TEST: 2297

Pourquoi l’humoriste Dani Mateo a failli ne pas jouer à Valencia ?

Par Lepetitjournal Valence | Publié le 11/11/2018 à 22:05 | Mis à jour le 11/11/2018 à 22:24
Photo : Affiche du spectacle "Nunca Os Olvidaremos"
MiniCartel-1

Menacé par un groupuscule d’extrême droite à propos d’un sketch jugé offensant, l’humoriste espagnol Dani Mateo a vu son spectacle annulé par une salle de spectacle valencienne. C’était sans compter sur l’équipe municipale qui a trouvé une solution. Explication en trois actes.

 

Acte 1 : la polémique

Tout commence le jeudi 1er novembre. Pendant l’émission El Intermedio animé par el Gran Wyoming, Dani Mateo feint de se moucher dans le drapeau espagnol au cours d’un sketch.

Faisant écho au premier acte officiel de la Princesse Leonor qui, la veille, avait lu la Constitution Espagnole, l’humoriste de la Sexta a lu la notice d’un célèbre médicament contre le rhume puis, après un éternuement, a fait semblant de se servir du drapeau comme mouchoir. Ce geste à ensuite été accompagné de commentaires mélant les magasins chinois, la Audiencia Nacional et la famille Royale.

Quelques minutes plus tard, la twitosphère se déchire, entre ceux qui y voient un acte courageux, quand pour d’autres il s’agit purement et simplement d’une offense, avec en toile de fond les problèmes propres à l’Espagne : indépentantisme des régions, finalité de la famille royale, limites de l’humour et respect des symboles nationaux.

 

Acte 2 : les menaces

Ce geste a scandalisé bon nombre d’espagnols et Dani Mateo s’est retrouvé dans l’œil du cyclone : demande d’explications et d’excuses, perte de sponsors et même menaces de mort envers lui-même et ses proches. Un déferlement auquel le comédien ne s’attendait pas.

Parmi ces opposants les plus virulents, le parti politique España 2000 dont le fief est à Valencia. Revendiquant 4.000 adhérents, ce parti d’extrême droite, jumelé, entre autres, avec le Rassemblement National, a proféré des menaces entrainant dans la journée du 8 novembre, l’annulation du spectacle qui devait se jouer au théâtre Olympia de Valencia les 23 et 24 novembre prochain.

 

Acte 3 : le dénouement

Aussitôt, les membres des autres partis politiques espagnols et, à fortiori, valenciens, se sont émus de la situation de Dani Mateo, comme Joan Ribo, le Maire de Valencia qui dans une réponse à un tweet du journaliste Eugenio Viñas a réagi :

« N’importe quelle attaque à la liberté d’expression mérite :

  1. Ma condamnation énergique
  2. La solidarité maximale pour celui qui se voit entraver
  3. Une réflexion collective pour que personne ne nous vole cette liberté
  4. Une solution alternative pour celebrer à #València la représentation de @DaniMateoAgain

 

Et cette solution alternative fut rapidement trouvée par l’équipe municipale qui a proposé à Dani Mateo de se produire gratuitement au Palau de la Musica.

Le tweet de Joan Ribo

« La défense de la liberté d’expression mérite qu'une enceinte de la stature du Palau de la Musica soit prête à accueillir votre prestation. C'est une invitation formelle à jouer à València et chacun décide librement s'il vient ou non. »

Par ailleurs, la municipalité, qui a cédé cette salle pour la représentation du comique comme elle peut le faire habituellement pour des œuvres caritatives, pourrait demander une participation au public présent destinée à une association de bienfaisance.

Sur le même sujet
logofbvalence

Lepetitjournal Valence

Site d'information, premier média des Français, francophones et francophiles à l'étranger, lepetitjournal.com/valence, c'est VOTRE site !
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Valence !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale