplôme de Master en Commerce International de l’université UIBE en poche, je suis revenue en Algérie pour y travailler. Mes passions sont l’équitation, les voyages et l’art
0 Commentaire (s) Réagir