Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

AFFAIRE DE LA SOCIETE SREBRNA – L’image du PiS écornée

Par Lepetitjournal.com Varsovie | Publié le 31/01/2019 à 00:00 | Mis à jour le 31/01/2019 à 00:00
images

L’entreprise autrichienne autrichienne Nuneaton détenue par M. Birgfellner a été choisie par la société Srebrna pour construire la Srebrna Tower un gratte-ciel à deux tours qui hébergerait la fondation de l’Institut Lech-Kaczyński dans le conseil de laquelle siège Jarosław Kaczyński. Cette fondation ainsi que des anciens membres de « Porozumienie Centrum » (Entente du centre), ancien parti de Jarosław Kaczyński, détiennent la société Srebrna. Cette tour devait être construite au 16 rue Srebrna et Gerald Birgfellner a exécuté tous les travaux préparatoires. La fondation de l’Institut Lech-Kaczyński devait obtenir chaque année 30% des revenus de location dans le bâtiment. Pour que la construction puisse avoir lieu M. Kaczyński serait intervenu auprès de la banque publique Pekao SA afin d’obtenir un crédit de 300 millions d’euros. En juillet 2018, M. Kaczyński aurait décidé de stopper la construction suite à la révélation médiatique à propos du projet Gerald Birgfellner  veut poursuivre Jarosław Kaczyński pour les pertes qu’il a subies lors des travaux préparatoires.

 

Dans son commentaire d’hier, Gazeta Wyborcza remarque que la loi sur le financement des partis politiques qui sépare les hommes politiques des affaires et leur interdit d’avoir une activité économique, ne fonctionne pas. « La pathologie est devenue une norme », écrit le journal et s’interroge également sur l’engagement et l’utilisation de la banque polonaise par le PiS dans cette affaire. 

Rzeczpospolita met pour sa part l’accent sur les réactions des politiciens à la révélation des enregistrements de M. Kaczyński. Le PiS essaie de tourner l’affaire à son profit et déclare que les enregistrements prouvent l’honnêteté du président du parti. Le Premier ministre Mateusz Morawiecki constate qu’« il n’y a là aucune preuve de comportements incorrects des hommes politiques du PiS. Au contraire, [les enregistrements] confirment pleinement l’honnêteté, la fiabilité, la solidité et la régularité des actions [de M. Kaczyński »]. « Personne au PiS ne s’interroge pourquoi le parti politique mène une activité commerciale, ce qui est interdit par la loi », observe le journal. « Est-ce que Jarosław Kaczyński est devenu intermédiaire de commerce ? », continue le journal. Pour le rédacteur en chef de Rzeczpospolita, Bogusław Chrabota, le PiS traverse une importante crise d’image et ne peut plus se faire passer pour un modèle de vertu dans la vie publique. 

 

Quant à la réaction de l’opposition, elle annonce « la fin du mythe de Jarosław Kaczyński, modeste intellectuel de Żoliborz » dont « l’honnêteté cristalline » était devenue légendaire. 

0 Commentaire (s)Réagir