Vendredi 23 octobre 2020

Marta Skolmowska nous fait découvrir l’herbe sacrée des Incas

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 29/01/2020 à 17:16 | Mis à jour le 29/01/2020 à 21:16
marta skolmowska

Hippocrate disait en son temps « Le médecin soigne, la nature guérit ». Marta Skolmowska, qui coopére avec la faculté de Biologie de Varsovie nous présente ses herbes naturelles anti-cancéreuses.

 

LA RENAISSANCE DE LA PHYTOTHÉRAPIE

Depuis que l'humanité existe, les herbes ont été utilisées en médecine pour soigner et en prévention. À la fin du XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle, la science et la technologie ont révolutionné la médecine. Pendant longtemps, il y a eu une croyance dominante selon laquelle cette science et cette technologie allaient venir à bout de tous les maux de l'humanité, de la maladie et même de la mort. Lorsque la médecine s’est développée avec la science, elle s'est en même temps détournée de la nature et des méthodes de traitement toutes simples transmises de génération en génération. Actuellement, la connaissance des herbes et des plantes connaît une renaissance.

À Łomianki, près de Varsovie, il existe depuis plus de 20 ans un centre qui poursuit le travail du père salésien Edmund Szeliga, fondateur de l'institut IPIFA au Pérou. Ce centre, nommé le centre de médecine par les plantes Wilcaccora (en polonais Centrum Ziołolecznictwa Wilcaccora), fondé par Marta Skolmowska, rassemble des passionnés de phytothérapie – des scientifiques, des pharmaciens et des médecins qui aident les personnes souffrant de maladies de civilisation à retrouver la santé. La coopération avec l'IPIFA au Pérou (Dr Schmitt), la Faculté de biologie de l'Université de Varsovie et d'autres permet à la propriétaire du Centre d'élargir constamment ses connaissances et d'introduire de nouveaux produits utiles. Sa mission est de fournir les meilleures herbes de sources vérifiées. Depuis des années, elle observe les plus hauts standards de pureté pour ses préparations. Au Centre, elle conseille également avec d'autres spécialistes sur le choix des préparations à base de plantes.

 

Entretien avec Marta Skolmowska, propriétaire du Centre de médecine par les plantes Wilcaccora à Łomianki

 

lepetitjournal.com : Les études sur les plantes médicinales que vous utilisez sont-elles effectuées en Pologne?

Marta Skolmoska : Oui bien sûr. Elles sont menées à la Faculté de Biologie de l'Université de Varsovie dans le Laboratoire de Microscopie Électronique et Confocale sous la supervision du dr. Julita Nowakowska. Le professeur Krzysztof Gulewicz de Poznań est également d'une aide précieuse.

 

lepetitjournal.com : Votre plante phare est la vilcacora (Uncaria tomentosa), pourquoi?

Marta Skolmoska : C’est "l’herbe sacrée des Incas" - une plante merveilleuse qui, en mai 1994, lors de la 1ère Conférence internationale de Genève, a été reconnue comme la deuxième plante la plus importante pour la santé (après le cinchona ou quinquina). Le côté extraordinaire de cette plante vient du fait que les alcaloïdes pentacycliques qu'elle contient provoquent l'apoptose des cellules cancéreuses sans endommager les cellules saines, elles ont également des propriétés antivirales et anti-inflammatoires. Dans notre centre, nous utilisons également des traitements avec des préparations naturelles et des plantes pendant la thérapie conventionnelle, nous n'encourageons personne à abandonner, par exemple, la chimiothérapie ou la radiothérapie. Nous suivons le principe sacré d'Hippocrate Primum non nocere (en premier, ne pas nuire).

vilcacora

 

lepetitjournal.com : Vous utilisez d'autres plantes?

Marta Skolmoska : Oui, bien sûr ! La Graviola (Annona muricata), la Maca (Lepidium meyenii), la Manayupa, Hercampuri et bien d'autres. Pendant des années, nous avons également utilisé des préparations uniques à base de champignons orientaux – les Reihi (Ganoderma lucidum), les Cordyceps (Cordyceps sinensis) et bien d’autres.

 

lepetitjournal.com : J'ai récemment entendu parler du résultat sensationnel de tests effectués sur une de vos préparations. Vous confirmez ?

Marta Skolmoska : Tout à fait! Nous venons de recevoir un certificat de la Faculté de biologie confirmant l'effet inhibiteur de Wilcaccora Impulso sur la division des cellules MCV-7, c'est-à-dire l'adénome mammaire oestrogénodépendant. De plus, la prise de cette préparation pendant la chimiothérapie, par exemple avec du cisplatine, améliore l'effet d'inhibition de la division cellulaire. Ce n'est pas notre seule préparation à base de plantes, par exemple des études ont été menées sur Ganomix (une combinaison unique de vilcacora avec des spores du champignon Reishi), dont l'effet a été publié dans le journal Caryologia sous le titre - Mitotic activity of a new phytotherapeutic product with a trade name of “Ganomix” – (Activité mitotique d'un nouveau produit phytothérapeutique avec le nom commercial de "Ganomix").

ganomix

 

lepetitjournal.com : Comment peut-on obtenir des conseils de votre part?

Marta Skolmoska : La façon la plus simple est de m’envoyer un e-mail avec les détails de votre maladie  aux adresses suivantes : vilcacora@biorelax.pl ou apteka@unadegato.pl

 

lepetitjournal.com : Nous vous remercions pour cette interview passionnante et nous laissons ci-dessous vos coordonnées complètes :

Marta Skolmowska, propriétaire du Centre de médecine par les plantes Wilcaccora à Łomianki (en polonais Centrum Ziołolecznictwa Wilcaccora)

((www.unadegato.pl, tél 22 751 65 07, tél. / fax 22 751 85 43)

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Varsovie ?

TOURISME

PKiN - Un emblème contesté

Après avoir longtemps fait planer l'ombre de l'URSS sur la capitale polonaise, le Palais de la Culture et de la Science (Pałac Kultury i Nauki ou PKiN) est aujourd'hui un symbole de Varsovie.