Mercredi 23 septembre 2020

Cinq peintres valenciens à (re)découvrir

Par Paul Pierroux-Taranto | Publié le 28/07/2020 à 10:00 | Mis à jour le 28/07/2020 à 11:47
Photo : Tableau d'Ignacio Pinazo Camarlench / jdiezarnal.com
ignacio-pinazo-camarlench

Valence a de tout temps été un vivier d’artistes et un lieu intense de création comme en témoigne l’actuel Russafart. Depuis Monnet, on reconnait tous en Joaquín Sorolla le “maître absolu de la lumière” valencienne, au risque peut-être d'éclipser d’autres peintres de premier plan. Voici une liste - à compléter, bien sûr - de quelques peintres qu’il ne faudrait pas laisser dans l’ombre. Ils méritent aussi que l’on s’attarde sur leurs biographies et leurs oeuvres.

 

Juan de Juanes (Vicente Juan Masip) (1507?/1523?-1579)

ultuma-cena-juan-de-juanes
La Última Cena (1555-1562), Juan de Juanes

 

Il est considéré comme l’un des peintres les plus importants de la Renaissance espagnole et est le fondateur de l’École de Valence. À ce titre, on l’a surnommé le “second Raphael”.

Juan de Juanes est le fils d’un peintre valencien de grande renommée, Vicente Masip, avec qui il a d’ailleurs collaboré dans son atelier à la création de nombreuses oeuvres. Cela explique qu’il est difficile de départager le fils du père dans l’authentification des premiers tableaux.

Toutefois il est indubitable qu’à partir de 1530, Juan de Juanes s'impose comme la personnalité dominante de l'atelier et devient l’artiste le plus en vue et respecté de Valence. En plus d’être un peintre hors-pair, Juan de Juanes est un érudit en lien avec les cénacles humanistes de son époque.

Si la thématique religieuse est prédominante dans son oeuvre, le peintre explore aussi la mythologie et l’art du portrait. Sa peinture conserve une empreinte flamande sur laquelle souffle le vent de la Renaissance florentine. Raphaël et Sabastiano del Piombo sont deux influences majeures pour l’artiste et sa génération.

juan-de-juanes-serge-helholc
Illustration : Serge Helholc

 

Ses oeuvres maîtresses, aujourd’hui exposées au Prado, sont les toiles du Retable de San Esteban. Il y fait montre d’une grande dextérité graphique, alliant maîtrise du trait et technique des couleurs, et agrémente ses scènes de citations latines et de gestes rhétoriques évocateurs qui témoignent de sa parfaite connaissance des humanités.

Juan de Juanes a engendré de nombreux disciples dont Ribalta, fondateur du Collège des peintres à Valence. Ses enfants ont repris le flambeau familial : son fils, Vicente Joanes, et ses filles, Dorotea et Margarita Joanes, sont considérés comme des peintres notables de leur époque.

 

Jerónimo Jacinto Espinosa (1600-1667)

espinosa-inmaculada-concepcion
Fragment du tableau (partie basse) "Inmaculada Concepción", photo Serge Helholc

 

Issu d’une famille de peintres, il est initié à la peinture par son père Jerónimo Rodríguez de Espinosa (1562-1630) à Cocentaina dans la province d’Alicante. Il approfondit ensuite sa formation à Valence dans le Collège des Peintres créé en 1607 par Francisco Ribalta.

Sa première oeuvre signée date de 1612 ce qui montre une étonnante précocité.

La mort de Ribalta en 1628 fait de lui son principal disciple et le chef de file de la scène artistique valencienne de son temps.

L'horror vacui qu’il partage avec son maître va l’obliger à inventer de nouvelles compositions pour remplir ses tableaux. Pétrie de thèmes religieux, sa peinture s’inscrit dans le courant baroque du XVIIème siècle. Elle se compose principalement de commandes pour des couvents et des ordres religieux de la région valencienne. Elle suit le Canon naturaliste de l’époque dans la représentation des personnages et s’attache ainsi à l’exactitude de leur figuration. Si sa technique s’affine, sa peinture évolue peu et apparaît comme figée hors du temps, enfermée dans des compositions solennelles et symétriques. Espinosa a recours au ténébrisme le plus strict, utilisant une forte lumière qui illumine la scène de ses tableaux avec des contrastes puissants qui laissent transparaître, en des moments d'extase, le transcendant dans le quotidien.

espinosa-serge-helholc
Illustration : Serge Helholc

 

Outre Ribalta, on dénote l'influence de deux de ses contemporains espagnols, Orrente et Zurbarán, à tel point que l’on a surnommé Espinosa le “Zurbarán valencien”.

L’un de ses fils, Jacinto, sera aussi peintre et finira les oeuvres de son père.

Neuf toiles d’Espinosa sont exposées au Prado et une salle lui est consacrée au musée de Bellas Artes de Valence.

 

Ignacio Pinazo Camarlench (1849-1916)

camarlench-domingo-de-ramos
Domingo de Ramos en la Plaza de la Virgen, Ignacio Pinazo Camarlench


Né à Valence en 1849 dans un milieu modeste, Ignacio Pinazo Camarlench est un peintre impressionniste contemporain de Joaquín Sorolla.

En 1864, il intègre l’Ecole de las Bellas Artes de San Carlos à Valence tout en travaillant à côté comme chapelier. Il commence à connaître une certaine popularité à Barcelone et, en 1871, son travail est exposé pour la première fois à l’exposition nationale de las Bellas Artes.

En 1876, il obtient une bourse pour aller étudier à Rome et se prend de passion pour la peinture des Macchiaioli (mouvement initiateur de la peinture moderne en Italie).

Il peint le grand tableau historique Últimos momentos del rey Jaime el conquistador en el acto de entregar su espada a su hijo don Pedro considéré comme une oeuvre majeure et qui lui vaut le deuxième prix de l’exposition nationale de las Bellas artes de 1881.

camarlench-serge-helholc
Illustration : Serge Helholc

 

La même année, il rentre définitivement à Valence où sa notoriété croît considérablement. Il remporte de nombreux prix dont le premier prix de l’Exposition nationale de las Bellas Artes de 1899 pour son tableau La lección de memoria qui représente son fils en train de lire.

Son approche artistique évolue et délaisse de plus en plus les thèmes historiques au profit d’une peinture plus intimiste mettant en avant des scènes de la vie quotidienne, des portraits de famille, ou encore des nues.

La vélocité et la puissance du trait, ses coups rapides de pinceaux, sa palette de couleurs éclatantes le placent à bon droit parmi les figures de proue de l'impressionnisme espagnol. Tant dans le style que dans le choix des sujets il est le devancier de Joaquín Sorolla ou Francisco Domingo Marqués avec lesquels il forme la “grande trilogie” des peintres valenciens fin XIXème-début XXème siècle.

 

José Benlliure y Gil (1855-1937)

el-jardi-de-lautor-benlliure
El jardí de l'autor, Josep Benlliure Gil


Il naît à Valence en 1855 dans une famille d’artistes (son frère est le sculpteur Mariano Benlliure) et commence ses études à quatorze ans dans l'École de las Bellas Artes de San Carlos de Valence. Sa formation se poursuit dans l’atelier du grand peintre valencien Francisco Domingo où il se fait vite remarquer pour son talent pictural.

La notoriété grandissante de Benlliure lui permet de rencontrer le roi d’Espagne Amédée Ier. Celui-ci, qui apprécie son oeuvre, lui ouvre les portes des salons de la noblesse espagnole à Madrid et Benlliure réalise ainsi une série de portraits des jeunes princes, ducs et comtes de la famille royale.

En 1879, Il part pour Rome où il se consacre à la peinture de genre, très prisée alors, mettant ainsi en scène des moments de la vie quotidienne ou familiale. Sa peinture se vend bien et lui assure un train de vie confortable. En 1888, il remporte la médaille d’argent à l’exposition de Vienne et la médaille d’or à Munich.

benlliure-serge-helholc
Illustration : Serge Helholc

 

La décennie 1890-1900 consacre son succès commercial et sa reconnaissance artistique. Benlliure occupe le poste de Directeur de l’Académie espagnole à Rome de 1903 à 1912.

Après près de trente années passées en Italie, il rentre à Valence et devient le directeur du musée de Las Bellas Artes. Il cultive le costumbrismo qui s’attache à faire de l’art un reflet des coutumes, folklores et usages sociaux d’un lieu. Dès lors, il devient le diariste de son temps dans la région valencienne, et sa peinture, même si elle laisse une part à la libre interprétation du peintre, constitue un précieux témoignage de la Valence début de siècle.

 

José Amérigo Salazar (1915-1988)

amerigo-retrato-de-la-huerta
El retrato de la huerta (1964), José Amérigo Salazar, photo : Serge Helholc


Après une formation à l’Ecole de las Bellas Artes de San Carlos à Valence (il y enseignera à partir de 1972 les paysages et la couleur), Amérigo travaille en tant que peintre, muraliste, affichiste et graphiste.

En 1950, il prend part à la formation du groupe éphémère “Los introspectistas” qui inaugure le salon de Arte et peint les paysages de l’intérieur valencien, ses villages blancs et ses côtes, où ressort son goût prononcé pour la lumière méditerranéenne.

amerigo-serge-helholc
Illustration : Serge Helholc

 

Influencée par Cézanne, on peut inclure sa peinture dans le courant post-impressionniste. Avec son approche géométrique de l’image et ses harmonies chromatiques, la peinture d'Amérigo capte les ambiances méditerranéennes et tend à une épure formelle dans le traitement de l’espace.

palette-amerigo
Palette du groupe d'Amérigo, photo : Serge Helholc

 

Tous nos remerciements à l'artiste Serge Helholc pour ses superbes illustrations.

 

Suivez-nous sur Facebook, Instagram et Twitter !

 

Nous vous recommandons

Paul Pierroux-Taranto

Paul Pierroux-Taranto

C'est enthousiaste et motivé que ce jeune Français, Valencien de coeur et d'origine, qui a travaillé dans le domaine de l'écriture et de la communication à Paris, rejoint lepetitjournal.com/valence en tant que rédacteur en chef.
6 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Laura jeu 30/07/2020 - 12:14

Bonjour, Valencia est un berceau d’artistes , peintres, musiciens, écrivains, couturiers, ébénistes, cinéastes, ... c’est un vrai bonheur de retrouver tous ces peintres valenciens qui illuminent notre été et nous transmettent leurs émotions, leurs palettes riches en paysages, personnages, traditions,..... Merci pour le choix de cette présentation.Z

Répondre
Commentaire avatar

Laura mer 29/07/2020 - 19:59

Bonjour, Valencia est un berceau d’artistes , peintres, musiciens, écrivains, couturiers, ébénistes, cinéastes, ... c’est un vrai bonheur de retrouver tous ces peintres valenciens qui illuminent notre été et nous transmettent leurs émotions, leurs palettes riches en paysages, personnages, traditions,..... Merci pour le choix de cette présentation.Z

Répondre
Commentaire avatar

Georgette mar 19/05/2020 - 20:19

J’ai lu avec intérêt Le Petit journal que m’envoie en France une amie très chère, valencienne de cœur Et j’y ai trouvé la parution de Paul Pierroux -Taranto sur les peintres Valenciens qui honorent cette région souvent occultée par des lieux aux noms plus prestigieux ou que le touriste pressé traverse trop vite pour retrouver la Costa Blanca et se gorger de soleil J’y ai redécouvert Sorella bien sûr…que j’ai gardé en mémoire pour ses scènes de plages éclairées d’un blanc lumineux qui le caractérise Je retiens « La Ultima Cena » inspirée de la classique Léonard de Vinci à laquelle le Valencien Juan de Juanes donne des couleurs éclatantes soulignées par un dessin fini Les autres me sont inconnus et m’apporteront une évasion bienfaisante en ces jours de confinement Merci

Répondre
Commentaire avatar

ninotet mar 28/04/2020 - 11:18

Je suis surpris de ne pas lire, sur la courte liste, le nom de mon oncle Federico Montañana, créateur du groupe Z et l'un des membres influents de la nouvelle peinture , Bien qu"éxilé" à Paris depuis les années cinquante, il a toujours été un Valencien pur et dur, ancien élève de San Carlos. Il est décédé près de La Junquera dans le train qui l'amenait vers sa ville natale, la troisième ville d'Espagne où il possédait un appartement calle Museo. Pour information, je suis Luis Gadea, fils de sa soeur Maria, et je réside en banlieue parisienne , dans l'Essonne.

Répondre
Commentaire avatar

redaction.valence mar 28/04/2020 - 23:00

Nous vous remercions de votre commentaire. J'ai bien pris connaissance de votre oncle, il a toute sa place dans l'Histoire de l'art à Valence, naturellement. J'avais prévu de l'inclure dans une liste suivante sur les peintres modernes (comme son titre l'indique, l'article ci-dessus ne prétend pas à l'exhaustivité et, même s'il respecte une certaine chronologie, le choix est in fine arbitraire). Ce serait formidable si vous pouviez me donner de plus amples informations. Je vous communique mon mail : pierrouxtarantopaul@gmail.com. Bien à vous,

Répondre
Voir plus de réactions

Communauté

INTERVIEW

S.CAZEBONNE - "Une rentrée plus satisfaisante et apaisée qu’imaginée"

La députée de la 5e circonscription des Français de l’étranger, Samantha Cazebonne, aborde avec nous la situation des établissements français à l’étranger, la transition verte et le respect animal.

Expat Mag

Chennai Appercu
CINÉ

Le cinéma indien: l’usine à rêves

L’Inde est de loin le pays qui entretient le rapport le plus passionné avec le monde cinématographique. Cet engouement pour le septième art dépasse les frontières. Bollywood ? oui, mais pas que.