Jeudi 26 novembre 2020

Éric Folly :« Chanter et donner des émotions est mon but dans la vie »

Par Cédric Tavernier | Publié le 24/08/2020 à 17:23 | Mis à jour le 25/08/2020 à 10:12
Éric Folly

Éric Folly est un jeune chanteur Français d’origine africaine, qui vit en Pologne depuis 2005 et que vous aurez le plaisir d’écouter lors de la soirée RFE Pologne du 28 août. Découvrez qui il est !

 

Lepetitjournal.com : Quelles sont vos origines ?

Éric Folly : Je suis Français de parents d'origines africaines et de nationalité française. Mon père est Togolais né à Lomé et ma mère est Capverdienne née à Dakar. Ils se sont rencontrés à Paris où je suis né et ai grandi. On habitait dans la région parisienne jusqu'à mes dix ans avant de déménager dans le Loiret.

 

Lepetitjournal.com : Quand avez-vous commencé à chanter ?

Éric Folly : J'ai commencé à chanter comme artiste très tard, en fait on peut dire que j'ai toujours été habité par la musique depuis mon plus jeune âge. Je chantais toujours quand je jouais au basket, quand je travaillais à Disneyland et aussi quand je suis arrivé à Varsovie en 2005 et que je faisais des documentaires pour Trace. Souvent j'entendais des commentaires du style : tu devrais chanter, tu devrais chanter... Donc petit à petit, j'ai commencé à prêter plus d'attention à ces retours qui me venaient aux oreilles et j'ai décidé de franchir le pas, de devenir un artiste. J'ai commencé par chanter de la samba avec un groupe de percussions Micanga, avant d'élargir mon répertoire vers d'autres styles musicaux comme le jazz, la POP et d'autres. Aujourd'hui je continue d'explorer plusieurs genres et je compose aussi des chansons qui sont intégrées dans mon répertoire.

 

Lepetitjournal.com : Qu’avez-vous fait comme études ?

Éric Folly : Mes études n'ont rien à voir avec ce que je fais aujourd'hui. Après mon BAC STT obtenu au lycée Grandmont à Tours (J'étais dans la section sport étude basket), j'ai fait un BTS assistant de direction. J'ai dû faire mon éducation et ma technique musicale sur le terrain. J'ai participé à certains ateliers avec différents musiciens, mais la majeure partie de ma formation musicale est du travail personnel.

           

Lepetitjournal.com : Où peut-on vous entendre chanter ?

Éric Folly : Je chante un peu partout. Je chante dans les soirées d'entreprises, les mariages, les soirées d'anniversaire, les cafés, les bars, etc. Je participe de temps en temps à des programmes télévisés polonais comme Śpiewajmy Razem, ou Jaka To Melodia. On peut m'entendre aussi dans les hôtels, en ce moment à cause du Covid 19 on a dû arrêter l'animation musicale au Novotel Airport de Varsovie, mais on espère un retour rapide à la normale. Sinon, je suis en ce moment souvent au Hilton de Kalisz, avec qui j'ai commencé une collaboration depuis l'an dernier, mais le développement de l'activité a été ralenti aussi à cause du Covid 19. On fait comme on peut dans ces temps « instables ». Je serai le vendredi 28 août au restaurant alsacien « Les amis », ul. Książęca 23, près de la plac Trzech Krzyży à Varsovie et le 29 août dans le centre commercial Elektrownia Powiśle à Niewinni Czarodzieje.

 

Lepetitjournal.com : Vous travaillez uniquement comme chanteur ?

Éric Folly : Je suis chanteur le soir et le week-end essentiellement, la journée je travaille dans une multinationale. J'arrive à bien balancer les deux pour l'instant. Au travail ils sont compréhensifs et me donnent l'espace et le temps pour vivre ma passion. Bien sûr, l'objectif est de seulement vivre de la musique mais comme l'a prouvé cette année 2020, on ne sait jamais de quoi demain sera fait, donc ce format m'offre une certaine stabilité et aussi une liberté de décider de mes projets musicaux car je ne cours pas après n'importe quelle proposition. À court terme, j'espère finalement sortir mon premier disque, j'ai composé suffisamment de chansons pour proposer ma musique au monde entier.

 

Lepetitjournal.com : Rêvez-vous d’être célèbre ?

Éric Folly : Je ne sais pas si je rêve d'être vraiment célèbre, ce que je veux vraiment c'est que ma musique soit reconnue. Il y a beaucoup de gens qui sont célèbres mais qui n'ont pas de contenu, malheureusement aujourd'hui l'inverse est beaucoup plus courant, il y a énormément des gens talentueux sur cette planète qui ne seront jamais célèbres. Pour ma part, j'ai écrit des chansons qui pour moi ont leur place sur les ondes des radios et dans les bacs. Si je pouvais obtenir le succès et que mes chansons soient connues à travers le monde même si je ne suis pas célèbre, je signerais tout de suite, mais je ne pense pas que l'on puisse avoir l'un sans l'autre. Mais je persiste, mon rêve est d'avoir des gens qui se délectent de ma musique comme je le vois pendant mes concerts. Le fait de toucher les gens, de leur donner des émotions est un sentiment vraiment gratifiant, et quand cela se produit cela me donne un sentiment de légèreté et d'accomplissement que je ne pourrais décrire avec des mots...disons que c'est le seul moment où j'ai l'impression de faire ce que je suis censé faire sur cette planète, et c'est le seul moment où j'ai l'impression d'être mon vrai moi. Si c'est ça la célébrité, alors oui je veux être célèbre.

Eric Folly

 

Lepetitjournal.com : Quelles sont vos influences musicales ?

Éric Folly : Mes influences musicales sont multiples, cela commence avec Michael Jackson en passant par Jean Michel Jarre et Cesaria Evora. La musique pour moi est universelle et le plus important sont les mélodies et les notes choisies par l'artiste, pas forcément le style. Cependant, si je devais en mettre un au-dessus des autres, je prendrais Ray Charles. Il a bercé mon enfance car mon père l'adorait donc forcement j'en ai profité aussi. Une de nos activités préférées quand j'étais petit était de rouler dans Paris « by night » avec Ray Charles en musique de fond, c'était quelque chose de vraiment magique pour moi, comme un clip vidéo dont nous étions les réalisateurs.

Mon gros coup de cœur de ces dernières années c'est plutôt Michael Kiwanuka, il fait vraiment de la bonne musique et c'est le genre d'artistes avec qui j'adorerais collaborer. J'ai aussi été très influencé par le hip-hop, et cela se retrouve dans mes compositions personnelles qui ont souvent une base rythmique très hip-hop. J'apprécie aussi la soul des années Motown, la musique cap-verdienne, la samba, les musiques de films et autres classiques. Bon, je vais arrêter parce que comme je l'ai dit la liste va être sans fin!

 

Lepetitjournal.com : Avez-vous des projets dont vous ne nous avez pas encore parlé ?

Éric Folly : Je suis toujours en train de produire des nouvelles chansons, maintenant je travaille avec un ami brésilien qui va m'aider dans la production et la promotion de ma musique. Donc restez à l'écoute car des surprises sont à venir!! :)

 

cedric tavernier

Cédric Tavernier

En Pologne depuis 2003, diplôme franco-allemand en Commerce International, a dirigé des filiales de groupes français à Varsovie. Votre interlocuteur commercial pour les campagnes publicitaires en Pologne. Réalise des traductions polonais/français.
0 Commentaire (s)Réagir