LePetitDepot.com- La réinvention permanente au service du goût de France

Par Lepetitjournal Singapour | Publié le 14/04/2016 à 11:00 | Mis à jour le 29/01/2020 à 15:18
Petit depot

En l'espace de 3 ans, Le Petit Depot s'est fait une place de choix dans le coeur et le frigo de très nombreux Français et fans des produits français à Singapour. Un succès qui doit beaucoup à la capacité de Yannick Guédon et Frédéric Douvillé, les fondateurs de la plateforme de vente de produits français en ligne, à se réinventer en permanence pour mieux servir les besoins des clients.

Le Petit Depot fête son 3ème anniversaire. Comment la plateforme a-t-elle évolué au cours de cette période ?

Yannick Guédon - Le Petit Depot a grandi. Il a d'ailleurs grandi plus vite qu'on l'avait prévu. Quand nous avons créé l'entreprise, le 6 avril 2013, il s'agissait seulement de combler un vide suite au départ de Carrefour. En 3 ans on est passé à une offre alternative complète.

Ça s'est fait en grande partie grâce à nos clients qui ont d'emblée apporté une réponse positive et nous ont constamment poussés à nous transformer et à enrichir l'offre pour répondre au mieux aux besoins qu'ils exprimaient. La plateforme elle-même a évolué pour que l'expérience de faire ses courses en ligne soit à la fois simple et un plaisir. Avec le temps, ce sont des milliers de détails qui ont évolué dans l'organisation, notamment sur les aspects techniques et logistiques.

L'offre de produits s'est considérablement étoffée. Depuis le 9 mars 2016, Le Petit Depot distribue les produits Carrefour au travers de plusieurs gammes estampillées, « Carrefour Veggie», « Carrefour Surgelés », « Carrefour kids », « Carrefour baby » « Carrefour sélection ».

 

 

Faire en ligne des courses complètes sans se ruiner, avec des produits de qualité.
 

Combien de produits peut-on trouver sur la plateforme du site LePetitDepot.com aujourd'hui ?


Frédéric Douvillé - Le partenariat avec Carrefour porte à 2600 le nombre total de références offertes sur le site, dont 1600 de marques nationales et 1000 de marque Carrefour. C'est l'équivalent, en France, d'un petit Monoprix. L'ambition du Petit Depot, c'est de proposer à ses clients la possibilité de faire en ligne des courses complètes sans se ruiner, avec des produits de qualité dont l'origine, à l'instar des volailles Label rouge, est garantie.

 

c

 

YG - Dans le domaine du bio et du sans gluten, on avait identifié qu'il y avait une demande importante, mais qu'il y avait un problème de prix. Dans les deux cas, les produits qu'on peut trouver à Singapour sont proposés à des prix sensiblement supérieurs aux produits classiques. Grâce au partenariat avec Carrefour, les produits bio sont vendus au prix des produits classiques. Pour les personnes qui recherchent des produits sans gluten, l'offre du Petit Depot, permet pratiquement de couvrir tous les besoins.

 

Comment fonctionne le service proposé par Le Petit Depot ?

FD - La proposition du Petit Depot c'est que toute commande passée avant 18:30 (19:00 le dimanche) est livrée le lendemain dans l'un des 3 créneaux proposés : de 9:00 à 13:00 ou de 14:00 à 18:00 7j sur 7 plus un créneau le soir de 19:00 à 22:00 du lundi au samedi.


On imagine qu'une telle proposition, qui paraît simple pour le client, représente un défi logistique quotidien

FD - La livraison, particulièrement lorsqu'il s'agit de produits frais, est un point crucial. Cela demande un réglage très précis. Pour les surgelés, par exemple, nous avons lancé l'offre en septembre, mais nous avons attendu février avant de lancer les crèmes glacées. Nous avons voulu peaufiner le système de livraison pour qu'il soit absolument sans défaut.

 

c

Livraison gratuite à partir de 70$ d'achat, programme de fidélité? Le Petit Depot semble être en permanence en situation d'innover. Qu'est-ce qui vous pousse à le faire ?

FD -Il y a beaucoup d'interactions entre Le Petit Depot et ses clients. C'est en écoutant leurs besoins et suggestions qu'on a mis en place la livraison gratuite à partir de 70$ d'achats. Là encore, cela paraît simple, mais pour Le Petit Depot, c'était un pari : celui de baisser ses marges en misant sur une croissance en volume. C'était une décision commerciale qui avait une implication sur toute l'organisation.
 

 

C'est aussi sur la base des commentaires de nos clients qu'on a mis en place, tout récemment un système de fidélisation. C'est d'autant plus vrai que, en ce qui nous concerne, comme consommateurs, nous n'étions, ni l'un ni l'autre, sensibles à cet aspect. On a voulu mettre en place un système très simple. Ce qu'on voulait c'est que les clients voient très rapidement la concrétisation du programme de fidélité. Pour un client régulier, cela permet d'acquérir un voucher tous les mois et de le recevoir automatiquement sans avoir à réaliser quelque démarche que ce soit. Certains clients très réguliers peuvent en obtenir 2 par mois. Ceux qui le sont moins vont en obtenir 1 tous les 2 mois.

Troisième exemple : celui des moyens de paiement. Nous venons de changer notre système pour que toutes les cartes soient acceptées, y compris les débit cards et l'American express depuis quelques jours.
    
 

Quel bilan faites-vous de cette aventure à titre personnel ?

YG - C'est un projet qui ne pourrait fonctionner si on n'y croyait pas et qu'on n'était pas extrêmement motivés. En contrepartie, nous y consacrons beaucoup de temps et de fatigue. La satisfaction que nous en retirons, c'est d'apporter quelque chose de nouveau qui constitue une vraie réponse pour les gens. C'est aussi une grande satisfaction intellectuelle pour nous qui venons de grandes structures et n'avions pas l'expérience d'entrepreneur. Dans beaucoup de domaine nous avons dû avancer dans l'inconnu. Il y a une excitation intellectuelle à brainstormer ensemble avec la nécessité de trouver la bonne solution. La petite entreprise est un terrain d'expérimentation de A à Z. C'est à cet égard un terrain de jeu passionnant

 

Le fait d'être deux, a posteriori, a-t-il été important ?

FD - Le fait d'être deux est essentiel. C'est une vraie force de remise en question.  Toutes les décisions sont prises à deux. Etre deux permet de prendre du recul. Il y a toujours quelque chose que l'un voit que l'autre n'a pas vu. Cela vaut aussi bien dans la capacité d'innover positivement que pour éviter de prendre de mauvaises décisions. Nous nous appuyons aussi beaucoup sur les clients historiques et de plus en plus sur l'équipe, puisque Le Petit Depot aujourd'hui, c'est une douzaine de personnes dans le domaine de la logistique, des services administratifs, du marketing et de la communication.

 

Comment percevez-vous votre rôle au sein de la communauté française ?
 

YG - Depuis le début Le Petit Depot s'est attaché à prendre ses responsabilités vis à vis de la communauté française en soutenant aussi souvent que possible de très nombreux projets dans le domaine artistique, sportif ou humanitaire.

FD ?Au-delà cette implication, l'expérience du Petit Depot dans la vie d'expat de nos clients dépasse parfois ce qu'on pouvait imaginer. « Je viens d'arriver. Je découvre votre site avec émerveillement » nous ont dit certains. Pour des personnes qui vivent loin de chez elles qui doivent s'adapter à beaucoup de choses nouvelles parfois très éloignées de leurs repères, Le Petit Depot et son offre de produits familière agit comme un baume, une manière aussi de vivre sa culture française au quotidien à Singapour.

 

Site Le Petit Depot

Le Petit Depot

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Singapour !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale