Lundi 6 juillet 2020
Philippines
Philippines

Prendre le jeepney à Manille : 5 idées reçues

Par Jeremy Ianni | Publié le 26/11/2019 à 12:00 | Mis à jour le 30/11/2019 à 10:58
jeepney manille transport

Qui ne s’est jamais dit qu’il voudrait prendre le jeepney plus souvent ? Rare sont les étrangers qui les utilisent. Décryptage des idées reçues les plus tenaces sur le mode de transport préféré des Philippins dans la capitale.

Le jeepney, c’est dangereux

Le jeepney n’est pas plus dangereux qu’un taxi dans lequel il n’y a pas de ceinture de sécurité. Le jeepney roule doucement car il s’arrête souvent. La circulation dans Metro Manila l’empêche d’aller trop vite. Il y a très peu d’accidents graves qui engagent des jeepneys en ville.

Je ne sais pas comment payer, ni combien ça coûte

La course coûte 9 pesos dans la capitale pour les quatre premiers kilomètres. Pour payer, il suffit de tendre l’argent en direction du chauffeur et de dire "bayad po". Les autres passagers vous aideront en disant "bayad daw po". Le rendu de monnaie s’appelle "sukli". C’est simple ! Il suffit de dire "bayad daw po" pour passer l’argent d’un autre passager. Préférez les pièces aux billets supérieurs à 50 pesos pour faciliter la vie au chauffeur. Et pas de risque de vol, le jeepney c’est safe !

On se perd facilement en prenant le jeepney

Oui, on se perd facilement lorsque l’on déménage dans une nouvelle ville. Cela prend du temps de savoir où se trouve quoi. Sur le côté et le devant du véhicule sont indiqués les points principaux du trajet. Pour aller dans le sud, on part de Baclaran. Pour aller dans le nord, on part de Taft ou de Recto. En connaissant les points principaux de la ville, on s’imagine assez facilement le trajet. Et pour être sûr, on demande juste au chauffeur en disant le nom de la destination. Pas besoin de savoir parler Tagalog !

Le jeepney, c’est sale

Le fait qu’il n’y a pas de fenêtre permet à l’air de se renouveler tout le temps. Il y a une petite poubelle près du chauffeur. Le jeepney n’est pas plus sale qu’un autre mode de transport ! Lorsque la course est terminée, le chauffeur nettoie son jeepney. Pourquoi ? Parce que souvent, il vit ou dort dedans, il a donc tout intérêt à le maintenir propre.

Le jeepney, c'est bruyant et ça pollue

Oui, les vieux jeepneys sont bruyants. Alors, écoutez de la musique ou profitez-en pour parler avec les autres passagers. Les nouveaux jeepneys ne sont pas plus bruyant qu’un petit bus. Quand à la pollution, c’est encore discutable. Un jeepney remplace au minimum six voitures. Il permet en effet à 22 personnes de voyager simultanément.

Le jeepney, c’est pour les pauvres

Si vous êtes venus aux Philippines et que vous ne supportez pas la pauvreté, vous pouvez faire vos valises ! Prendre le jeepney, c’est soutenir à sa manière une famille, une petite économie locale, et une classe sociale invisible qui n’a pas de sécurité sociale ou de pension retraite.

Tara na! (allez, c'est parti !)

Nous vous recommandons

jeremy ianni

Jeremy Ianni

Arrivé aux Philippines en 2015 comme volontaire international à Manille, Jeremy est resté habiter dans le pays et a été engagé d'abord en alliance française et aujourd'hui il travaille dans un call-center à Manille.
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

kuyadom mer 27/11/2019 - 14:05

j'approuve. je le prends tous les jours pour aller travailler quand je suis à Manille

Répondre

Expat Mag

Copenhague Appercu
VOYAGES

Norvège : destination nature par la route du nord

Avec ses 387.000 km², ses 25.000 km (!) de côtes, fjords inclus, et ses quelques 5 millions d’habitants, voilà une destination qui ravira les amoureux de nature à l’état brut !