Lundi 21 octobre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Non, Valencia n’a pas été élue meilleure ville du monde pour y vivre

Par Shirley SAVY-PUIG | Publié le 27/12/2018 à 22:00 | Mis à jour le 27/12/2018 à 22:01
Photo : ©Creative Commons-papagnoc
La cité des arts et des sciences de Valencia

C’est un article du blog Valencia Bonita qui revient très régulièrement sur les réseaux sociaux et les groupes francophones de la région : Valencia aurait été élue meilleure ville du monde pour y vivre par la prestigieuse revue américaine Time Magazine. 

Titre de l'article de Valencia Bonita
Une capture d'écran du blog Valencia Bonita 

 

Cependant, même si Valencia est une ville merveilleuse aux avantages indéniables qui a le vent en poupe ces dernières années, elle n’a pas été désignée comme meilleure ville du monde par le Time Magazine. Et pour cause : le Time Magazine ne réalise que des classements basés sur des personnalités comme le Time 100, le classement des cent personnes les plus influentes au monde.

Ainsi, les classements des villes les plus agréables à vivre sont publiés chaque année par différents organismes et associations, selon des critères bien distincts. Les classements les plus réputés sont ceux du magazine anglais Monocle, de l'Economist Intelligence Unit et, le plus connu, celui de la société de conseil américaine Mercer. En 2017, ils avaient désigné respectivement Tokyo, Melbourne et Vienne comme les meilleures villes du monde.

Néanmoins, en 2015, le journal anglais The Times de Rupert Murdoch avait désigné Palma de Mallorca comme « The Best place to live in the worl » (le meilleur endroit pour vivre dans le monde), mais n’a pas réitéré ce classement depuis.

 

Mais alors, pourquoi cet article sur Valencia ? Est-ce une erreur ? S’agit-il d’une fake news ? 

 

Pour comprendre l'origine de cet article, il faut se référer à sa date de publication visible dans la barre de recherche et un peu plus bas en rouge juste avant le texte. Celle-ci indique le 28 décembre 2015 avec une mise à jour le 28 décembre 2017. Cette date ne parlera peut-être pas à tout le monde et pourtant, le 28 décembre, jour des Saints Innocents, correspond au 1er avril francophone.

Capture d'écran de la barre de recherche
Une capture d'écran de la barre de recherche indique clairement le 28 décembre 2015

 

Capture d'écran de la date de mise à jour
Une capture d'écran de la date de mise à jour de l'article

 

Cette célébration des Saints Innocents revêt, à l’origine, une connotation religieuse liée au massacre des enfants de moins de deux ans ordonné par le roi Hérode à Bethléem afin de s’assurer de l’assassinat du futur Messie et futur roi d'Israël. Depuis lors, l’Église catholique commémore chaque 28 décembre la fête des Saints Innocents, pour se souvenir de ces morts infantiles cruelles

Mais la tradition populaire hispanique a transformé cette date en une journée pour faire passer des "blagues innocentes". Les médias espagnoles se délectent chaque année de cette tradition humoristique et préparent de multiples informations tant insolites que drôles. 

Contacté par notre rédaction, l’auteur du blog nous a confirmé que cet article était « une blague des Saints Innocents » (« En efecto, el articulo es una broma de los Santos Inocentes »). Une inocentada comme on dit, qui avait était remarquée par le quotidien espagnol ABC dans son article du 28 décembre 2015

 

Ville la plus agréable à vivre au monde ou non, Valencia reste un lieu qui dispose de bien des qualités qui attire toujours plus de visiteurs. Gageons que dans quelques années, elle apparaîtra très certainement en haut des classements. A moins qu’elle ne reste un secret bien protégé par ses habitants !
 

Shirley Photo Pro

Shirley SAVY-PUIG

Responsable d'édition - Parisienne de naissance mais Valencienne d'adoption depuis sa plus tendre enfance, cette touche-à-tout aime mettre en lumière la culture espagnole et les personnalités francophones de talent.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

Barcelone Appercu

Catalogne : une semaine d'incendies et d'enfumages

Il est tentant de résumer une semaine de protestations en Catalogne aux seules violences. Mais attention à ne pas occulter une réalité bien plus complexe que des barricades en feu.

Sur le même sujet