Mardi 25 septembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

FETE DE LA FEMME - Plus de 10000 manifestants avenue Bourguiba

Par Lepetitjournal Tunis | Publié le 14/08/2018 à 01:00 | Mis à jour le 14/08/2018 à 02:14
13ap

Ce 13 août 2018, la défense de la proposition de la COLIBE était au coeur des revendications des manifestations organisées par plusieurs associations à l'occasion de la fête de la femme, largement relayées sur les réseaux sociaux.

Chaque année les Tunisiennes ont deux "anniversaires" : le 8 mars, journée internationale des Droits de la Femme et le 13 août, anniversaire du code du statut personnel, qui fut pour elles un premier pas énorme vers la liberté individuelle.

Devenu "la fête de la femme", le 13 août est déclaré jour férié. Depuis la révolution, la fête prend des allures de manifestation plus ou moins massive, en fonction des tentatives à l'encontre des libertés, de la part des conservateurs et islamistes.

Quelques milliers de personnes, dont au moins un tiers d'hommes, étaient présentes le lundi 13 août 2018, à l'occasion de la fête de la femme, transformée en manifestation de soutien à la COLIBE, devant le théâtre municipal de l'avenue Habib-Bourguiba (Tunis) : citoyens de différents milieux sociaux, activistes de la société civile, associations, personnalités, étaient présents pour appeler à l'égalité homme-femme, au respect des libertés et au rejet de l'extrémisme. 

L'événement a largement été couvert par l'ensemble des médias tunisiens ainsi que quelques médias étrangers.

Pour la première fois, les activistes LGBT étaient mis en évidence, sur le parvis du théâtre et au milieu des autres activistes. Le rapport de la COLIBE comporte en effet la proposition de dépénalisation de l'homosexualité, entre autres.

Contrairement au message massif relayé, cette manifestation de soutien n'était pas organisée uniquement pour la défense de l'égalité dans l'héritage, mais bien pour un ensemble de mesures visant à moderniser ou annuler des lois ancestrales et à donner plus de liberté et de dignité à tout citoyen tunisien.

Voir les photos de la manifestation ICI et quelques extraits vidéo ICI, ICI et ICI

Le ministère de l’Intérieur par communiqué, a félicité les manifestants ayant participé à la marche nationale du 13 août à l’avenue Habib Bourguiba.

Le ministère de l’Intérieur a mis en exergue "leur comportement pacifique et leur civisme", ce qui a facilité l’action des forces de l’ordre dans la sécurisation de cette manifestation.

A Paris

La fédération des Tunisiens pour les citoyens des deux rives (FTCR) a organisé le même jour, une manifestation de soutien à la COLIBE, place de la Fontaine des Innocents.

Côté opposants

La semaine précédente, des imams sont descendus dans plusieurs villes de Tunisie pour manifester contre ce rapport. Certains en ont fait le sujet de leur prêche du vendredi, et diabolisé  la présidente de la COLIBE, l’avocate et militante Bochra Ben Hamida, qui a reçu de nombreuses menaces.

Le 3 août, une prière collective a été organisée par Hechmi Hamdi, président du parti El Mahabba sur l’avenue Habib Bourguiba.

La coordination nationale pour la défense du Coran, a également organisé, le samedi 11 août 2018, une manifestation Place du Bardo contre le rapport de la COLIBE. 

Des accusations d’aller à l’encontre de l’islam, de falsifier les paroles de Dieu, de propager l’homosexualité, de détruire la famille tunisienne ont nourri les principaux slogans des manifestants

La COLIBE

La commission des libertés individuelles et de l’égalité (COLIBE) a été créée par le président de la République Tunisienne Béji Caïd Essebsi, le 13 Août 2017. La commission est chargée de préparer un rapport concernant les réformes législatives relatives aux libertés individuelles et l’égalité, conformément à la constitution du 27 Janvier 2014, ainsi qu’aux normes internationales des droits de l’Homme.

COLIBE

Son rapport publié le 8 juin 2018 est largement critiqué par les conservateurs, particulièrement sur les questions de l'égalité dans l'héritage, de la dépénalisation de l'homosexualité, et de l'abolition de la différenciation musulman / non-musulman.

En savoir plus sur l'histoire du CSP ICI

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet