Dimanche 24 janvier 2021

Les fantômes de Varsovie : qui hante la capitale polonaise ?

Par Emma Monbrun | Publié le 01/11/2020 à 20:17 | Mis à jour le 02/11/2020 à 09:11
fantôme Varsovie

Chaque vieille ville a un passé douloureux et il n’est pas surprenant que Varsovie ait son lot de fantômes et de mystères. Ces légendes se répètent depuis des années et des témoins jurent avoir vu les fantômes de leurs propres yeux! Découvrez le côté hanté de Varsovie.

 

Le fantôme du président Ignacy Mościcki

Cette histoire de fantôme tourne autour du président de la Pologne de 1926 à 1939. Dans la seconde moitié des années 1930, la femme du président Mościcki commença à construire une villa au 126 rue Racławicka. Elle espérait y vivre avec son mari après son deuxième mandat. Malheureusement, le couple n'a jamais pu y vivre car en 1939, ils ont fui vers la Roumanie. Aujourd'hui, d’après les employés de la résidence, le fantôme du président Ignacy Mościcki visite la maison et se promène dans son jardin. La nuit les alarmes se déclenchent, sans raison apparente.

 

Le fantôme d’un régicide

La nuit, vous croiserez peut-être le chemin d’un fantôme terrifiant dans la capitale: Michał Piekarski armé d’un piolet. Pour la petite histoire: En 1610, lorsque le roi Henri IV de France fut assassiné par Ravaillac, Piekarski, souffrant de problèmes mentaux, décida de tuer Sigismond III de Pologne. Il prépara son coup pendant près de 10 ans avant de tenter sa chance en 1620, en vain. Torturé, il fut condamné à mort la même année. Si vous vous promenez dans la vieille ville de Varsovie, vous aurez peut-être la malchance de le rencontrer. Voici un dicton populaire polonais encore utilisé de nos jours: “pleść jak Piekarski na mękach” ("marmonner comme Piekarski pendant sa torture"). Ce dicton est utilisé lorsque quelqu’un dit des choses absurdes.

 

L’esprit de Hanna

La villa du 5, rue Morskie Oko, serait hantée. La maison était utilisée par une unité d’insurgés polonais pendant l’insurrection de Varsovie en 1944. La légende raconte que pendant l’insurrection, une jeune fille du nom de Hanna y avait trouvé refuge. Un soir, elle serait allée dans le jardin cueillir des fleurs pour un insurgé dont elle était tombée amoureuse. Malheureusement, une balle perdue l'aurait touchée et tuée. Depuis, Hanna, en robe blanche et se tenant sur le balcon, hanterait la maison. En 2011, à l'époque où la villa était encore abandonnée, une émission télévisée à ce sujet a été publiée, intitulée “Paranormalna Polska: Nawiedzony Dom w Warszawie”.

 

Maria Wisnowska, ou le remake de Roméo et Juliette

Un autre fantôme se promènerait dans la capitale: Maria Wisnowska. Au sommet de sa carrière d'actrice, elle fut abattue à Varsovie dans la nuit du 1er juillet 1890 par Aleksander Barteniew, son amant. Mais la raison n’est pas celle que vous croyez. Maria aurait insisté pour qu'ils commettent un suicide conjoint, leur union étant impossible. Elle aurait répétée: “Jeśli mnie kochasz, zabij” (“ Si tu m'aimes, tue-moi”) avant de dire en français: “Adieu, je t’aime”. Son amant ne s’est pas suicidé et avoua le meurtre. Le fantôme de l’actrice continue à errer dans les rues.

 

Des chevaux fantômes

Cette légende urbaine concerne des fantômes, mais cette fois-ci sous la forme de chevaux. Selon Warszawikia, une encyclopédie en ligne sur Varsovie, c’est au petit matin que vous pouvez apercevoir des silhouettes et entendre les hennissements des chevaux à l'hippodrome de Służewiec à Varsovie. La triste vérité est que les chevaux sont souvent blessés pendant ces courses et, le plus souvent, abattus.

 

Zofiówka, l’asile de l’effroi

Fondé en 1907, l’asile Zofiówka était destiné aux Juifs souffrant de troubles mentaux. Lors de la liquidation du ghetto d'Otwock (en banlieue de Varsovie) en 1942, les Allemands ont tué environ 110 à 140 patients dans la forêt voisine dans le cadre de l'Aktion T4. Le reste des patients a été emmené dans des camps de concentration. Certains membres du personnel médical ont réussi à fuir dans une ambulance vers Varsovie, mais ceux qui sont restés se sont suicidés. Inhabité depuis plus de vingt ans, des témoins friands de bâtiments hantés affirment que le lieu est occupé par des esprits, et d’autres forces paranormales.

 

Un immeuble hanté à Varsovie

Personne ne peut expliquer pourquoi tant de drames se produisent dans l'immeuble situé à ul. Herbsta 4. Une des habitantes se jeta de son balcon, sa voisine est décédée dans un accident de voiture, un autre voisin assassina sa femme. Le facteur s’est lui aussi suicidé. Il y a aussi un taux de maladies graves terriblement élevé parmi les locataires. Certains disent que c'est la vengeance de l'ancien propriétaire du terrain, d'autres disent que le bloc est hanté par des puissances maléfiques parce qu'un homme a été enterré sous les fondations.

 

Alors, oserez vous vous balader dans Varsovie?

Uważajcie! Vous n’êtes pas au bout de vos surprises, la Pologne regorge d’endroits dits hantés: Des châteaux et maisons habitées de fantômes, des chapelles d’os, des montagnes peuplées de sorcières, des forêts mystérieuses au sombre passé...

 

Nous vous recommandons

IMG_3948

Emma Monbrun

Étudiante puis expatriée à Wrocław, Pologne, je suis professeur FLE depuis 3 ans. Passionnée d'Histoire, des langues et des relations franco-polonaises, maintenant rédactrice pour lepetitjournal.com à Varsovie.
0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Varsovie

LINGUISTIQUE

Les prénoms polonais et leurs diminutifs

En Pologne, pas de prénom sans diminutif affectif et pourtant pas facile, pour les francophones de reconnaître le prénom originel tant ce diminutif s’éloigne parfois à l’infini du prénom de naissance.