Mardi 17 juillet 2018
Varsovie
Varsovie
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

FIN D’EXPAT – Avec Gwendoline Martin-Labbé

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 09/07/2018 à 00:00 | Mis à jour le 09/07/2018 à 00:00
Fin d'expatriation Gwendoline Martin Labbé

Après 10 années riches et bien remplies à Varsovie, Gwendoline Martin-Labbé, se prépare à rentrer chez elle en Bretagne. Nous l’avons rencontrée au Nabo, son lieu de prédilection et avons évoqué avec elle cette page de vie qui se tourne.

 

Nom : Gwendoline Martin-Labbé

Originaire : Bretagne

Profession :Professeur d’espagnol au Lycée français de Varsovie

Aime : les voyages, enseigner et surtout rire

N’aime pas : l’intolérance et le manque d’ouverture d’esprit

 

Qu’est-ce qui t’a amenée en Pologne ?

Nous sommes arrivés en Pologne suite à la mutation professionnelle de mon époux.

 

Qu’est-ce qui t’a surprise en arrivant à Varsovie ?

A quel point la ville était verte, je m’attendais à beaucoup plus de béton.

 

Quels conseils aurais-tu aimé recevoir avant d’arriver en Pologne ?

De muscler ma conduite avant de me lancer dans la circulation varsovienne.

 

Quels sont les plus beaux souvenirs de ta vie en Pologne ?

Mon plus beau souvenir est la naissance de ma fille. Et dans un autre registre, j’ai trouvé que l’organisation de l’euro en Pologne en  2012 avait  apporté un véritable mouvement de fraicheur et de liberté sur la ville.

 

Qu’est-ce que tu n’as pas aimé ici ?

La longueur des hivers et le manque de lumière peuvent être très pesants.

 

Pour toi les Polonais sont ?

Ils sont entreprenants, dynamiques et extrêments doués en langue. Ils peuvent se révéler parfois déconcertants notamment dans le manque d’ouverture d’esprit qui peut être pesant.

 

Qu’as-tu retiré de cette expérience ?

Que c’est nécéssaire d’aller voir ailleurs pour savoir apprécier ce qu’on a chez nous.

En restant toujours dans son propre pays on considère les choses comme acquises et on ne réalise pas la chance qu’on peut avoir par rapport à d’autres pays.

Mon expatriation m’a permis d’être plus reconnaissante de ce que m’offre la France.

 

Des amis viennent passer 24h à Varsovie, quel est le programme ?

Je commence par une visite de la vieille ville en mangeant une glace, à la polonaise, c’est incontournable . A cette période de l’année on organise un barbecue. Je les emmène ensuite voir le musée du néon que j’aime beaucoup et une visite du musée  POLIN s’impose également.

Et en soirée j’aime beaucoup me rendre au Nocny market.

 

Quelles sont les adresses qui vont te manquer ?

Le Nabo où je venais faire mes corrections va beaucoup me manquer, le nocny market également ainsi que les petits restaurants de pierogis.

 

Qu’as-tu retiré de ta vie en en Pologne sur un plan professionnel ?

L’aspect professionnel est ce que j’ai retiré de plus positif de ma vie ici. 

J’ai eu la chance pendant mes 10 années à Varsovie, de travailler au primaire, au collège et au lycée. On m’a fait confiance et j’ai adoré  le fait d’avoir pu suivre les mêmes élèves du CE2 jusqu’à la terminale c’est une richesse incroyable qui m’a obligée à m’adapter, à travailler beaucoup mais qui m’a appris énormémént.

 

Quels sont tes projets ?

Je rentre chez moi en Bretagne et ma priorité est d’installer ma famille de faire en sorte qu’ils se sentent bien. Je vais également devoir apprendre à retravailler en Bretagne et plus largement me réadapter à la vie en France.

 

1 CommentairesRéagir
Commentaire avatar

de couvreur lun 09/07/2018 - 16:00

C'est dur quand on s'expatrie , mais le retour au pays est tout aussi dur .

Répondre
Sur le même sujet