Mercredi 18 septembre 2019
Singapour
Singapour
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ANNE SEVERYNS – « In the midst of colors »

Par Lepetitjournal Singapour | Publié le 17/10/2016 à 11:00 | Mis à jour le 23/10/2016 à 03:52

Anne Severyns expose ses ?uvres du 13 octobre au 21 décembre 2016 à la Résidence de France Singapour. Des ?uvres abstraites qui parlent au c?ur. Exigence des lignes, profusion de couleurs soutenues par l'application d'un pigment. Chaque tableau est une invite à la co-création d'un univers qui n'a de limite que celle de l'imagination. L'artiste y a mis tout son art, fruit d'une expérience de 30 ans, et l'empreinte d'une recherche toujours passionnée. Elle laisse à ceux et celles qui les aiment, la liberté de poursuivre avec chacune un dialogue intime, qui surgit de leur propre expérience et de leurs émotions.

Graphiste de formation, Anne Severyns fait de chaque tableau une recherche qui tient de l'accident, mais provoqué, guidé par la rigueur de la construction, et jamais complètement contrôlé. Comme si la quête constante d'une tonalité particulière, d'un petit pan d'ombre ou d'une étincelle de lumière, était semblable à la cueillette imprévisible, inexprimée mais attendue, qui encourage et stimule une promenade, qui est à la fois un moment de plaisir et une discipline.  

Nous reprenons ci-dessous un entretien que nous avions eu avec l'Artiste en 2014, lors d'une précédente exposition (Minerals).

Comment décririez-vous votre rapport à la peinture ?

?Anne Severyns - J'ai commencé par faire des études dans le domaine du graphisme et de la publicité. Nous sommes partis à l'étranger il y a 28 ans en Asie. D'abord à Singapour, puis en Thailande, en Indonésie et à Hong-Kong. Nous sommes revenus à Singapour il y a 16-17 ans. Pendant toutes ses années, nous avons beaucoup voyagé. L'art m'a chaque fois permis d'être indépendante.

Pour moi la peinture n'est pas un passe-temps. A un moment de mon parcours, les circonstances ont fait que je me suis mise à donner des cours et à produire pour gagner ma vie. Cette exigence pratique m'a conduit à m'immerger complètement dans la peinture. Quand je peins, je suis dans un état d'urgence. C'est parfois suffoquant. Je vis, je pense couleur. Je suis en permanence à la recherche du beau. J'ai l'obsession du beau.

De quel type de beau s'agit-il ?

?- Mon beau à moi n'est pas agressif. Je suis très opposée à l'agression par la peinture. Regarder un tableau, c'est apprendre quelque chose de quelqu'un qui rassure, qui offre de la couleur, de la tendresse, du rêve. J'aime la gentillesse, il ne faut pas qu'un tableau crie. C'est un rapport très humain.

A mes élèves, je fais comprendre à quel point la vie serait triste sans art. Apprendre à peindre c'est apprendre à devenir quelqu'un qui aime l'art. J'essaye de montrer aux enfants que notre être profond a ce besoin vital d'art. La peinture, c'est comme une promenade dans la ville. Il y a des rues par lesquelles vous passez qui vous obligent à faire un détour mais que vous empruntez parce qu'elles sont jolies.

Anne Severyns - In the idst of Colours ( détail) - Crédit Photo Jean-Michel SeverynsComment construisez-vous ce beau ??

- Il y a des règles, ? comme celle du triangle. Dans mes tableaux, il y a toujours des lignes, une alternance entre les zones de lumière et d'ombre, qui forment un triangle. C'est cette construction qui oriente l'?il vers les points dominants. Sinon on ne sait pas où donner de la tête. J'ai retenu de ma formation de graphiste que les lignes et les formes sont faites pour être oubliées.

Ces règles valent-elles aussi bien pour l'art abstrait que pour l'art figuratif ??- Pour faire de l'art abstrait, il faut commencer par faire beaucoup de figuratif. Sinon c'est impossible de parvenir à construire un tableau abstrait. Pour moi, l'abstraction emporte une part de douceur, de rêve. Le figuratif  m'intéresse par la rigueur de ses formes mais fait de moins en moins partie de mon travail.

Je suis en permanence en recherche de la couleur, de la nuance. Dans ce qu'on croit être des taches, un peu floues, il faut qu'il y ait de la matière, de la profondeur pour que la peinture ait de la force. En ce moment, je peins avec des pigments naturels. J'aime beaucoup ce contact avec la matière. C'est important de garder le cap. Parfois je m'impatiente parce que le tableau ne fonctionne pas. C'est très dangereux, ça ne vous laisse pas tranquille, vous souffrez.

Quand savez-vous qu'un tableau est terminé ?

?- Je peins un tableau à la fois. Je ne veux pas m'éparpiller. Quand le tableau est fini, je lui tourne autour. Je continue jusqu'à ce que j'aie la conviction qu'il ne lui manque plus rien. Parfois je retrouve des tableaux que j'ai réalisés il y a plusieurs années. Mais je m'interdis d'y toucher. ?Il faut que le tableau dure. Quand on achète un tableau et qu'on le ramène chez soi, il ne faut pas qu'on s'en lasse. Un tableau c'est une histoire d'amour avec un acheteur.

Comment percevez-vous le regard des autres sur votre ?uvre ??

- C'est très stressant. Idéalement, quand je fais une exposition , j'aimerais m'en aller. Ne pas être là. Cependant, il faut reconnaître que c'est moins stressant en Asie où les gens communiquent moins, qu'à New York  ou en Europe par exemple, où il faut tout expliquer.

Les gens qui regardent un tableau abstrait ont souvent besoin d'un titre pour leur donner une direction. Ensuite, j'estime que c'est à eux d'en faire ce qu'ils veulent. Ma démarche est «  Je vous offre un tableau qui s'appelle comme cela. Votre imagination peut en faire ce qu'elle veut ».
Quelle influence le fait de vivre à Singapour a-t-il eu sur votre travail ??- J'ai vécu une grande histoire d'amour avec Singapour. Mon deuxième enfant est né ici. Singapour c'est ma vie. Je ne sais pas si je pourrais peindre ailleurs. Il y a la lumière, une certaine quiétude. Singapour est aussi très sensible à l'esthétique. La ville est construite autour de la nature.

Travailler à Singapour est une chance parce que les gens achètent. Je constate que les Singapouriens s'intéressent de plus en plus à la peinture. En Europe, c'est plus compliqué parce que les gens vont mal. Mais les Singapouriens doivent faire attention à ne pas se perdre de vue, garder leur cap et laisser leur sensibilité s'exprimer.

Propos recueillis par Bertrand Fouquoire (www.lepetitjournal.com/singapour) mardi 18 octobre 2016

Après les peintures de Laure Hatchuel Becker en 2014 et celles des laques d'Eric Stocker en 2015, la présentation des ?uvres d'Anne Severyns constitue la 3ème exposition organisée à la Résidence de France Singapour à l'initiative de Chantal et Benjamin Dubertret.

Visites: contacter Anne Severyns

0 Commentaire (s)Réagir

Vivre à Singapour

SANTE - Augmentation des cas de dengue en 2019

​​​​​​​Le virus de la dengue fait son retour en force à Singapour. La National Environment Agency (NEA - Agence nationale pour l’environnement) a déjà constaté une forte augmentation du nombre de cas

Expat Mag

Shanghai Appercu
TOURISME

GOLDEN WEEK - Notre sélection de destinations en Asie !

Découvrez les destinations asiatiques préférées de notre rédaction ! Provinces chinoises ou au-delà des frontières, profitez de nos conseils pour vos congés du Nouvel An chinois.

Sur le même sujet