Jeudi 24 septembre 2020

EXCLUSIF - Interview de Vianney : ses émotions, sa musique et le Japon !

Par Lepetitjournal Tokyo | Publié le 22/06/2017 à 14:05 | Mis à jour le 23/06/2017 à 08:30
vianney

Artiste interprète de l'année aux Victoires de la musique 2016, Vianney est aujourd'hui au Japon pour un concert événement dans le cadre de la fête de la musique à l'Institut français du Japon - Tokyo, ce samedi 24 juin. Lepetitjournal.com Tokyo est allé à sa rencontre hier pour échanger avec l'artiste sur ses émotions, sa musique et le Japon.

Toujours souriant, Vianney est un artiste d'une gentillesse et d'une disponibilité rares. Malgré le décalage horaire (ndlr : il venait d'atterrir quelques heures auparavant), Vianney nous a réservé un accueil des plus chaleureux. Assis dans un des salons de la Résidence de l'Ambassade de France, en tête à tête, l'interview pouvait alors commencer.

 

Vianney, ta musique te transporte aujourd'hui, ici, au pays du Soleil-Levant. Dans quel état émotionnel es-tu ?

C'est ma toute première fois au Japon. Déjà tout petit, j'avais des fantasmes de voyages parmi lesquels la Scandinavie et le Japon. C'est réellement un pays où je rêvais d'aller depuis longtemps. J'étais très excité hier matin en prenant mon avion, quasiment intenable (rire). Je suis bien sûr un peu frustré aussi, car j'aimerais me balader et découvrir le pays. Je me sens très chanceux d'être là et absolument heureux. J'aurai à c?ur d'y revenir très prochainement.

 

Un concert à l'Institut français du Japon - Tokyo samedi dans le cadre de la fête de la musique à Tokyo, un autre concert au Chelsea Hotel de Shibuya le 20 septembre... Qu'attends-tu de ces futurs concerts nippons ?

J'ambitionne de m'adapter totalement au public japonais, qui, à ce qu'on m'a dit, est très différent du nôtre. Ce qui me plaît, ce qui m'excite beaucoup, c'est justement cette fraîcheur- là, cette nouveauté du public. Je sais que ça va être à moi de m'adapter plus qu'à eux. Je préfère savourer l'instant comme il se présentera. Il paraît que la ferveur et les attitudes sont vraiment différentes. Cela va être rafraîchissant et oxygénant.

En ce qui concerne la barrière de la langue, j'ai déjà joué devant des publics étrangers et j'ai toujours chanté en français. Et ce n'est pas un souci, le langage se résume à la musique et aux émotions que l'on transmet. Il faut dégager un maximum d'émotions. Et le lien va aussi se tisser entre le public et moi-même, lors des temps de pause entre les chansons. En anglais bien sûr.

"J'ambitionne de m'adapter totalement au public japonais"

 

En écho à "Je m'en vais", partirais-tu vivre au Japon ?

J'adorerais, oui, c'est certain. Evidemment, ce serait présomptueux de dire pourquoi, car je ne connais pas la vie au Japon. Mais j'ai une attirance depuis toujours pour ce pays, pour cette culture. Ce qui est sûr, c'est que le dépaysement est total, des architectures aux attitudes des gens. C'est frappant. Quitte à partir, je voudrais aller vers l'ailleurs, vers la différence. Je me sentirais en découverte permanente. C'est un sentiment qui m'est agréable.

 

Chez nous, dans l'édition de Tokyo de lepetitjournal.com, on aime les nombreuses tentations qu'offre le Japon. Peux-tu nous avouer six de tes tentations irrésistibles nippones dans les domaines suivants ?

En gastronomie, as-tu une obsession gourmande ?

Le chirashi. Et j'ai hâte d'en manger des "vrais", de très bons ici (rire).

En tourisme, un lieu rêvé à visiter ?

Très basiquement, je dirais Tokyo dans sa globalité. Et j'adorerais aller dans les hauteurs, marcher en pleine nature. C'est comme ça que j'aime découvrir un pays.

En musique, un plaisir musical ?

Ry?ichi Sakamoto. Les arrangements de Sakamoto sont très japonisants : ils respirent le Japon tout en étant très abordables pour nous.

En culture, un penchant irrésistible ?

La mode. J'étais étudiant en stylisme et il y avait beaucoup de Japonais, souvent très bons ; ils avaient une vision du vêtement très particulière. Comme je disais au début, j'ai toujours été attiré par la Scandinavie et le Japon. Ces pays ont énormément de points communs, esthétiquement, dans la mode : c'est minimaliste, très ordonné, très carré.

En mode justement, as-tu des artistes fétiches ?

Kawakubo, Miyake ou encore Yamamoto. Ce sont les plus connus, mais ils illustrent très bien la vision de la mode au Japon.

En technologie, un gadget indispensable ?

Ce serait plutôt pour mon ingé son qui est fan de photographie. Il va partir à la recherche des meilleurs objectifs dès demain.

Pour cette dernière question, ton âme d'artiste a carte blanche. Tu désires écrire une chanson sur la ville de Tokyo, quels mots te viennent à l'esprit pour un refrain ?

"Y'a tout qui est à Tokyo" ! Ce n'est pas très français mais ce n'est pas grave, c'est pour l'allitération. Cela va de pair avec ce que j'ai pensé en arrivant ici : c'est très dense, très chargé. Je pense qu'il y a tout à Tokyo. Cela pourrait être un bout de couplet (rire).

 

Après un dernier moment de partage très sympathique et plus personnel, Vianney est reparti répéter dans les étages de la Résidence. La soirée ne faisait que commencer pour l'artiste. Nous le remercions encore une fois, chaleureusement, pour son accueil, sa gentillesse et sa disponibilité. Nous lui souhaitons une belle réussite pour son concert le samedi 24 mai à l'Institut français du Japon - Tokyo. Il vous attend nombreux.



11:00 - 20:30
entrée libre
Institut français du Japon - Tokyo
? 162-8415
15 Ichigaya-funagawara-machi, Shinjuku-ku, Tokyo

Julien Loock (www.lepetitjournal.com/tokyo) le vendredi 23 juin 2017

Nous vous recommandons

logofbtokyo

Lepetitjournal Tokyo

Le media des Français, francophones et francophiles à l'étranger. Pour recevoir des informations quotidiennes, abonnez-vous gratuitement à la newsletter!
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

Enlèvements au Japon : une résolution européenne adoptée

Le Parlement européen, inquiété par les enlèvements d’enfants de couples binationaux, a appelé le 8 juillet le Japon à respecter le droit international et à changer son système juridique

Vivre à Tokyo

Infos pratiques

Être fumeur au Japon

Même si, chaque année, le nombre de fumeurs diminue (8% de moins au premier trimestre 2019, selon la Japan Tobacco), le Japon a pour objectif de le diminuer toujours plus à l’approche des Jeux...

Expat Mag

Madrid Appercu
SE DÉPLACER

A partir du 25/09, il n’y a plus de restrictions de voyage dans l’UE

A partir du vendredi 25 septembre, les choses sont donc plus claires et il n’y aura plus de restriction. Aucun pays européen ne pourra interdire les voyages à un pays où à une région de l'Union europé

Sur le même sujet