Ötillö Utö 2021 : un retour et des gagnants

Par Hugo Messina | Publié le 21/06/2021 à 12:11 | Mis à jour le 21/06/2021 à 12:11
Photo : Sprint à la nage à Utö pour l'Ötillö 2021 - Crédits : Pierre Mangez / OTILLO
Compétition Ötillö Utö 2021

Le swimrun de haut niveau était de retour du 19 au 20 juin à Utö, dans le cadre des championnats du monde. Les meilleurs mondiaux se sont affrontés dans chaque catégorie. Au final, différentes équipes ont été récompensées.

 

Ötillö 2021 : Un retour attendu et organisé

Après plus d’un an sans compétition, l’Ötillö World Series d’Utö marquait ce week-end le grand retour de la discipline. Un retour sur les terres d’origines du swimrun, qui aura rassemblé 450 participants, de 24 nationalités différentes, répartis dans plus de 123 équipes sur les deux jours. Souvent, le mois de juin est pluvieux en Suède, et les conditions peuvent vite devenir complexes pour les athlètes. Mais pour cette édition 2021, l’organisation a relevé une météo favorable : 20 degrés de température ambiante, pour une eau à 17 degrés.

La course a été adaptée, plus courte que d’habitude, pour respecter les consignes sanitaires. Au total, les sportifs auront tout de même parcouru 26,5 km, répartis entre 17 sections de nage et 18 sections de course à pied. Pour pallier à la réduction du parcours, les tracés de trail ont été modulés. Par exemple, les sections de nage ne dépassaient pas les 500 mètres, rendant l’effort plus intense.

 

Du challenge et plusieurs gagnants à la clef

Dès le début de la course, les participants semblaient décidés à tout donner. Les différentes teams étaient à égalité, même si six équipes se détachaient dans le peloton de tête. Cependant, dès qu’il a fallu attaquer la partie trail, très technique, le groupe a explosé. À ce moment, deux équipes seulement ont maintenu le rythme. La dernière section de nage a déterminé le vainqueur, qui est arrivé avec quatre minutes d’avance sur le second, finissant la course en 2 heures 45 minutes et 15 secondes.

Chez les femmes, la concurrence était également très rude, avec peu d’espaces entre les équipes. Mais vers la fin, la team Envol s’est littéralement envolée avec Désirée Andersson et Anna Hellström, pour décrocher la première place de leur catégorie.

 

Résultats catégorie Homme :

1 - Team Öckerö Rörläggeri - Adriel Young & Max Andersson (Australien et Suédois) - en 2h 45min 15s

2 - Kraken Swimrun - Pontus Lindberg & George Bjälkemo (Suédois) - en 2h 49min 37sec

3 - Team ARK Swimrun1 - Lars Ekman & Fredrik Axegård (Suédois) - en 2h 51min 15sec

 

Vainqueur catégorie homme
Adriel Young & Max Andersson, de la Team Öckerö Rörläggeri, vainqueurs dans la catégorie homme - Crédits : Mattias Hallgren / OTILLO

 

Résultats catégorie Femme :

1 - Team Envol - Desirée Andersson & Anna Hellström (Suédoises) - en 3h 15min 48sec

2 - Team Wild Swimrun West Coast - Therese Bergling & Evelina Järvinen (Suédoises) - en 3h 20min 57sec

3 - ARK Swimrun - Helena Sivertsson & Kristin Larsson (Suédoises) - en 3h 21min 55sec

 

Vainqueurs catégorie femme
Desirée Andersson & Anna Hellström, de la Team Envol, gagnantes dans la catégorie femme - Crédits : Mattias Hallgren / OTILLO

 

Résultats catégorie Mixte :

1 - ARK Swimrun - Peter Oom & Ulrika Eriksson (Suédois) - en 3h 02min 47sec

2 - ARK Swimrun - Marika Wagner & Alexander Koller (Suédois) - en 3h 07min 08sec

3 - Team Envol Switzerland - Sabina Rapelli & Alexis Charrier (Suissesse et Français) - en 3h 10min 05sec

 

Vainqueurs catégorie mixte
Peter Oom & Ulrika Eriksson, de ARK Swimrun, qui remportent la catégorie mixte - Crédits : Mattias Hallgren / OTILLO

 

Hugo Messina

Hugo Messina

Poursuivant un cursus de journalisme et communication au Magistère DJC en parallèle d’un Master en droit du numérique à Aix-Marseille Université, Hugo est passionné par le domaine de la culture, la musique et le sport.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Stockholm !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale