Vendredi 21 juin 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

5 lieux où admirer les sakura "hors des sentiers touristiques" à Tokyo

Par Julien Loock | Publié le 24/03/2019 à 08:46 | Mis à jour le 24/03/2019 à 13:10
sakura-tokyo-cerisier

La période printanière nippone coïncide avec la beauté saisissante des cerisiers en fleurs : les fameux sakura. Ce spectacle visuellement grandiose est une merveille pour les rétines, et les à-côtés, comme le hanami, sont un régal pour la douceur de vivre post-hiver. Alors oui, Tokyo est prise d'assaut. Alors à l'opposé des parcs (trop?) bondés tokyoïtes réputés pour leurs cerisiers, nous vous proposons aujourd'hui cinq lieux "hors des sentiers touristiques" en toute subjectivité. Entre guillemets, car, "hors des sentiers touristiques" ne veut pas dire intime et seul au monde, c'est un concept rare dans la capitale à cette période. La liste d'aujourd'hui vous propose cinq alternatives moins touristiques pour se fondre avec les locaux.

 

sakura tokyo
 


De Yotsuya à Iidabashi


De Yotsuya jusqu'à l'appontement d'Iidabashi se dresse une belle lignée de cerisiers qui offre un cadre de balade magique, non loin de la ligne JR Chuo. Après avoir emprunté un petit escalier, on s'aventure sous les branches des arbres en fleurs, là où le midi, il n'est pas rare de croiser des femmes et hommes d'affaires nippons qui dégustent leur bento, les yeux en l'air. Le cadre est des plus agréables et le lieu reste plus ou moins calme la journée, chose plutôt exceptionnelle au cœur de Tokyo. La célèbre Université Sophia se dressant non loin de là, nombreux sont les étudiants à venir apprécier le spectacle en fin de journée.

 



Le parc olympique Komazawa 


C'est dans l'arrondissement de Setagaya, au sud-ouest de Tokyo, que se trouve le parc olympique Komazawa, construit à l'occasion des Jeux olympiques d'été de 1964. Outre de nombreuses infrastructures sportives, comme des terrains de handball et des pistes de course à pied, entre autres, le parc abrite une très belle flore qui ravit les promeneurs, souvent en familles. Pendant la saison des cerisiers en fleurs, le parc arbore fièrement une robe blanche et rose sous laquelle se glissent des familles japonaises en nombre, pour leur pique-nique printanier immanquable. Et même si on ne se sentira pas seul, la fréquentation du parc, très familiale et locale, est propice à une ambiance particulièrement douce. 

 



Le parc Koganei


Situé à l'ouest de Tokyo, ce parc est un lieu idéal pour faire l'expérience d'un hanami réussi. Sa taille, ses 1700 cerisiers et son éloignement des quartiers centraux de la capitale accentuent le charme d'une balade printanière pour admirer les sakura. Comme ce poumon vert (et rose) est à 30 minutes de train de la bouillonnante Shinjuku, les touristes se font plus rares. On a alors cette agréable sensation de se fondre dans la vie locale au cœur d'un cadre idyllique. 

 



Autour de la station Monzen-Nakacho


L'expression "sous-estimé" va comme un gant à ce lieu pourtant propice à la balade au gré des fleurs de sakura. Située dans l'arrondissement de Koto, à l'est de la capitale, cette alternative "hors des sentiers touristiques" propose une échappée au bord d'une rivière dans laquelle semblent se jeter les cerisiers. La foule est éparse, le calme règne et les tons changent magnifiquement selon les heures de la journée, avec une préférence pour la tombée de la nuit, lorsque les lanternes s'illuminent. 

 



Autour de la rivière Meguro


Accoler ce lieu tokyoïte à l'expression "hors des sentiers touristiques" est un comble, cette balade étant prisée des habitants de la capitale et des touristes qui viennent en nombre se promener autour de la station Naka-meguro et de ses multiples cerisiers qui jouxtent la rivière. L'ambiance est particulièrement chic et élégante, avec ses boutiques de créateurs, ses lanternes roses et ses petites échoppes qui proposent au chaland un pétillant avec une fraise. Alors pourquoi conseiller ce lieu dans cet article ? Car la foule aime se concentrer autour de la gare et de la centaine de mètres de rivière contiguë. Mais si le promeneur amateur de sakura s'en écarte, la cohue s'estompe et la tranquillité revient. Plus on se rapproche de Meguro, et encore plus d'Osaki, et plus la balade devient "intime" et agréable. La clé pour profiter de la rivière Meguro ? S'éloigner !

 

 

Nous vous recommandons

Julien Loock

Julien Loock

Rédacteur en chef de l'édition de Tokyo depuis décembre 2016.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Singapour Appercu

J. Bonet et Y. Le Goff - Stop à l’exploitation sexuelle des mineurs

Si l’exploitation sexuelle des mineurs existe depuis des siècles, différents facteurs sont à l’origine de son aggravation et de sa sophistication à l’heure actuelle.