Vendredi 3 avril 2020
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Setsubun à Zojo-ji : attrape-moi si tu peux !

Par Elena El Meliani | Publié le 03/02/2020 à 13:10 | Mis à jour le 03/02/2020 à 13:15
setsubun-temple-tokyo-japon

Setsubun est une tradition annuelle célébrée le 3 février au Japon. On peut traduire le terme Setsubun par « la fête du lancer de haricots. » Cette célébration marque le passage du changement de saison le plus important de l’année. 


Entre modernité et tradition. Non loin de la tour de Tokyo et au milieu d’immenses buildings s’élève ce grand complexe de temples bouddhistes qui abrite les tombes de six shoguns. Zojo-ji accueillait cette année la fête du Setsubun


Ce complexe  est situé au centre du parc Shiba dans l’arrondissement de Minato, les alentours n’étaient que calme et silence. Et pourtant, plus l’on s’approchait du temple Zojo-ji ,plus le calme se transformait en cohue et le silence se changeait en un brouhaha constant. Tout le monde s’empressait de trouver une place, une bonne place. 


Quatre présentateurs occupèrent le temps jusqu’à midi, heure du début de la cérémonie. Il était possible de voir défiler différents groupes au milieu des temples voisins, des enfants, des personnes avec de petits chiens, des célébrités en tenue traditionnelle. Ces mêmes personnes monteront sur la scène peu de temps après la prière pour lancer des cadeaux dans la foule. 


La fête a principalement deux objectifs, chasser les mauvais esprits de l’année passée et attirer la chance sur soi pour l’année qui s’ouvre, célébrer l’arrivée prochaine du renouveau printanier. 


Il y avait beaucoup de monde massé près du temple pour un jour de semaine, principalement des personnes âgées, bien qu’il fût possible de voir des zones réservées aux familles avec des enfants en bas âge. Quelques étrangers, curieux de passage ou véritables fans de la culture, assistaient aussi à cette célébration. 

 

setsubun japon

 


Il y aura en tout sept lancers. À chaque fois, la foule se disperse aussi vite qu’elle s’est formée. Un ballet très bien organisé, car tout le monde doit avoir sa chance de récupérer quelque chose. Mais qu’est-ce qui est lancé ? Chips en tous genres, mouchoirs et soins, pochettes surprises… Ce qui est distribué en plus grand nombre reste les haricots, puisque c’est tout de même le thème de la cérémonie.

 
Avant la troisième session de lancers, enfants et « démon » s’adonnent au Mamemaki, coutume qui se pratique dans les maisons afin d’exorciser les lieux. La tradition est donc bien respectée. Initialement, la session se termine par le ramassage des graines ; on en mange alors le nombre qui correspond à son âge plus un, pour se souhaiter bonne chance durant les douze prochains mois. 


Quelques animations étaient mises en place pour prolonger l’événement. Elles faisaient sourire les plus jeunes, mais les adultes s’impatientaient en attendant le prochain lancer. Des adultes bien équipés puisqu’ils avaient tous trouvé un moyen pour récolter le plus de cadeaux. Sacs en l’air, serviettes, vestes, tout était bon pour se faire remarquer par les lanceurs. 


Même si certains se retrouvent au sol lors de petites bousculades, cette tradition amuse aussi bien ceux qui donnent que ceux qui reçoivent.

 

Nous vous recommandons

elena el meliani

Elena El Meliani

Jeune étudiante en journalisme tombée amoureuse du Japon lors de son premier voyage en 2010. Au risque de passer pour un cliché, j’aime les sushis et les mangas. Animée par la curiosité, habitée par la passion et envoûtée par mon métier.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Madrid Appercu
Coronavirus

#ProtègeTonSoignant: "Les Français de l'étranger sont aussi concernés"

L'initiative, lancée par un collectif regroupant des professionnels du monde médical et du monde de l'entreprise, mobilise depuis le début de la crise du Coronavirus en France une équipe de bénévoles