Washoku World Challenge : le combat des saveurs de Paris à Tokyo

Par Steen | Publié le 21/11/2022 à 00:00 | Mis à jour le 21/11/2022 à 10:59
Washoku World Challenge, le 10e anniversaire

Cette année, le Washoku World Challenge célèbre sa dixième édition. Cette compétition de cuisine japonaise, organisée par le ministère de l’Agriculture, des Forêts et de la Pêche du Japon est ouverte aux chefs non japonais passionnés par la cuisine japonaise et souhaitant améliorer leurs connaissances et leurs compétences.

 

Les participants du monde entier sont les bienvenus. Trois tournois de qualification régionaux ont eu lieu, respectivement à Paris, New York et Singapour. Et afin de donner leurs chances à un maximum de participants, deux tournois en ligne ont également été mis en place.

 

Gagnant à Paris du WWC


Le rayonnement de la gastronomie japonaise à l’international

Le nombre de restaurants japonais en dehors du Japon a augmenté ces dernières années. Il y aurait aujourd’hui environ 160 000 restaurants japonais dans le monde, dont environ 13 300 en Europe. La réputation de la gastronomie japonaise n’est plus à faire et les chefs cuisiniers internationaux contribuent largement à sa diffusion. Malheureusement, il est aussi vrai que certains restaurants qualifiés de « japonais » proposent en réalité des menus limités (sushi ou brochettes en France par exemple) qui reflètent mal toute la richesse de cette cuisine et ne rendent pas justice à la qualité et à la saveur des produits japonais.

Le Washoku World Challenge a donc vocation à faire connaitre à l’étranger une cuisine délicieuse et plus saine, ainsi qu’à promouvoir l’exportation d’aliments japonais encore sous estimés.

 

Chefs européen qui concourent au WWC

 

Le thème du Washoku world challenge cette année

La cuisine japonaise sait tirer parti d’ingrédients aussi variés que l’algue kombu, les copeaux de bonite séchée, les champignons shiitakes séchés ou encore les graines de soja.

Le dashi, un composant de base de la cuisine japonaise « quotidienne », est, entre autres fabriqué avec de l’eau douce, de l’extrait de l’algue Kombu et de l’acide inosinique extrait des copeaux de bonite séchée. C’est un « classique » de la cuisine japonaise et un met à ne pas prendre à la légère puisqu’il se revisite déjà selon les régions et les personnes qui le cuisinent.

C’est donc tout naturellement que le dashi a été choisi comme thème pour le 10e anniversaire du Washoku World Challenge. Le but est de forcer ainsi les cuisiniers à revenir aux « basiques ».

 

plats préparés pour le Washoku World Challenge

Une finale attendue à Tokyo !

Retrouvez les résultats de la finale européenne (qui s’est donc déroulée à Paris fin octobre) :

 

 

Les six finalistes (issus des qualifications en Europe, Amérique du Nord et Singapour, mais aussi en ligne) seront invités au tournoi final à Tokyo. 
À cette occasion, un cours de cuisine spécial sera proposé par les meilleurs chefs japonais. Une excellente occasion d’apprendre encore plus en détail les techniques et les connaissances de la cuisine japonaise.
Une visite des producteurs d’ingrédients japonais sera également organisée. Les finalistes pourront alors observer comment les ingrédients traditionnels japonais sont cultivés ou produits.

Enfin, les gagnants du tournoi final seront autorisés à participer au « Prix de l’art culinaire japonais ». Une occasion pour eux de découvrir les techniques avancées de la cuisine japonaise en contact étroit avec ceux qui les pratiques au quotidien.

Pour plus de détails sur le Washoku world challenge et ses différentes éditions, vous pouvez vous rendre directement sur le site de l’évènement ou suivre tout ça sur les réseaux sociaux !

 

 

I.Steen

Steen

Steen vit à Tokyo où elle exerce comme rédactrice web, consultante SEO et journaliste (membre du FCCJ club). Passionnée de théâtre, de littérature, de musique, de cinéma, mais également de jeux vidéos, elle exerce sa plume sur tous les sujets.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Tokyo !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale