Jeudi 9 avril 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Les Polonais et la bière en 2020

Par Maciek Góraj | Publié le 09/02/2020 à 22:32 | Mis à jour le 09/02/2020 à 22:44
bière Pologne alcool

Comme le montre le dernier rapport Deloitte, l'industrie brassicole générait en 2017 19,4 milliards de PLN (4,5 milliards d'euros) de valeur ajoutée. Ce chiffre correspond au montant nécessaire à la création de 500 km d’autoroutes. La société de conseil souligne que le marché de la bière en Pologne « affecte positivement le développement des économies locales ».

 

Selon les calculs de l'Office polonais central des statistiques (GUS), 40,93 millions d'hectolitres de bière ont été produits en 2018, soit 2,6% de plus qu'en 2017.

L'industrie brassicole en Pologne a un impact énorme sur l'environnement économique. La dernière analyse de Deloitte commandée par l'association polonaise des brasseurs montre qu'en 2017, les brasseurs ont dépensé 6,5 milliards de PLN (1,5 milliards d'euros) pour les produits et le matériel nécessaires à la production, dont 5,8 milliards de PLN (1,35 milliards d'euros) ont été dépensés localement.

Le nombre total d'emplois liés à la bière atteint 157.500. Selon les experts de Deloitte, une brasserie emploie en moyenne 16 personnes.

 

Les Polonais aiment la bière artisanale

Les bières artisanales jouent un rôle particulier dans cette croissance. En 2019, les brasseries artisanales ont lancé 6 nouvelles bières chaque jour et une nouvelle brasserie a été créée chaque semaine. Au total, 2.457 nouvelles bières ont été créées, soit 20% de plus que l’année précédente. Il existe près de 500 brasseries sur le marché.

Les brasseurs recherchent souvent des ingrédients originaux, car les clients veulent en permanence de la nouveauté et rechignent à tester une nouvelle bière qui n’aurait pas quelque chose de plus. C'est pourquoi en 2019 on a trouvé des bières auxquelles l’on avait rajouté du tabac, du beurre d'arachide ou du bacon, et bien sûr de nombreuses bières avec des additifs plus classiques comme le thé, les fruits ou le sel.

Les bières de luxe représentent également une nouvelle tendance. Elles sont diffusées en petites quantités, parfois seulement 1.000 exemplaires à travers tout le pays. Leurs prix commencent à 30 PLN (7 euros). À la fin de l'année, Infinity Brewery a même lancé des bières de style American Barley Wine à 200 PLN (45 euros) la bouteille.

Ce marché nécessite une amélioration de la soi-disant «culture de l'alcool» en Pologne. La bière commence à ne plus être perçue comme une boisson peu raffinée dans le pays et se rapproche de l'image d'une boisson de dégustation, comme le vin.

 

La bière sans alcool décolle

Il convient également de noter la croissance significative du marché de la bière sans alcool. En 2018, Kompania Piwowarska, leader des ventes sur le marché polonais de la bière, a enregistré une augmentation des ventes de bières sans alcool de plus de 85%. Au cours des quatre premiers mois de 2019, le marché des lagers non alcoolisées les plus populaires a augmenté de 95% et celui des radlers non alcoolisés (mélange de bière et de limonade) de 110%. De plus en plus de Polonais déclarent ne plus boire d’alcool.

 

Une sensibilisation encore trop faible

En Pologne, cependant, nous constatons toujours une trop faible sensibilisation aux effets de la consommation d'alcool. La notion d’alcool est généralement associée aux spiritueux. Selon une étude menée par IBRiS, quand on demande aux Polonais de nommer des boissons alcoolisées, la vodka (88% des répondants) et le whisky (82%) sont mentionnés en premier. Beaucoup moins de personnes interrogées  mentionnent le vin (53%), la bière (46%) ou le cidre (29%). Les Polonais ne sont pas non plus très conscients de la quantité d'alcool dans une unité de volume donnée. Jusqu'à 63% des Polonais interrogés affirment que dans un verre de 50 ml de vodka, il y a plus d'alcool pur que dans une bouteille de bière d'un demi-litre, alors qu'en fait, dans les deux cas, il s'agit de la même quantité.

 

Nous vous recommandons

maciek

Maciek Góraj

Étudiant en dernière année de linguistique appliquée à l'Université de Varsovie. Passionné de cyclisme sur route, de musique et de cinéma. Il vit à Varsovie depuis plusieurs années et s'intéresse vivement à ce qui se passe dans la capitale.
0 Commentaire (s)Réagir