Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

FEMMES ENTREPRENEUSES (6) : Stéphanie et la vente d'accessoires

Par Pauline Papacaloduca | Publié le 22/01/2019 à 00:00 | Mis à jour le 22/01/2019 à 00:00
stéphanie moser

Lepetitjournal.com/Varsovie vous retrouve pour un nouvel article de la série « Femmes entrepreneuses », ces portraits de femmes qui ont donné un nouveau virage à leur situation professionnelle suite à une expatriation. Aujourd'hui, nous vous proposons de découvrir celui de Stéphanie Moser qui, après 22 ans de carrière chez PSA s'est lancée dans la revente d'accessoires de mode français en Pologne.

 

C'est en 2013 que la vie professionnelle de Stéphanie prend un nouveau tournant, lorsqu'elle vient s'installer à Varsovie pour suivre son mari. Avec une formation en publicité, elle débute sa carrière dans différentes agences de publicités à Paris, avant d’obtenir un Master en communication éditoriale et de poursuivre dans le Groupe PSA Peugeot-Citroën, pendant 22 ans. Elle y occupera différents postes en Marketing, communication interne ou institutionnelle, identité visuelle et sonore. L'expatriation l'oblige à quitter ce métier et à repenser sa vie professionnelle. Son entourage pense alors qu'elle va continuer à travailler pour cette entreprise en Pologne. Cependant, ce n'est pas le projet de Stéphanie qui saisit justement l'opportunité de se reconvertir. Elle voulait effectivement quitter le monde de l’entreprise et créer sa propre société et puis, « être salarié en contrat local pour gagner quelques zlotys, je ne trouvais pas ça très motivant », nous confie-t-elle. A son arrivée en Pologne, elle se consacre ainsi au bénévolat avec la Fundacja Entraide, une expérience très enrichissante. Au début de son expatriation, elle remarque que de nombreuses ventes privées s'organisent, surtout entre femmes d'expatriés, proposant des produits de beauté, des bijoux... Son idée de trouver une marque d'accessoires à la fois pour les hommes et pour les femmes prend alors naissance. C'est ainsi qu'elle découvre la marque lyonnaise de foulards en soie, A Piece of chic, qui marque le début de son aventure.

 

A chic mood : le style français à Varsovie

La marque A Piece of chic, une marque lyonnaise, ville berceau de la soie, a tout de suite séduit Stéphanie. Ces foulards stylés, néo-vintages, avec beaucoup de caractère lui ont tapé dans l'oeil et, elle n'hésite pas longtemps avant de les imposer, il y a 3 ans, comme produit déclencheur de sa marque French-chic, aujourd'hui A chic mood. Sa volonté était de proposer des accessoires, ne nécessitant pas de tailles différentes pour faciliter le stockage et la logistique. Deux autres marques sont venues depuis étoffer l'offre proposée ; Voriagh, une marque de bijoux d’une créatrice parisienne, et les sacs C-oui, également une marque française. Au départ, un contact polonais parfaitement francophone l'a aidée dans les démarches administratives pour la création de la marque ce qui lui a grandement facilité cette tâche, qui peut parfois se révéler fastidieuse reconnaît-elle.

Dans les premiers temps, en plus des ventes entre particuliers, Stéphanie participe aux salons de mode organisés à Varsovie. Cependant, ceux-ci sont majoritairement réservés aux marques polonaises, et la cotisation y est assez chère sans réelle assurance de réaliser assez de ventes pour rentabiliser la journée. Aujourd'hui, elle n'y participe plus, et garde des vitrines au Hillton ce qui lui assure une visibilité pour faire connaître sa marque. La plupart de ses ventes s’effectuent cependant lors de ventes entre particuliers qu’elle organise parfois dans certains lieux varsoviens, comme des salons de coiffures ou des restaurants et qui sont annoncées sur sa page Facebook, ou bien sur la page de Varsovie Accueil.

Depuis 1 an, A chic Mood franchit une étape supplémentaire en se dotant de son propre site internet et de son logo. Cependant, cela demande un réel investissement sur le plan financier et beaucoup de temps afin d'être correctement alimenté. Il donne à la marque une vitrine en ligne mais ce n'est pas réellement par ce biais que Stéphanie réalise le plus de ventes.

La majorité des ventes sont effectuées auprès des Français mais aussi des étrangers, puisqu'elle fait parti du International Women Group. Peu de Polonais font partie de sa clientèle. Cela peut s'expliquer d'une part par le style vestimentaire polonais qui se distingue du style français, mais pas seulement m'explique Stéphanie. En effet, elle occupe sur le marché un créneau niveau de prix, entre l'entrée de gamme et le luxe, qui n'est pas encore très développé, faute de demande, en Pologne, me dit-elle.

 

Créer son entreprise, ce n'est pas facile tous les jours !

En effet, si être son propre patron comporte un lot d'avantages considérables, cela demande également une rigueur infaillible. Stéphanie nous confie que s'organiser n'a pas toujours été évident, surtout au début parce que « j'ai plutôt un tempérament d’artiste, mais pour autant je n’aime pas trop travailler seule ». La créatrice de A Chic Mood, insiste aussi sur l'importance d'être bien entourée et conseillée, concernant les différentes règles fiscales et toutes leurs subtilités. Cependant, malgré ces obstacles, A Chic Mood n’a pas fini de se développer. Pour cette année, Stéphanie réfléchit, pourquoi pas, à ajouter une quatrième marque et surtout développer la partie BtoB en proposant les foulards pour les cadeaux d’entreprise en fin d’année (deux entreprises françaises à Varsovie lui ont déjà fait confiance l’année dernière) ou des opérations de communication, car il est possible sur demande de personnaliser un foulard avec son logo ! Et toujours les ventes aux particuliers, y compris sur rendez-vous !

Et si jamais un jour elle est amenée à quitter la Pologne, son entreprise la suivra !

 

Vous pouvez retrouver Stéphanie sur sa page Facebook ou sur son site internet !

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir