Mercredi 17 octobre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

L'artiste française Gaelle Buswel à la conquête du Japon

Par Julien Loock | Publié le 18/09/2018 à 10:00 | Mis à jour le 18/09/2018 à 10:24
Gaelle Buswel

Gaelle Buswel est une guitariste et une auteur, compositrice et interprète française qui parcourt les routes de son univers musical depuis son plus jeune âge. Avec trois albums à son actif et de très nombreux concerts à travers le monde, Gaelle va de nouveau poser ses valises dans la capitale nippone pour un concert événement, le dimanche 23 septembre 2018, à Fuchu, à l’ouest de Tokyo. Redécouvrez aujourd'hui son interview, réalisée un an plus tôt. 

 

Gaelle, comment définirais-tu ton style ? Quel est ton parcours musical ?

Mon univers musical est celui de l'Americana, un mélange de folk et de rock seventies avec des touches de blues. J'ai été bercée très tôt par la musique et je joue de la guitare depuis mes 13 ans. J'ai vécu de nombreuses expériences musicales au fil des rencontres avec différents musiciens. J'ai même créé mon premier groupe à l'âge de 15 ans.

C'est en 2012 que sort mon premier album « Yesterday's Shadow » grâce à la rencontre avec l'artiste américain Neal Black, qui m'a prise sous son aile. Cet album acoustique a lancé ma carrière solo et a ainsi attiré un public sensible à mon univers musical.

En novembre 2014, mon second album « Black to Blue », produit avec l'aide de mes fans, sort dans les bacs. Il a été enregistré avec l'ingénieur son de Shaka Ponk. Attirant encore une fois un nouveau public, cette nouvelle étape musicale m'a ouvert les portes de l'Amérique du Nord.

Un an plus tard, en 2015, je suis partie avec mon meilleur ami et ma guitare, en sac à dos, traverser les Etats-Unis pendant 45 jours. Ce voyage, très enrichissant, m'a permis de vivre de très belles rencontres que je n'oublierai jamais. La plus belle fut celle avec David, un musicien de rue que j'ai eu la chance de croiser à Austin. Nous avons joué ensemble pour le plaisir. C'est alors que David m'a offert une des ses chansons, « No one else », qu'il chantait déjà depuis plus de 20 ans. Cette rencontre a bouleversé ma vie et a lancé l'écriture de mon troisième album, « New Day's Waiting ». Je fis la promesse à David de revenir enregistrer avec lui à Austin cette chanson, pour mon nouvel album. De retour en France, j'ai alors entamé l'écriture de « New Day's Waiting » que j'ai eu la chance d'enregistrer en France et au Texas, à Austin. Après avoir retrouvé David, j'ai pu réaliser avec lui ce duo qui me tenait à coeur. J'ai également eu le privilège d'enregistrer deux titres avec des musiciens locaux, dont l'organiste Buka Allen de Joe Walsh des Eagles, dans un studio mémorable au sein d'une église (ndlr Church House Studios). L'album est sorti dans les bacs en mars 2017.

Cette aventure musicale et humaine fut très enrichissante. En tant qu'artiste indépendante, je remercie encore une fois le soutien des fans qui ont permis le financement d'une partie de ce troisième album, grâce à une campagne sur kisskissbankbank.

 

Gaelle Buswel Tokyo

 

Dans le cadre du Shibuya Showcase Festival en septembre, tu seras en concert le 14 à The Game et le 15 au Chelsea Hotel. Que représentent pour toi ces deux live en terre nippone ?

C'est exceptionnel ! C'est fantastique ! Je remercie infiniment les organisateurs de ce festival qui ont eu confiance en moi et ma musique. Ces live sont une vraie opportunité à saisir. Le marché japonais n'est pas un marché évident à atteindre et je vais pouvoir dévoiler mon univers devant des professionnels locaux. En tant qu'artiste indépendante, c'est une chance inouïe. Ma musique a d'ailleurs déjà voyagé au Japon avant moi (rire). En 2014, mon album « Black to Blue » avait reçu une belle demande de la part du public japonais. Comme celui-ci n'était pas distribué dans le pays, Tower Records avait alors contacté mon distributeur de l'époque pour pouvoir en faire la distribution dans ses magasins. Malheureusement, il n'y avait pas eu de tournée possible à cette période-là.

Le public japonais a été très accueillant et c'est grandiose de pouvoir partager très prochainement, avec eux, ma musique. L'excitation est déjà très présente. Mon équipe (ndlr un batteur, un guitariste et un bassiste) et moi-même allons saisir cette chance de pouvoir vivre un tournant important de notre carrière.

 

Gaelle Buswel Tokyo

 

Quel est le rôle de ta participation au Shibuya Showcase Festival ?

Avec cette participation, j'ai l'occasion de saisir une opportunité unique : celle de présenter mon album devant des professionnels japonais et de pouvoir développer ma carrière musicale. Je vais pouvoir aller à la rencontre de tous les corps de métiers présents dans ce salon. Ma musique sera présentée à des maisons de disques, mais également à des professionnels du marketing, de la distribution et des journalistes locaux. Les Japonais ont une très belle curiosité musicale et j'espère, bien sûr, un coup de coeur d'une de leurs maisons de disques. J'ai une importante carte à jouer lors de ce festival. C'est également une chance d'aller à la rencontre du public japonais car, ce que j'aime avant tout dans la musique, c'est créer des liens forts avec les spectateurs.

 

Ton album « New Day's Waiting » sort en septembre au Japon. Quelles émotions cela te procure-t-il ?

C'est grandiose ! Je suis extrêmement ravie. D'ailleurs, en enregistrant ce nouvel album, j'étais convaincue qu'il allait nous ouvrir les portes du monde. Je vais là, où ma musique m'emmène. J'imagine toujours la musique comme un grand livre que l'on ouvre et qui nous amène loin, très loin. Je suis fière que cet album puisse sortir au Japon. D'autant plus fière que nous ne sommes jamais allés jouer dans ce pays. Je suis reconnaissante de la curiosité que les Japonais ont eue de ma musique. C'est une opportunité de carrière unique et je suis très curieuse de vivre cela sur place. Je suis passionnée par l'échange et les rencontres. Dans un pays à l'autre bout du monde, partager autour de nos différentes visions des choses va être une expérience très enrichissante. C'est ce que j'aime dans mon métier et je remercie infiniment les Japonais qui m'ont soutenue. Ma musique existe grâce à eux.

 

J'ai la sensation d'être une fille de 10 ans qui part vivre une aventure au bout du monde. 

Et le Japon, en as-tu toujours rêvé ? Que représente ce pays pour toi ?

Après les Etats-Unis et le Canada, le Japon est le pays qui me fait le plus rêver. J'imagine le Japon comme un pays extraordinaire et grandiose. Je suis très impatiente, très excitée mais aussi très curieuse à l'idée d'aller découvrir ce pays magique. Et en même temps, je ne sais pas non plus à quoi m'attendre. Je me laisse guider par l'aventure, je suis sur mon nuage (rire). Pour de nombreuses personnes, aller au Japon est le voyage de toute une vie, celui qu'on espère, celui qu'on attend depuis longtemps avant de sauter le pas. J'ai eu d'excellents échos de mes amis sur ce pays. Je retiens d'ailleurs particulièrement le côté très accueillant que j'ai hâte de connaître, car selon moi, c'est une chose qui se perd peu à peu et qui est pourtant précieuse. Et puisque j'aime voyager et aller à la rencontre des locaux pour partager des émotions, je suis certaine que cette découverte sera fantastique. J'ai la sensation d'être une fille de 10 ans qui part vivre une aventure au bout du monde. 

Lepetitjournal.com Tokyo remercie Gaelle Buswel pour sa gentillesse et sa disponibilité.

Batterie : Steve Belmonte
Guitare : Michaal Benjelloun
Basse : Xavier Zolli

 

Nous vous recommandons

Julien Loock

Julien Loock

Rédacteur en chef de l'édition de Tokyo depuis décembre 2016.
0 Commentaire (s)Réagir
Sur le même sujet