Dimanche 16 décembre 2018
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

VOYAGE- Koya San, le Japon hors des sentiers battus

Par Caroline D. | Publié le 26/09/2018 à 14:15 | Mis à jour le 03/10/2018 à 12:49
Koya san Japon

Pour ceux qui souhaitent découvrir le Japon en dehors du classique Tokyo/Kyoto, il existe un endroit hors du commun et facile d’accès : Koya San. Une visite de quelques heures vous fera plonger au coeur du bouddhisme ésotérique japonais. Accessible aussi à toute personne n’ayant aucun attrait pour la religion, l’endroit est connecté et inspirant.

Le sanctuaire principal, Oku- No-In, est en fait le mausolée de Kukai, un moine japonais né au 9eme siècle.

C’est en 819 qu’il fonde Koya San, complexe composé aujourd'hui de 117 temples.

Bien qu’apparement complexe et difficile d'appréhension, la doctrine de Kukai était très populaire. Il enseignait en effet qu’en suivant les préceptes de Bouddha, chacun pouvait lui même devenir un Bouddha.

Mort en méditation, Kukai est encore vénéré et chaque matin et soir depuis 1 200 ans, un moine dépose son repas à l’entrée de la grotte où il a accédé à la vie éternelle.

KOYA SAN VOYAGE JAPON

 

L’endroit n’est pas sinistre, loin de là, malgré la présence de quelques 200 000 tombes et stèles.

Certaines d'ailleurs ont été élevées par de grandes entreprises japonaises, afin d’honorer leurs salariés, concept bien étrange pour un occidental.

Des arbres centenaires, des chemins où à chaque pas, la beauté du paysage alentour se dévoile, des temples plus fascinants les uns que les autres.

On est au coeur de la spiritualité et de l’épure japonaise.

Partout, des petites statues de pierres à apparence humaine, vêtues de petits tabliers et chapeaux rouges.

Ici, Bouddhisme et Shintoisme cohabitent paisiblement.

 

Détails pratiques 

Pour accéder à ce lieux, où vous croiserez de nombreux pèlerins japonais, il suffit à partir de Singapour, de prendre un vol direct pour Osaka ( dès que l’aéroport de Kansai aura été remis en service; car il a été fortement endommagé par le dernier typhon).

Une heure et demi de train vous amènera au pied d’un spectaculaire funiculaire, point de départ de la marche vers le Japon éternel.

Le lieu est ouvert à tous.

L’accès en a été interdit aux femmes pendant 1 100 ans car elles pouvaient être source de distraction pour les moines. Ce n’est qu’en 1906 qu’une femme a pu entrer dans le complexe.

KOYA SAN JAPON

 

Une autre expérience vous attend après vous être imprégnés de la magie de l’endroit : passer la nuit au Eko-in Temple, un Shukubo, auberge réservée aux pèlerins.

Chambre traditionnelle avec futon, dans un temple où bien sûr le jardin appelle à la contemplation et où vous pourrez au petit matin assister à la cérémonie du feu.

L’expérience du bain traditionnel japonais en déroutera sans doute plus d’un.La salle de bain est commune ( mais pas mixte !).

Tout le monde prend une douche, assis sur un petit tabouret en bois, et après vous être rigoureusement frotté avec une petite serviette réservée à cet usage, vous pourrez entrer dans le bain commun, en posant votre serviette, bien pliée en carré, sur votre tête, afin de ne pas souiller l’eau.

La nudité collective n’attire aucun regard, ce qui de nouveau est un peu déroutant pour qui a  l'idée préconçue que les Japonais sont pudiques.

Après avoir nourri son esprit, il sera temps de passer aux nourritures terrestres.

Vous découvrirez alors le shojin-ryori, la cuisine végétarienne servie dans les temples.

Non, ne fuyez pas. Il s’agit là encore d’une experience exceptionnelle.

L’occasion de découvrir la vraie saveur du tofu. Ce fut une révélation.

Le tofu servi dans ce temple est sans comparaison possible avec l’espèce de pâte caoutchouteuse et sans saveur goûtée jusqu’à ce diner qui restera dans les mémoires.

Le seul descriptif possible : une texture soyeuse, un gout délicat et inimitable.

Toute la spiritualité du Japon dans une seule bouchée, alliant simplicité extrême et sophistication inouïe.

Et surtout, si vous voyagez en famille, n’hésitez pas une seule seconde.

La découverte de Koya San et la nuit au temple Eko-in resteront gravés pour toujours dans la mémoire de vos enfants, bien plus que leur première fois à Universal Studios.

Vous verrez, ils en redemanderont.

 

PS : Juste au cas où, glissez une tablette de chocolat dans votre sac…

Nous vous recommandons

Screenshot_20180925-143420

Caroline D.

Caroline D. vit à Singapour depuis 5 ans. Guide au Musée National de Singapour qui retrace l’histoire de l’ile
2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Karin jeu 27/09/2018 - 01:46

Merci pour ce joli article qui fait remonter d'agréables souvenirs. En compagnie de mon mari et beau-père déjà bien âgé, nous avions visité cet endroit magique! Une expérience unique en tout genre, exactement comme décrit dans votre article. On avait un temps gris, du crachin et assez froid, mais ca accentuait encore le mysticisme du lieu. Un havre de paix si on veut échapper la frénésie d'une grande ville.

Répondre
Commentaire avatar

singapour jeu 27/09/2018 - 08:25

Merci de partager cette belle expérience avec nous !

Répondre

Actualités

Minimalism: Light. Space. Object. L’exposition du moment à Singapour

L’art minimaliste est un courant d’art moderne apparu dans les années 50 à New York, et dont l’idée est de supprimer toute interprétation possible. Dénué de référence, de valeur symbolique et sans lie