Lundi 14 octobre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

CLIC CLAC ! - Le cadrage (et ses débordements)

Par Arthur PERSET | Publié le 07/11/2017 à 21:00 | Mis à jour le 07/11/2017 à 21:00
Photo : White banca, Anilao, Luzon, Philippines, 2016 © Arthur Perset photographe
White banca 1

Art que se doit de maitriser celui qui écrit avec la lumière, le cadrage est aujourd’hui délaissé au profit des effets de couleur et de lumière. Il est pourtant le reflet de l’intelligence du photographe et permet de typer ses photos tout comme un écrivain donne un style à sa prose. Peu importe ce que l’on photographie, bien cadrer est essentiel, cela devrait même être la préoccupation première de tout photographe.  Voici quelques conseils pour vous aider à composer.

 

Quelques généralités

 

Le cadrage soutient l’intention ; l’oublier c’est risquer de se perdre et de ne rien montrer.

 

Cadrer c’est avant tout raconter une histoire dans un cadre donné (rectangle, carré…). Les informations nécessaires à la compréhension de la photo doivent se trouver à l’intérieur. Il faut donc bien faire attention à y faire rentrer l’essentiel et, très important, à en faire sortir le superflu. Cela demande avant tout de savoir ce que l’on veut produire. Le cadrage soutient l’intention ; l’oublier c’est risquer de se perdre et de ne rien montrer.

 

Partant de ce principe, on ne placera pas son sujet (ou ses sujets) aux mêmes endroits dans l’image. Dans la culture picturale occidentale, nous sommes dominés (et donc enclins à produire) des images dont le sens de lecture respecte notre sens de lecture des mots, de gauche à droite. Sous-estimer le sens de lecture des images c’est prendre de gros risques quant à leur réception.

photographie arthur perset leçon de cadrage
White banca, Anilao, Luzon, Philippines, 2016 © Arthur Perset photographe

 

Dans ma photo White banca, j’ai choisi de placer le bateau à gauche de l’image, la proue pointant vers la droite. Je suis en cela parfaitement classique (d’un point de vue occidental). Mon regardeur (occidental) va naturellement imaginer le trajet du bateau à travers ma photo, de gauche à droite. Avec ce simple cadrage, j’ai introduit (mentalement) le mouvement dans mon image.

 

Ce que l’on ne montre pas

 

Essayons maintenant de comprendre ce qui se serait passé si j’avais cadré différemment.

 

photographie arthur perset leçon de cadrage
White banca, Anilao, Luzon, Philippines, 2016 © Arthur Perset photographe

 

En faisant pointer la banca vers la gauche, je change tout. Le bateau ne rentre plus dans l’image, il en sort. Je n’évoque donc plus le temps à venir mais plutôt le temps passé à savoir le trajet effectué par le bateau dans mon image.

 

Bien souvent ce qui n’est pas montré est plus fort que ce qui l’est.

 

Cette composition ajoute également une tout autre dimension à mon cliché, celle de l’imagination. En faisant pointer mon sujet (ici une banca, mais peut être dans vos photos, un regard) vers le bord du cadre et non plus vers le milieu, je donne, d’un seul coup, de l’importance au hors-champ.  Cette notion, comme son nom l’indique, n’est pas visible mais suggérée par le photographe, et  imaginée par le regardeur.  Bien souvent ce qui n’est pas montré est plus fort que ce qui l’est. Pour vous en convaincre, amusez-vous à cadrer le même sujet différemment, vous verrez que les deux images prennent deux sens parfois opposés.

 

Quelques règles à respecter (ou pas)

 

La fameuse règle des tiers est très pratique. Elle repose sur un découpage harmonieux de vos photos en 9 parties égales à l’aide de 4 lignes traversant le cadre. Certains appareils photos vous permettent d’afficher directement les tiers et donc de cadrer plus facilement.

 

La théorie dit que ces lignes sont dites « fortes » et que si l’on s’appuie dessus, notre image le deviendra aussi. Vous photographiez un horizon ? Alignez le donc sur la ligne horizontale supérieure ou inférieure. Votre photo contient des éléments verticaux (des murs, des arbres…) alignez les sur l’une des lignes verticales. C’est un principe très simple qui assure des compositions équilibrées, c’est-à-dire des photos agréables à regarder et qui donnent la sensation d’être stables.

 

Au croisement de chacune de ces 4 lignes se trouvent des points de force. Notre cadre en compte 4. Dans l’intention d’une image stable et forte, placez donc votre ou vos sujets sur l’un ou plusieurs de ces points de force. Et voilà, le tour est joué ! Ma photo a désormais un cadrage agréable à l’œil.

 

photographie arthur perset leçon de cadrage
White banca, Anilao, Luzon, Philippines, 2016 © Arthur Perset photographe

 

Dans mon exemple White banca, je respecte la règle des tiers. Mon horizon est posé le long de la ligne horizontale inférieure, mon arbre sur la verticale de droite. Enfin, mon sujet se trouve à l’intersection de 2 lignes de force.

 

Casser les règles

 

Bien entendu, comme toute règle qui se respecte, les règles du cadrage sont faites pour être brisées.

Mais attention à ne pas faire n’importe quoi. Tout est histoire de dosage et de réception des photos par les regardeurs.

 

Vous voulez suggérer le hors-champ ? Pointez vos sujets vers l’extérieur.

 

Cette notion de stabilité ne vous intéresse pas et vous voulez, au contraire, suggérer l’instabilité ? Faite vous plaisir en plaçant votre horizon au milieu de la photo (l’œil fera ainsi un perpétuel aller-retour entre les parties inférieures et supérieures d’égale dimension, nausée garantie !).

 

N’hésitez pas non plus à tenter la plongée et la contre plongée qui permettent de changer de point de vue mais aussi les cadrages obliques qui, par l’inclinaison de l’horizon, amènent facilement du dynamisme à vos photos.

 

Encore une fois, amusez-vous !

 

Pour aller plus loin

David Lynch : le roi du hors-champ (Mulholland drive, “diner scene”).

Walker Evans : le pionnier du cadrage à plat.

Michael Kenna : le maitre à cadrer.

Ambroise Tezenas : la "french touch" (Pékin, Théâtre du peuple).

 

Et pour découvrir mon travail de photographe

Mon site professionnel 

www.arthurperset.com

www.arthurpersetprint.com

Mes comptes Facebook et Instagram

www.facebook.com/arthurpersetphotographer/

www.instagram.com/arthur_perset/

 

Prenez des photos, prenez du plaisir !

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

TÉMOIGNAGES

Je suis expat mais je fuis les Français !

L’expatriation rapproche souvent des Français vivant dans un nouveau pays dont les codes leur échappent. Et pourtant, nombreux sont ceux qui ne supportent pas la communauté expatriée. Mais pourquoi ?

Expat Mag

TÉMOIGNAGES

Je suis atteint du virus de l’expatriation, c’est grave ?

Rentrer en France ? Pour certains expatriés, cette perspective n’est pas une option, tant ils ont pris goût à la vie à l’étranger et à son lot de découvertes et opportunités professionnelles.