Samedi 17 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

EMMANUEL MACRON - Interview à la presse des pays du groupe de Visegrad

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 29/10/2018 à 00:00 | Mis à jour le 29/10/2018 à 00:00
news

En visite à Prague et à Bratislava, le président Emmanuel Macron accorde une interview à quatre journaux des pays composant le Groupe de Visegrád : Rzeczpospolita(Pologne), Hospodářské Noviny (République tchèque), SME (Slovaquie) et HVG (Hongrie). Il y parle de la solidarité européenne, de la procédure de l’article 7 concernant la Pologne et la Hongrie, de la sécurité européenne et de ses projets ambitieux pour l’avenir de l’UE. « L’Europe n’est pas à sens unique : c’est un engagement réciproque, qui permet à chacun non pas de réduire sa souveraineté mais de l’augmenter », dit Emmanuel Macron et rappelle qu’il existe en Europe une exigence collective de cohérence et de solidarité tant en matière du budget commun que de politique migratoire.

 

Abordant la question de l’Etat de droit en Pologne, le président français affirme : « je veux croire que le gouvernement polonais fera les gestes nécessaires pour répondre aux inquiétudes de la Commission et de ses partenaires. Si ce n’est pas le cas, nous continuerons à défendre sans faiblesse l’Etat de droit. Mais il est encore temps de faire les changements requis pour respecter nos valeurs et nos principes communs ». Idem pour la Hongrie : « Le gouvernement hongrois s’est […] dit prêt à répondre aux objections du Parlement européen, j’en accepte l’augure », dit-il. M. Macron observe aussi que quand l’Europe veille sur le respect de ses valeurs dans le cadre d’une procédure d’alerte et de dialogue, elle ne peut pas être perçue comme un ennemi.

 

Quant à la sécurité européenne et l’idée de déployer en Pologne une base américaine permanente, Emmanuel Macron déclare qu’il veut « une Europe souveraine et une Europe qui protège ses citoyens, défend ses valeurs et maîtrise ses frontières » et que c’est à la Pologne de démontrer que la base américaine augmentera notre sécurité collective sur le Vieux Continent.

 

Ensuite, quant à l’avenir de l’Europe, le Président français propose deux principes qui la feraient avancer : n’exclure aucun Etat d’un projet et ne laisser aucun Etat bloquer « ceux qui veulent aller plus vite ». « Il n’y a pas deux classes d’Etats membres, il n’y a pas l’Est et l’Ouest, les anciens et les nouveaux », rappelle-t-il enfin.

 

Dans son commentaire, Jędrzej Bielecki de Rzeczpospolita constate que le Président français montre par cette interview son ouverture dans le différend concernant l’Etat de droit et qu’il ne s’oppose pas à la présence de troupes américaines sur le sol polonais. Le journaliste s’interroge sur une éventuelle prochaine visite d’Emmanuel Macron en Pologne, en rappelant qu’il a promis de s’y rendre pendant l’année du centenaire de l’indépendance polonaise.

0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Marée de drapeaux à Varsovie pour les 100 ans de l'indépendance

Une marée de drapeaux rouge et blanc a envahi dimanche les rues de Varsovie lors des cérémonies du centenaire de l'indépendance de la Pologne, célébré sous haute surveillance policière en raison de...