Shoba, l’histoire d’une adoption réussie

Par Raphaëlle Choël | Publié le 24/11/2014 à 14:10 | Mis à jour le 06/11/2018 à 17:37
Shoba

Née à Bombay, recueillie dans un orphelinat  à l'âge de 6 mois, Shoba a été adoptée en Belgique à 2 ans et demi.  A 41 ans, elle raconte aujourd'hui à travers son livre cette aventure incroyable et retrace les étapes qui l'ont aidée à devenir la femme heureuse et équilibrée et la mère de famille attentive qu'elle est aujourd'hui. Shoba signifie « brillance », cette jeune femme au sourire aussi pétillant que ravageur en est la plus belle incarnation?

Qu'est-ce qui vous a poussée à écrire ce livre et pour qui l'avez-vous écrit?

Ce projet de livre me trotte dans la tête depuis longtemps et j'ai enfin trouvé le bon moment  pour le réaliser. Je souhaitais raconter ma belle expérience de l'adoption à mon entourage : mon mari qui partage ma vie depuis 20 ans, mes enfants pour qu'ils comprennent mon histoire, mes parents qui m'ont accueillie comme leur fille biologique, ma s?ur qui a dû assumer beaucoup en tant qu'aînée, ma famille proche et tous mes amis. Je voulais qu'ils sachent ce que j'ai vécu, qu'ils connaissent mon passé, ce que je vis à présent en tant que personne adoptée et comment j'ai vécu tout cela. Je veux montrer ce que peut être une adoption, quelles en sont les joies mais aussi évoquer les difficultés que l'on peut rencontrer. L'adoption restera pour moi une très belle expérience, et j'avais besoin de partager mon histoire.
Je l'ai aussi écrit pour tous les parents qui ne peuvent pas avoir d'enfant. Se lancer dans la procédure d'adoption permet de réaliser un désir de construction d'une famille.  Pour l'enfant adopté, c'est lui donner la chance d'avoir  une famille au lieu de rester dans un orphelinat. 
Il ne faut pas avoir peur de se lancer dans l'aventure malgré les appréhensions que l'on peut avoir : peur de ne pas aimer l'enfant comme un enfant biologique, crainte du poids du passé de l'enfant, de ses questions, angoisse qu'il ne s'adapte pas à son nouvel environnement. Je veux en témoigner : c'est un beau geste, il ne faut pas hésiter. Enfin, ce livre je l'ai écrit pour moi-même, je veux mettre noir sur blanc, les étapes de existence et mon expérience d'enfant adopté, pour laisser une trace et garder un souvenir de ma vie.

Pouvez-vous nous raconter nous votre plus beau souvenir d'enfant ?

J'en ai plusieurs: les moments passés avec mes voisins à jouer dans mon quartier au quotidien. Ils étaient une deuxième famille pour moi. On se voyait souvent, on allait chez les uns et les autres. On improvisait très simplement des activités. Je me sentais bien avec eux.

Je garde aussi un excellent souvenir de mes vacances sur la côte d'azur avec mes cousins.  Pendant 8 ans, chaque été, mon grand-père louait une maison et rassemblait toute la famille.  Des instants intenses partagés en famille, en toute simplicité.

Qu'est ce qui a été le plus difficile dans ce travail d'écriture ?

Cela n'a pas été facile de ressasser tous les souvenirs, d'ouvrir des blessures, de retourner dans le passé. Relire les lettres échangées avec les s?urs de l'orphelinat lors de la procédure d'adoption.  Replonger  dans  les moments difficiles de mon enfance.  Evoquer les  souffrances de l'adolescence.  Exprimer  la peur de la première grossesse?.
 

Présentation, lecture & dédicace du livre « SHOBA » par son auteur

Le samedi 29 novembre

de 11h à 13h

Lieu : The French Bookshop, 55 Tiong  Bahru

Couverture du livre Shoba

Quel conseil donneriez-vous à des parents désireux d'adopter?

Il me semble impératif de dire la vérité à leur enfant, de rester dans la transparence et lui donner le même amour qu'à un enfant biologique, et pousser l'enfant à garder des connections avec son pays d'origine.

En racontant mon histoire, je veux témoigner de l'énorme chance qu'est l'adoption pour un enfant. Je suis convaincue que l'amour d'une nouvelle famille permet de faire face au déracinement et de surmonter le traumatisme d'un début de vie difficile. Je dois à l'amour de mes parents, d'être heureuse et bien dans ma peau aujourd'hui. Ils ont su respecter ma différence et la mettre en valeur, ils m'ont écoutée et ont répondu à toutes mes questions, ils m'ont dit la vérité, ils m'ont permis d'aimer mon pays. Pour tout cela et pour avoir osé l'adoption, je les remercie du fond du coeur.

De quoi sera fait demain, avez-vous un autre projet de livre?                  

Peut-être sur l'expatriation ; cela fait plus de 10 ans que j'ai quitté la Belgique et pour moi l'expatriation a un lien avec l'idée de déracinement. Ce déracinement qui a commencé dès mon arrivée en Belgique à l'âge de deux ans et demi.



Livre en vente à the French Bookshop - 55 Tiong  Bahru 160055 Singapour - 20$ - Les profits seront reversés à l'orphelinat Sainte Catherine de Bombay - Contact: shobarutsaert@gmail.com
 

raphaelle choel

Raphaëlle Choël

Journaliste globe-trotteur, auteure d’ouvrages et coach, Raphaëlle a été collaboratrice régulière des éditions de Londres, Shanghai, Singapour, Tel Aviv, Manille et de nos pages Mag. Elle y nourrit généreusement nos colonnes de ses portraits inspirants.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Singapour !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition internationale