Mardi 12 novembre 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

BEN BOUSNINA - Du Club Med au Shangri-la

Par Lepetitjournal Singapour | Publié le 08/02/2015 à 11:00 | Mis à jour le 06/01/2018 à 12:29

Après 25 ans au Club Med, Ben Bousnina est aujourd'hui à la tête de l'hôtel Shangri-La de Sentosa et d'autres établissements de la région. A 62 ans, c'est un homme accompli qui a le sens du client et le souci d'aider ceux qui en ont besoin. Rencontre avec un homme au grand c?ur qui veille à ne laisser personne sur la route afin que chaque jour rime avec sourire et bienveillance?

Comment passe t-on du Club Med au Shangri-La ?
Ben Bousnina - Ma carrière de chimiste en devenir a tourné court , en 1973, quand j'ai découvert le Club Med, une entreprise hôtelière internationale de séjours de vacances, présente dans de nombreux pays. J'y ai débuté comme GO (Gentil Organisateur). Ce fut pour moi une grande école d'engagement et de respect des relations humaines. Des valeurs portées haut par notre enthousiasme et notre motivation à créer un environnement chaleureux où s'épanouissaient de nombreux hôtes venus d'horizons différents. Tout était simple et naturel...jusqu'au transport de bagages ! Un mode de vie et des responsabilités qui construisent une belle personnalité, sensible aux autres.

Durant les 18 années suivantes, j'ai gravi les échelons avant d'être nommé Directeur de l'Asie du Sud-Est et basé à Kuala Lumpur....heureux de retrouver la Malaisie où j'avais été, en 1983, l'un des premiers Chefs de Village en Asie, pour le lancement du Club Med Cherating.

Riche d'une belle expérience au sein de cette chaîne de villégiature 5 étoiles, j'aspirais à d'autres aventures professionnelles. C'est ainsi que j'ai rejoint le groupe Shangri-La, hôtellerie de luxe, où j'occupe actuellement le poste de Vice-Président des Resorts tout en étant également D.G. du Shangri-La Rasa SENTOSA. Venant d'une culture entrepreneuriale différente, j'ai accepté de débuter comme directeur d'Hôtel au Shangri-La de Penang afin d'assimiler toute l'organisation structurelle et le savoir-faire de cette chaîne d'hôtels. Je suis à présent basé à Sentosa où, depuis 2002, le gouvernement a réalisé un vaste projet de transformation de cette île en un immense parc d'attractions de renom international, qui fait de Singapour non plus une halte mais une vraie destination. Shangri-La Rasa Sentosa Resort peut s'enorgueillir, avec son unique front de mer, d'avoir créé une station balnéaire avec un club réservé aux enfants mais offrant aussi toute une panoplie d'attractions voisines.

Qui sont vos clients ?
- Notre marché s'est diversifié : le marché singapourien, féru de "staycation", représente 20% de notre clientèle. En dehors de cela, nos clients se répartissent de la façon suivante : Australie (15%), Europe (10%), Japon/Corée (10%), avec une augmentation sensible de la Chine qui représente déjà 12%. Grâce à la situation géographique privilégiée du resort, sur une île mais seulement à 15 minutes du centre de Singapour, nous attirons les voyages d'affaires et de nombreuses réunions d'entreprises. Les sociétés multinationales apprécient également ce cadre pour les séminaires de motivation. Au cours des 12 dernières années, j'ai développé avec assiduité de bonnes relations avec les organismes gouvernementaux et le secteur commercial, ce qui nous a donné l'opportunité de participer à des évènements internationaux comme le Singapore Golf Open dont nous sommes l'hôtel officiel depuis 5 ans.

Comment qualifieriez-vous votre philosophie ?
- La chaîne Shangri-la a une vocation très reconnue de mécénat et d'entre-aide humanitaire. C'est ainsi que nous nous sommes investis, depuis 2011, dans un programme de soutien à l'ARC, centre d'accueil d'enfants atteints de graves maladies, afin qu'ils bénéficient d'un environnement sain et souriant pour s'épanouir et vivre au mieux cette période difficile. Nous offrons des programmes mensuels d'activités ludiques (élaboration de gâteaux, visite de la brigade des pompiers de Singapour, tour en bateau à Clark Quay, et autres activités existantes à Sentosa..) ainsi qu'une aide financière. Mais nous offrons surtout une disponibilité régulière auprès de ces petits malades dont le courage ne peut que forcer notre admiration.

Quel est votre principal défi ?
- Dans notre quotidien, chaque jour est un challenge différent car il est fonction du profil de la clientèle et de ses attentes: créer un environnement amical et rendre un séjour particulièrement agréable est un engagement de tous les jours pour toute l'équipe. Je suis un homme profondément attaché à l'échange verbal et à la relation cordiale ; constater que des clients aux cultures diverses puissent partager des moments de bien-être autour de notre piscine, avec leur famille et leurs nouveaux amis, est ainsi une grande satisfaction personnelle. Cette image de communication positive, dans notre monde bien malmené, est pleine d'optimisme et renforce ma motivation dans cette voie relationnelle.
 
Propos recueillis par Raphaëlle CHOËL (www.lepetitjournal.com/singapour) lundi 9 février 2015

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Singapour

Vintage – Une aventure de passionnés du vin

Allier la France à Singapour à travers des événements : tel était le défi des organisateurs des programmes du festival Voilah! Côté gastronomie, il a été relevé avec brio par Stéphanie Rigourd, sommel

Expat Mag

Varsovie Appercu

Le 11 novembre, fête nationale de l'Indépendance en Pologne

La Pologne fête le 11 novembre non pas l’Armistice de la Première Guerre mondiale, comme en France, mais son indépendance retrouvée après 123 ans de domination austro-hongroise, russe et prussienne

Sur le même sujet