Vendredi 3 décembre 2021
TEST: 2298

Jan Komasa, un réalisateur polonais qui a le vent en poupe !

Par Cédric Tavernier | Publié le 16/05/2021 à 19:01 | Mis à jour le 17/05/2021 à 09:13
Jan Komasa

À seulement 39 ans, Jan Komasa a déjà réalisé une dizaine de films dont 4 pour le cinéma qui ont eu un grand succès. Nous vous présentons ce réalisateur ainsi que ces 4 films avec leur bande-annonce.

 

Enfance et jeunesse

Jan Komasa est né le 28 octobre 1981 à Poznań. Son père est un acteur de théâtre et de cinéma très connu et a également fait ses preuves en tant que metteur en scène de théâtre. La mère de Jan est chanteuse et productrice de musique. Ses trois frères et sœurs sont tous liés au monde artistique. Son frère travaille comme chanteur d'opéra, l'une de ses sœurs est, comme leur mère, chanteuse et l'autre est costumière. La famille a vécu à Poznan jusqu'en 1988, puis s'est installée à Varsovie.

Jan Komasa est diplômé de l'École supérieure de cinéma, de télévision et de théâtre de Łódź. Plus tôt, enfant, il a étudié dans une école de musique.

 

Ses débuts

Il a commencé son aventure avec le cinéma en réalisant en 2003 le court-métrage « Fajnie, że jesteś » (Chouette que tu sois là). À 22 ans, il a ainsi obtenu au Festival de Cannes en 2004 la 3e place à la section Cinéfondation, destinée aux nouveaux talents.

En 2005, aux côtés d'Anna Kazejak-Dawid et de Maciej Migas, il a été sélectionné dans le cadre du concours annoncé par Akson Studio et a réalisé l'un des trois volets de l'Hymne à la joie.

Il a également réalisé et tourné le documentaire Spływ en 2007.

 

Son premier grand film : Sala samobójców (la chambre des suicidés)

En 2011, le premier grand film de Jan Komasa : Sala samobójców (la chambre des suicidés) est sorti dans les salles de cinéma. Jan Komasa a également écrit le scénario. Le film a remporté plus de 20 prix.

Il raconte l'histoire d'un adolescent solitaire, d’un milieu très bourgeois, qui commence à être victime de harcèlement sur internet. Dépressif, il découvre par une amie en ligne un salon de discussion dédié au suicide, seul endroit où il arrive à trouver de l’aide. Il finit par tomber amoureux d’elle mais cette fille qui veut se suicider va l’entraîner dans bien des souffrances. La deuxième partie du film : Hejter (le goût de la haine) est sortie en 2020.

La bande-annonce est en polonais avec les sous-titres en anglais.

 

Son deuxième grand film : Miasto 44 (Insurrection)

En 2014, pour célébrer le 70e anniversaire de l'Insurrection de Varsovie, Jan Komasa a réalisé deux longs métrages, un documentaire Powstanie Warszawskie (L’insurrection de Varsovie) et Miasto 44 (Insurrection) dont il a également écrit le scénario.

Ce film retrace l’histoire de jeunes Varsoviens bourgeois et idéalistes qui rejoignent la résistance la fleur au fusil pour ce qui était censé être un combat court et gagné d’avance. Inexpérimentés, la guerre va leur réserver un destin tragique. Miasto 44 a reçu le prix Paszport Polityki.

La bande annonce est en français.

 

Son troisième grand film : Boże Ciało (La communion)

Ce film est sorti en 2019. C’est l’histoire d’un jeune garçon qui est détenu dans un centre de jeunes délinquants où la violence est quotidienne. Il a une excellente relation avec l’aumônier de la prison, un prêtre ouvert d’esprit dont il adore les sermons. Il aime l’assister et développe un intérêt pour la religion. À sa sortie du centre, le prêtre l’envoie dans un petit village perdu pour travailler dans une usine. Hésitant, il se rend d’abord à l’église où il rencontre une jeune fille auprès de laquelle se fait passer pour un prêtre. Celle-ci, méfiante, est convaincue quand il lui montre la soutane qu’il a volée à la prison. La jeune fille lui présente alors le prêtre du village qui, malade, lui propose de le remplacer, le temps de son hospitalisation. Acculé, il accepte et prend son nouveau rôle particulièrement à cœur dans ce village qui s’avère être traumatisé par un drame récent.

Le film a remporté plusieurs prix, dont un prix spécial au Festival international du film de Venise et pas moins de neuf Lions d'or (entre autres, pour la réalisation de Jan Komasa, le scénario de Mateusz Pacewicz, le second rôle d'Eliza Rycembel, le prix du public et des journalistes). Ce film fait partie des cinq films internationaux nominés pour un Oscar en 2020.

La bande-annonce est en polonais avec les sous-titres en anglais.

 

Son quatrième grand film : Hejter (Le goût de la haine)

Ce film est sorti en mars 2020... juste avant le confinement et la fermeture des cinémas. Le film est désormais disponible sur Netflix.

C’est l’histoire d’un étudiant, qui expulsé de son université, trouve un poste en « marketing » où son vrai rôle est de diriger l’opinion des internautes grâce à différents stratagèmes. Il doit amener certaines personnes à êtres détestées sur les réseaux sociaux. Il en profite pour mener à terme une vengeance personnelle, qui prend des dimensions particulièrement extrêmes.

Le film établit des liens notables avec l’assassinat du maire de Gdansk Paweł Adamowicz, poignardé en plein cœur lors d’un discours le 13 janvier 2019. Il avait été lui aussi victime d’une importante campagne de diffamation sur les réseaux sociaux.

La bande-annonce est en français.

 

Nous vous recommandons
0 Commentaire (s) Réagir