Samedi 24 août 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

WOMEN ON A MISSION – -36°, chez les Nenets en Sibérie

Par Lepetitjournal Singapour | Publié le 03/05/2016 à 11:00 | Mis à jour le 29/04/2016 à 08:46

Après le camp de base de l'Everest en 2012,  Wadi Rum en Jordanie en 2013 et le Tsum Valley au Népal en 2014, Women on A Mission est partie, fin 2015, pour un trek de 12 jours en Sibérie avec les Nenets, un groupe de bergers nomades de la Péninsule de Yamal en Sibérie. Récit de voyage par Valérie Boffy, co-organisatrice de l'expédition.

Women on A mission Quel était le principe de ce voyage ?

Valérie Boffy - L'idée était de suivre la migration d'une tribu Nenets. Les Nenets vivent dans cette région du Yamal, en Sibérie occidentale depuis des millénaires. Leurs visages traduisent le métissage d'origines mongoles et russes. Le groupe que nous avons rejoint gère un troupeau de 10.000 rennes. Tous les 2 ou 3 jours, leur mode de vie nomade les amène à renouveler un déménagement complet : les rennes sont rassemblés par les hommes. Pendant ce temps, les femmes démontent les « chum » (tentes) et installent l'ensemble des affaires sur les traineaux. Les bébés attendent tranquillement bien au chaud, sous une montagne de fourrure, dans leur couffin. Une fois les rennes attelés, l'ensemble du groupe se mette finalement en route, pour une virée de 20-25 km – 10 heures de voyage-  jusqu'au lieu de pâture suivant.  Des l'age de 7 ans, les enfants sont en pensionnats dans le hameau de Yar Sale et vivent une vie plus citadine pendant quelques années. Une fois les études obligatoires terminées, 50% des jeunes retournent vivre avec leurs parents, la vie  itinérante avec leurs troupeaux de rennes..

Comment se passe la vie quotidienne ?

Sur place la vie est très codifiée. Les hommes et les femmes ont des rôles bien définis. Les hommes par exemple ramènent les rennes et ce sont eux qui les étranglent quand ils ont besoin de leur viande. Les femmes les dépècent, en prenant soin de recueillir le sang chaud qu'on consomme tel quel, et de conserver la peau en une seule pièce pour les vêtements ou pour la chum. A l'intérieur de la tente est tracé une sorte de limite virtuelle que les femmes sont sensées ne pas franchir. C'est un voyage physique et mental. L'expérience de vie est difficile. Il fait très froid : -36°. On n'est plus du tout dans sa zone de confort. Le confort n'est d'ailleurs nulle part, à commencer par les moments qui requièrent le plus d'intimité, ou la tente dans laquelle on vient pendre les morceaux de viande qu'on vient de découper. On était réparties deux par deux dans les familles. On faisait le travail des femmes : couper le bois, aller chercher de l'eau. On s'est forcément trouvées confrontées à des difficultés de communication. Dans notre groupe, une seule femme parlait russe. Mais on s'aperçoit qu'on communique autrement

Quelle est la position de la femme chez les Nenets ?

La position de la femme est très forte au cœur de la famille. Ce qui est intéressant d'ailleurs avec notre voyage c'est que c'était une première pour les Nenets que d'accueillir un groupe de femmes. Souvent les récits ethnologiques sont rapportés par des hommes. Mais les hommes ne peuvent avoir de perception directe de la vie des femmes. Le récit des femmes est forcément différent. C'était complètement inédit.

Comment vous êtes-vous adaptées, les unes et les autres, à cette existence ?

L'adaptation, chacune la vit de manière différente. Elle dépend notamment de l'expérience concrète de chaque duo, en fonction de la famille dans laquelle elles se trouvent.  On se lève à 5h. on travaille et on mange (5 fois par jour) jusqu'au coucher vers 19 :30. C'est à ce moment là que nous nous retrouvions pour échanger entre nous.
La vie des Nenets est très âpre. Elle relève de la survie. Mais c'est un style de vie dont les membres apprécient la liberté. Ils sont en communion avec la nature et vivent au rythme des animaux. C'est un mode de vie simple et plein de grandeur qui est hélas aujourd'hui en danger à cause des pipelines qui couvrent le territoire et prennent sur la pâture des rennes.

Propos recueillis par Bertrand Fouquoire (www.lepetitjournal.com/singapour) mercredi 4 mai 2016

« Women on a Mission » a le plaisir de présenter « FROZEN » un événement caritatif : la totalité des fonds récoltés servira à sponsoriser deux foyers pour des jeunes filles victimes de violence, PERTAPIS Centre for Women and Girls ainsi que Residence @St George.

Cet événement aura lieu dans un chapiteau en forme d'igloo Sibérien géant avec une exposition de photographies retraçant le dernier voyage de l'équipe WOAM à travers l'Arctique.

Des animations mettront en vedette des danseurs et des chanteurs russes et la soirée promet d'être une expérience vraiment unique et inoubliable, vous pourrez découvrir aussi la culture et les traditions sibériennes authentiques.

Lieu: 166 Mount Pleasant Road 298356 Bus 54 et 130
https://www.facebook.com/events/164684170588625/
https://www.eventbrite.sg/e/frozen-a-women-on-a-mission-charity-event-photography-exhibition-tickets-20933949005

Illustration: womenmission.com

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

ENVIRONNEMENT

Amazonie, le poumon vert de rage

Depuis plusieurs semaines, les incendies ravagent la forêt amazonienne dont 60% se trouvent sur le territoire brésilien. Lundi dernier, Sao Paulo se trouve plongée dans le noir en plein jour

Sur le même sujet