Jeudi 3 décembre 2020

Cédric Tavernier : « J’ai écrit un roman sur la violence ordinaire »

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 12/02/2020 à 17:20 | Mis à jour le 29/08/2020 à 14:22
Contes de la violence ordinaire

Le nouveau responsable de l’édition varsovienne de lepetitjournal.com vient de publier aux éditions Sydney Laurent un roman expérimental mêlant nouvelles et essais sur la violence ordinaire. Interview

 

Lepetitjournal.com : Entre lepetitjournal.com et la publication de votre livre "Contes de la violence ordinaire", vous êtes à fond dans l’écriture, à ce que je vois…

Cédric Tavernier : Oui, l’écriture est chez moi une véritable passion et j’ai décidé d’y consacrer une part importante de mon temps par la rédaction d’articles pour lepetitjournal.com et également par l’écriture de ce livre qui est le résultat d’un long cheminement personnel.

Cédric Tavernier

 

Lepetitjournal.com : La violence ordinaire ? Pourquoi un tel sujet ?

En septembre 2018, j’ai décidé de réaliser un vieux rêve personnel : faire le pèlerinage de Saint-Jacques de Compostelle. 900 kilomètres à pied. Mes motifs n’étaient pas religieux, c’était plus un défi personnel. En chemin, j’ai rencontré plein de personnes extraordinaires qui souvent cherchaient des réponses à une vie entachée de fêlures. Fêlures provenant de l’enfance, de l’adolescence, de la vie professionnelle, de la vie amoureuse. Des vies jalonnées de violences ordinaires. Je tenais l’idée du livre que j’écrirai à mon retour.

 

Lepetitjournal.com : C’est en effet un sujet assez actuel. Comment définiriez-vous la violence ordinaire ?

Des violences hélas acceptées dans nos sociétés mais qui ne devraient pas l’être.

 

Lepetitjournal.com : Vous définissez votre livre comme un roman expérimental. C’est-à-dire ?

Il s’agit d’un livre en sept parties, une partie pour chaque violence ordinaire. En effet, sept violences ordinaires ont été répertoriées : la violence éducative ordinaire, la souffrance au travail, le harcèlement scolaire, les croyances limitantes, c’est-à-dire la violence contre soi-même, la violence conjugale ordinaire et l’emprise, la manipulation et la perversion narcissique et enfin la violence dans les médias. Chaque partie est subdivisée en deux sous-parties. La première est une nouvelle ou un conte avec des personnages que vous retrouverez tout au long de l’ouvrage. Et la deuxième est une théorie ou un essai, si vous préférez. Elle permet de définir la violence ordinaire en question, d’expliquer qui en sont les victimes, les bourreaux et comment en sortir.

 

Lepetitjournal.com : Ça donne envie. Où peut-on lire des extraits de votre livre ?

Pour cela, vous avez deux options. Soit vous allez sur la page Amazon de mon livre, et vous remarquerez qu’en haut à gauche, vous avez la possibilité de feuilleter mon livre, c’est-à-dire d’en lire les premières pages. Soit vous allez sur la page de mon éditeur et vous pouvez en lire des morceaux choisis

 

Lepetitjournal.com : Avez-vous d’autres supports de communication ?

Oui, j’ai réalisé un book trailer que vous trouverez ci-dessous :

 

Et je souhaitais aussi aller au-delà de la « simple » écriture, ainsi j’ai créé un gigantesque blog vous permettant d’échanger entre vous ou avec moi et des coachs de vie sur les problématiques de la violence ordinaire. Ce site est le suivant : https://violenceordinaire.com/

 

lepetitjournal.com : Où peut-on se procurer votre livre ?

1re option : Si vous êtes sur Varsovie, vous pouvez m’envoyer un message à cedric.tavernier@lepetitjournal.com et d’ici 2-3 semaines, je peux vous rencontrer pour vous en remettre un exemplaire dédicacé.

2e option : Vous pouvez le commander en e-book en cliquant ici

3e option : Vous pouvez le commander sur Amazon pour l’Europe ou pour les autres continents, notamment pour les Amériques, cliquez ici.

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Varsovie

TRADITIONS

LA SAINT-NICOLAS : Comment la fête-t-on en Pologne ?

Le matin du 6 décembre, les enfants polonais regardent bien sous leurs oreillers et dans leurs chaussons pour voir si Saint-Nicolas a récompensé les enfants sages qu'ils ont été pendant l'année.