Jeudi 12 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

La visite du Pape François au Japon en novembre 2019

Par Michael Amerigo | Publié le 08/11/2019 à 09:42 | Mis à jour le 13/11/2019 à 08:33
Photo : Le pape François en Papamobile lors de son Voyage en Corée du Sud en 2014
pape-francois-japon

La neuvième Coupe du Monde de rugby à peine terminée, le Japon s'apprête à vivre un nouvel événement d'envergure et qui devrait être apprécié comme tel à l'échelle mondiale. Le rendez-vous ne se fera pas sur le terrain sportif cette fois, les Jeux Olympiques de Tokyo ne sont prévus que dans quelques mois, mais sur le plan religieux. Pour son 32ème voyage apostolique, le Pape François se rendra au Japon du 23 au 26 novembre après un passage de deux jours en Thaïlande.


La communauté catholique japonaise, si elle ne représente qu'une infime partie de la population de l'Archipel (moins de 0,5 %), s'appuie sur une histoire riche qui démontre la force de la foi de ses fidèles. Bien que cette visite de trois jours ait de fortes chances de passer totalement inaperçue pour la grande majorité des Japonais, il s'agit bien d'un événement majeur puisque la dernière venue du chef de l'Eglise catholique au Japon remonte à près de quarante ans. Saint Jean-Paul II, le premier Pape à y avoir fait le voyage, avait visité le pays du 23 au 26 février 1981. Le programme du souverain pontife, qui a toujours éprouvé un grand attachement avec le Japon et son peuple, se limitera à trois villes, Nagasaki, Hiroshima et Tokyo. Cette visite, placée sous le thème "Protect all life" ("Protéger toute vie"), lui permettra d'apporter son message de paix, avec une mention spéciale sur les armes nucléaires, et de rencontrer les fidèles, sans oublier quelques officiels, des victimes des bombardements atomiques et de catastrophes naturelles, ainsi que les jeunes catholiques, porteurs d'un nouveau souffle missionnaire. 

 

japon pape françois

 


Le Japon, la réalisation d'un rêve pour le Pape 


En 1958, alors qu'il venait à peine de rejoindre les jésuites et de devenir prêtre, le jeune argentin Jorge Mario Bergoglio avait émis le souhait d'être missionnaire au Japon. Mais à cause de sa santé jugée trop fragile par ses supérieurs, le projet n'avait pas pu se concrétiser. Dès lors, bien qu'il ne puisse s'y rendre par la suite, celui qui allait devenir en 2013 le 266ème Pape garda un profond attachement au Pays du Soleil levant. Un prêtre l'avait particulièrement marqué pendant sa jeunesse et c'est pour partir sur ses traces qu'il s'était mis à rêver du Japon. Le père jésuite Pedro Arrupe (1907-1991) était un prêtre missionnaire d'origine espagnole qui était en charge de la formation des jeunes jésuites japonais à Hiroshima lorsque la bombe atomique s'abattit sur la ville. Pas même atteint par les radiations, il survécut à l'explosion et, après avoir déclaré "Nous possédons une énergie infiniment plus grande que celle de la bombe atomique, nous avons le Cœur de Jésus ", il fit preuve d'un engagement indéfectible envers son prochain. Médecin de profession, il décida d'improviser un hôpital dans sa communauté pour accueillir et soigner des personnes victimes de radiations.


Le père Arrupe, qui avait été surnommé "le Typhon", était un homme de prière très intelligent et porté à faire confiance à ses interlocuteurs. Reconnu notamment en raison de son engagement pour la Justice et apprécié dans son Ordre comme un réformateur doublé d'un prophète, celui qui voulait que les Jésuites, en tant qu'éducateurs, aident chacun à devenir "un homme pour les autres", fut aussi le supérieur général de la Compagnie de Jésus de 1965 à 1983. Ayant marqué le futur Pape autant que le monde catholique de son époque, le père Arrupe a fait l'objet en février 2019 d'une ouverture de la cause de béatification. Ce voyage sera donc l'occasion pour le Pape François de venir sur les traces de celui qui l'a impressionné dans sa jeunesse et pourrait aussi donner lieu à cette béatification, reconnaissance suprême chez les catholiques. La ville de Hiroshima sera bien au centre de ce voyage chargé mais se limitera cependant à un court passage au Mémorial de la Paix.

 

hiroshima pape françois japon



La visite pontificale des deux villes bombardées en août 1945


Le souverain pontife avait déjà annoncé en septembre 2018 son désir de se rendre au Japon durant une rencontre à Rome avec une délégation japonaise. Un an plus tard, le mercredi 2 octobre, le programme de son quatrième voyage en Asie a été rendu public et son souhait exaucé. Le samedi 23 novembre, il quittera Bangkok en matinée pour arriver en fin d'après-midi à Tokyo. Une cérémonie de bienvenue aura lieu à l’aéroport international de Haneda et un peu plus tard le Pape prononcera son premier discours devant les évêques du pays. Il ne restera pas longtemps dans la capitale puisqu'il se rendra dès le lendemain matin à Nagasaki, berceau du christianisme au Japon. C'est en effet dans cette ville que les premiers missionnaires chrétiens ont introduit le christianisme en 1549 avant d'étendre rapidement leur parole à l'ensemble du territoire japonais. L'Histoire chrétienne du Japon est aussi très violente puisque, victimes d'interdictions et de répressions pendant plus de deux cents ans, les fidèles ont dû se cacher pour pouvoir vivre leur foi à l'abri des autorités. Certains de ces sites ont été reconnus de grande valeur historique et douze sont même classés au Patrimoine mondial de l'UNESCO depuis juin 2018.


Malgré des débuts très rapides, le christianisme a eu du mal à s'implanter au Japon. Cependant, la tradition est toujours bien vivace à Nagasaki, surnommée "Petite Rome" ou "Rome de l'Orient", et les églises y côtoient plus largement qu'ailleurs dans le pays les temples et les sanctuaires. Et après avoir délivré son premier message sur les armes nucléaires à l’Atomic Bomb Hypocenter Park, le Saint Père se rendra sur un site symbolique, témoignage d'un terrible épisode dans l'Histoire d la ville et du Japon. Comme son prédécesseur en 1981, le Primat d'Italie ira sur la colline de Nishizaka rendre hommage aux 26 martyrs chrétiens qui y furent crucifiés en 1597. Enfin, une messe sera célébrée dans le stade de baseball. Cette première journée ne sera pas encore finie puisque le Pape François s'envolera ensuite pour Hiroshima. Cette étape sera très courte mais aura également beaucoup de portée puisque une rencontre de paix y sera organisée avec des survivants de la bombe atomique. Le soir même, il retournera à Tokyo où l'attendra dès le lendemain un programme tout aussi chargé.

 

cathédrale tokyo



Le programme du Pape François à Tokyo


Lundi 25 novembre sera une journée entièrement consacrée à la capitale japonaise pour le souverain pontife avec pas moins de cinq rendez-vous d'importance. Le premier aura lieu à "Bellesalle Hanzomon", une grande salle de réception où il rencontrera des victimes du triple désastre de 2011. L'Evêque de Rome se rendra ensuite au Palais impérial pour un entretien en privé avec l’Empereur Naruhito, nouvellement intronisé. La matinée ne sera pas encore terminée qu'il devra se rendre en la Cathédrale Sainte-Marie où l'attendront les jeunes catholiques du Japon. Après le déjeuner aura lieu au Tokyo Dome, une salle normalement réservée aux matchs de baseball, aux concerts et aux grands salons, une messe de 15h30 à 17h45. Jusqu'à 42000 personnes, qui avaient jusqu'au 14 octobre pour s'y inscrire, pourront assister à cet office géant. Enfin, il terminera sa journée par une rencontre avec le Premier Ministre japonais au siège du gouvernement. La modification de la Constitution japonaise, souhaitée par Shinzo Abe en vue d'une remilitarisation du pays, devrait y être abordée. Le Pape, également surnommé "Souverain de l'Etat de la Cité du Vatican" aura aussi l'occasion de s'adresser à la société civile et au corps diplomatique.

 

pape françois japon 2019

 


La dernière journée au Japon du Pape, mardi 26 novembre, se limitera à la matinée. Et comme le reste de son programme, l'agenda sera très chargé avec un réveil à l'aube pour célébrer en privé une messe avec des membres de la Compagnie de Jésus, celle-là même qui avait eu le père Arrupe comme supérieur général. La messe se tiendra dans la chapelle du Kulturzentrum de l’Université Sophia à 7h45. Le petit-déjeuner donnera l'occasion d'une rencontre avec le Collège Massimo de l’université, d’anciens prêtres et des malades. Une visite des lieux et un dernier discours du Pape concluront ce passage à l'université. L’aéroport de Haneda sera enfin la dernière étape de cette visite papale sur le sol japonais. Après une ultime cérémonie d'au revoir qui devrait débuter à 11h20, l'avion du Pape devrait décoller à 11h35 pour rejoindre Rome.


Le Cardinal Maeda, archevêque d'Osaka, a déclaré : "J'espère que la visite du Pape amènera un souffle nouveau, une nouvelle force motrice pour les œuvres missionnaires au Japon". Il est vrai que dans un pays où le baptême est souvent synonyme de mise en marge de la famille et, par là, de la société, le voyage du Saint Père pourrait être aussi l'occasion, grâce à ses messages de paix, de démontrer que l'identification du christianisme avec l'Occident est fausse. La visite des deux villes bombardées en 1945, la rencontre des victimes de catastrophes naturelles et sa lutte contre les armes nucléaires, pourraient encore permettre de donner au souverain Pontife et à l'Eglise catholique qu'il représente une image positive auprès des Japonais. Positive comme peut l'être l'impression que l'on a en voyant le logo de ce voyage papal, fort de symboles. Il est constitué de trois flammes représentant chacune une idée bien précise. La flamme rouge symbolise ainsi les martyrs qui, par leur sacrifice, ont permis d'installer le christianisme dans le pays. La bleue représente la Vierge Marie et la verte, la plus longue des trois, a été choisie pour illustrer la Nature, abondante au Japon. Un cercle rouge vient entourer ces flammes pour donner l'image du soleil levant et de l'Amour qui embrasent et embrassent chaque vie de façon égale. Tel sera le message que le Pape François viendra porter au Japon au cours de ses trois jours de visites qui laisseront toute une communauté dans la joie de l'événement.

 


 

Nous vous recommandons

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Elgringogo13 sam 09/11/2019 - 01:28

Excellent Article qui est très complet tant sur le programme que sur les aspects historiques. Visite à suivre

Répondre

Vivre à Tokyo

DÉCOUVERTE

Légendes japonaises : les yokai les plus… originaux

Fantômes, dieux (kami), animaux qui se transforment (bakemono), esprits… Les Yokai 妖怪 (妖 - yo - démon et 怪 - kai - mystère) sont nés dans les légendes japonaises et sont souvent assimilés à...