Vendredi 19 octobre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le tuk-tuk, institution khmère mise à mal face à la concurrence

Par Cristina NOVOA | Publié le 12/03/2018 à 21:00 | Mis à jour le 12/03/2018 à 21:00
moto-tuktuk

Alors que les autorickshaws indiens connectés à l’application PassApp envahissent le paysage cambodgien, les motos tuk-tuk, moyen de transport traditionnel khmer, peinent à subsister face à la concurrence. 

Devant les hôtels, les restaurants ou aux coins des rues, il est devenu normal d’apercevoir des chauffeurs de tuk-tuk dormir ou écouter la radio, attendant inlassablement qu’un client vienne réclamer leurs services. Auparavant leader du marché, certains d’entres eux ont vu leur salaire réduit.

« Chaque jour, nous regardons les chauffeurs d’autorickshaws transporter nos passagers dans la ville », explique un conducteur au Khmer Times

De nombreux chauffeurs de tuk-tuk, devant l’évolution inquiétante de la situation ont même préféré abandonner leur héritage culturel et investir dans la technologie, ne pouvant plus subvenir aux besoins de leur famille. 

Ainsi, les conducteurs ayant acquis un autorickshaws constatent une importante différence : « L’activité est florissante, et il est parfois difficile de servir tous les clients, tellement la demande est importante », déclare Soth Eng, 45 ans. 

 

tuktuk-autorickshaw

 

Les clients, pour la plupart étudiants ou employés de bureau, utilisent désormais les transports proposés par l’application PassApp pour une question de facilité, d’efficacité et également de sûreté. En effet, plus besoin de négocier le prix durant de longues minutes, celui-ci est connu à l’avance par le passager et le chauffeur. L'itinéraire à suivre est calculé directement par l'application et est indiqué sur la carte. Ainsi, les passagers préfèrent délaisser l’authenticité du tuk-tuk pour des questions pratiques. Cela, au risque de voir un jour disparaître cet héritage du paysage cambodgien. 

Conscient des effets produits par l’application, le Directeur des opérations de PassApp, Taing Vengheang, a décidé de prendre des mesures afin de rétablir un certain équilibre. « Nous avons ajouté le tuk-tuk khmer traditionnel à notre service pour améliorer les moyens de subsistance des conducteurs qui n'ont pas d’autorickshaws », affirme-t-il au Khmer Times

Il faut donc espérer qu’à l’avenir, autorickshaws et motos tuk-tuk pourront exister ensemble, afin de laisser aux passagers le choix entre authenticité et nouvelles technologies. 

12 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

olivier lun 26/03/2018 - 08:09

Le dernier accident mortel avec ces nouvelles caisses a savon survenu à la chanteuse Kak Channthy me laisse perplexe Strictement aucune protection en cas de choc Je ne sais pas si vous avez vu l'état du véhicule https://www.facebook.com/photo.php?fbid=1809719645998492&set=pcb.1809719662665157&type=3&theater mais personnellement je préfère opter pour un traditionnel qui offre est plus haut et semble un peu plus robuste Dans l'ordre je préfère = 1- Le tuk tuk 2- La moto car même s'ils ne respectent pas les priorités notamment aux carrefours on peut toujours avoir un bon champs visuel pour prendre quelques indices et anticiper pour s'éjecter 3- La marche active

Répondre
Commentaire avatar

Benito ven 16/03/2018 - 08:09

Tradition ? Vous voulez rire ! Dans les années 1990, il y avait des cyclos (une tradition qui date si l'on en croit les cartes postales anciennes du Cambodge) et des moto-dops (dérivé de moto-double...avec un coefficient multiplicateur souvent appliqué d'ailleurs). Des touk-touk...que nenni ! D'ailleurs les Cambodgiens n'aiment pas les appeler touk-touk, car c'est l'appellation en Thaïlande. Ils les appellent "remorques" . Et, avant les années 2000, il n'y en avait pas en ville. Il y avait leurs soeurs aînées, à la campagne, plus longues, sans toit, permettant de charger indifféremment matériel, pilotis de bois, plusieurs cochons ou vaches couchées sur le côtés ou des dizaines de passagers. L'arrivée des rickshaws indiens et de l'appli PassApp a permis de remettre un peu d'ordre et surtout de l'amabilité dans les relations clients/touk-touk, un peu comme en France à l'arrivée des VTC. En général, les rickshaw sont beaucoup moins chers (environ 8 dollars pour un touk touk de l'aéroport au musée national après une âpre négociation -à privilégier en présence de nombreuses valises ou plusieurs passagers-, alors qu' il en coûte moins de 4 dollars en rickshaw PassApp), mais surtout plus agréables. Ils sont contents de trouver des clients alors que nombre de touk touk préfèrent bavarder entre eux ou jouer sur leur(s) téléphone(s) plutôt que de multiplier les courses. Et quand vous tentez un touk touk à un prix raisonnable pour une petite course, il n'est pas rare de déclencher les foudres de ces messieurs ! A croire qu'eux seuls connaissent la valeur du transport et que les touk touk de Siem reap perdent de l'argent à 15 dollars la journée comme les taxis entre Siem Reap et Poïpet qui facturent 25 dollars pour une voiture qui va faire 150 Km ! Si certains touk touk disparaissent, c'est juste qu'ils auront trop creusé leur tombe et n'auront pas su comprendre la réalité. Que les touk touk, sympathiques et honnêtes (et il y en a) comprennent le message et réagissent positivement.

Répondre
Commentaire avatar

François dim 18/03/2018 - 12:24

Cher Benito, l'article démarre en effet sur un principe de "Traditions". Mais lorsque vous remettez en cause ce point, vous parlez de ce qui semble être votre propre expérience des années 90. Est-ce cela "La Tradition" dont vous semblez être le connaisseur, ce qui remonte aux années 90 ? Peut-être avez-vous oublier d'écrire sur ce qui précède cette période et sur un terme plus long, pour pouvoir remettre en cause plus sérieusement ce qui est mentionné comme "Traditions". Votre expérience ne semble que très légèrement plus longue que ceux dont "vous voulez rire !".

Répondre
Commentaire avatar

Laurence mer 14/03/2018 - 04:46

Les PassApp sont moins chers certes, mais combien de ces nouveaux chauffeurs savent se débrouiller avec leur portable pour l'itinéraire, ou connaissent un petit peu la ville, ne seraient-ce que les grands axes ? Pour ma part, j'ai eu plus d'une expérience cocasse avec PassApp :) J'utilise PassApp mais j'ai toujours grand plaisir à prendre les 2 tuks tuks basés en bas de mon immeuble : efficaces dans la circulation, particulièrement en cas de gros traffic, avec une tarification qui me semble correcte (3$ corner Mao Tse Toung Street 95 / Wat Phnom). Belle journée à tous :)

Répondre
Commentaire avatar

Tuk-tuk français mar 13/03/2018 - 14:26

Moi personnellement je préfère les tuk tuk cambodgien car à 4 avec bagages c'est plus grand et moins cher et en plus Ils sont plus haut dans le tuk tuk indien on peut pas respirer et on ne peut mettre que 2 personnes

Répondre
Voir plus de réactions

Que faire au Cambodge ?

TOURISME

Chez Mme Bo, pour la protection de Phnom Chriv, seule contre tous

Mme Bo a décidé de s’investir dans la protection d’une région oubliée du Cambodge. Elle a ouvert son domaine aux touristes de passage et tente de les sensibiliser aux dangers de la déforestation.