Mardi 20 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ILLUSTRATRICE A SHANGHAI - Zovi Weng, le dessin en partage

Par Elise Pouget | Publié le 11/04/2018 à 21:30 | Mis à jour le 12/04/2018 à 05:30
zovi-shaving-in-the-dark-shanghai

C’est au beau milieu du brouhaha coloré du Ladyfest que je retrouve Zovi Weng, illustratrice à Shanghai. Une ambiance à l’image de cette Française d’origine chinoise touche à tout et autodidacte, passionnée et très active à Shanghai, en particulier au sein du collectif Shaving in the Dark, communauté indépendante de dessinateurs qu’elle a contribuée à créer et qui vient de publier leur 4ème magazine.

 

A la recherche des origines chinoises

Lyonnaise de naissance, Zovi Weng passe son enfance et sa scolarité à Grenoble. Sa mère est bretonne et son père issu de la diaspora chinoise du Guangdong. Le dessin l’intéresse depuis toute petite et le bac en poche, elle s’inscrit dans une classe préparatoire d’arts appliqués. Mais l’engagement aussi précoce dans une voie professionnelle unique la questionne sur ses véritables envies et son identité profonde. La jeune femme, du haut de ses 17 ans, décide alors de partir seule en Chine pour découvrir ses racines et apprendre cette langue si particulière, que son père ne lui a jamais enseigné.

Elle atterrit à Suzhou, dans la province du Jiangsu, et en bonne élève, ultra-motivée, passe son HSK5 en un an. Cependant, cette jeune pousse d’à peine 19 ans tourne vite en rond dans la traditionnelle et assoupie ville d’eau… Mais une chose est sûre : c’est en Chine qu’elle doit vivre une partie de sa vie.

 

​​zovi-shanghai

 

Zovi commence alors un cursus de gestion, plus dans l’optique de repartir en Chine que par réel intérêt, car cette filière de Grenoble propose un échange avec la ville de Chongqing. Et à son arrivée c’est le coup de foudre avec la célèbre ville-province de l’Ouest de la Chine, si exubérante et titanesque ! Chongqing est de ces endroits qui ne laissent personne indifférent. Zovi y rencontre les acteurs d’une scène artistique locale alternative, dynamique et accueillante. C’est au sein de cette première communauté de cœur qu’elle commence à toucher du doigt qui elle est vraiment et quelle couleur elle veut donner à sa vie.

Une fois son diplôme en poche, elle s’installe à Shanghai, pressentant que cette ville offre beaucoup d’opportunités professionnelles  et occupe un poste de Marketing Manager pendant 3 ans. Mais le décalage entre ses véritables aspirations et son quotidien se fait cruellement sentir et le malaise s’installe. Au point où elle quittera tout pour se lancer en illustratrice free lance en 2015.

 

​​zovi-shanghai

 

L’illustration, un domaine qui se réinvente chaque jour

C’est en autodidacte que Zovi découvre et apprend les techniques du graphisme digital, par bricolages successifs, conseillée par son entourage et prenant petit à petit confiance en ses talents. On sent dans ses travaux l’attrait pour la spontanéité, la rapidité d’une expression brute, le rendu du coup de crayon expressif. La virtuosité ou la maîtrise technique ne l’intéressent pas vraiment, pouvant être parfois un frein à la créativité et pousser le dessinateur à se censurer. L’illustratrice ne se retrouve pas dans l’aspect propre et polissé du design graphique professionnel. Ses modèles vont des grands noms de la BD franco-belge et du roman graphique américain, Franquin, Will Eisner, Craig Thompson,…  à l’humour punk de la jeune Cha.

 

zovi-shaving-in-the-dark-shanghai

 

​​​​​​zovi-shaving-in-the-dark-shanghai

Parlant parfaitement le chinois, les contacts professionnels sont facilités, et elle travaille en freelance en tant qu’illustratrice pour de nombreuses compagnies : Shanghai Daily, l’Oréal, Tripadvisor, … Elle propose également ses services en tant que Graphic Recorder, un nouveau concept de synthèse nous venant de l’univers start-up. Il s’agit de proposer un résumé graphique d’une réunion, d’un atelier ou d’une conférence en sélectionnant les informations clés et en les interprétant de manière ludique. Ce nouvel outil permet aux participants, et aux absents, de revivre et de garder une trace de l’événement de façon plus pertinente qu’un long rapport théorique.

 

zovi-shaving-in-the-dark-shanghai

 

Après cette période fructueuse en indépendante, Zovi travaille maintenant à plein temps en tant que Cartoon Illustrator au sein de l’entreprise Dunho, une agence de Brand Character Management. Tout nouveau concept également, car il s’agit ici de créer et de faire vivre des mascottes et des personnages pour le compte de société. Chaque semaine de nouvelles aventures de ces personnages sont publiées sur les réseaux sociaux, créées en collaboration avec des scénaristes. La cible est donc chinoise et c’est un nouveau challenge pour Zovi qui doit s’adapter aux codes visuels chinois et suivre une charte graphique déjà existante. Et c’est une belle surprise car elle s’épanouit véritablement dans cette entreprise d’un nouveau genre au sein d’une équipe bienveillante et créative.

 

La passion ça se partage !

En parallèle de sa vie professionnelle, Zovi a toujours la tête pleine d’idées. Trouvant que le milieu artistique shanghaien propose toujours des magazines d’art sérieux, sophistiqués et glamours, elle  monte avec un groupe d’artistes le collectif Shaving in the Dark, prônant spontanéité et humour. L’objectif est de publier de manière indépendante et régulière un magazine de BD ouvert à tous les dessinateurs motivés.

 

zovi-shaving-in-the-dark-shanghai

 

C’est un espace d’expression qui se veut libre, où l’amateurisme et l’imperfection ont le droit d’exister. Les dessinateurs souhaitent se soustraire au poids du terme "artiste" pour au contraire offrir l’opportunité à toute personne qui aime s’exprimer par le dessin sous toutes ses formes de sortir de sa solitude, de progresser dans les processus créatifs par la collaboration et le collectif, et ainsi, de grandir ensemble. C’est à la fois un refuge de créatifs parfois frustrés par leur vie professionnelle trop rigide et en même temps une source de motivation pour les plus isolés avec des deadline, des thèmes imposés et des ateliers.

 

​​zovi-shaving-in-the-dark-shanghai

 

Shaving in the Dark c’est donc aujourd’hui une dizaine d’artistes qui gravitent autour d’un noyau fixe de 4 membres, sans compter les nombreuses participations ponctuelles aux magazines (20 à 35 contributeurs par numéro) et aux événements Drink & Draw (Soirées organisées autour de jeux et de challenges graphiques une fois par mois). Toute une communauté s’est donc constituée au fil des quatre numéros édités juqu’à présent, et organise des workshop collaboratifs dans lesquels les membres les plus avancés techniquement proposent des ateliers de perfectionnement ouvert à tous (Écriture de scénario, création de personnage, lettrages…)

 

​​zovi-shanghai

 

Les Shavers ne sont pas Chinois et Zovi expliquent d’ailleurs que « les Chinois ne sont pas réellement une cible car ils n’ont pas besoin de notre aide pour créer, être publié et visible dans leur pays alors que pour des artistes étrangers c’est plus difficile. » Les textes sont en anglais car même s’ils s’adressent à tous, les lecteurs sont surtout la communauté expatriée, dans un pays où il est difficile d’accéder à une vie culturelle non-sinophone, et où les sources d’humour sont rares.

Le collectif n’a pas pour objectif de gagner de l’argent, le magazine paraît tous les 3 mois et est vendu 50 RMB. Il est imprimé en petit tirage (200 à 500 par numéro). Le développement se fait organiquement, par le bouche à oreille, et permet au collectif de rester fidèle à lui-même.

 

Les racines portent les projets de demain

Lors d’un retour dans sa famille en France, la mère de Zovi lui fait part d’une histoire familiale incroyable : elle lui transmet la correspondance d’un grand-oncle breton qui aurait vécut en Chine en tant que missionnaire entre 1916 et 1948. Il y décrit sa découverte du pays et son quotidien dans la jeune République de Chine de Sun Yat-sen.

Finalement, c’est toute une histoire familiale liée à la Chine qui se reconstruit devant les yeux de l’artiste. Son attirance et sa sensibilité pour cette culture prend tout son sens. Zovi entame alors des recherches plus poussées sur le parcours de cet ancêtre et porte un nouveau projet personnel, son grand projet : raconter cette épopée familiale en BD. Il s’agit véritablement de la ligne directrice de son parcours qui la pousse toujours plus en avant dans sa création. Une histoire à suivre dans les années à venir donc !

Et demain ? Elle envisage pour l’avenir de se consacrer à ses projets artistiques à 100%, par exemple en intégrant une résidence d’artiste. Après toutes ces années chinoises, l’envie de voyager, de découvrir d’autres pays et d’autres continents pointe également le bout de son nez…  Et pourquoi pas envisager un retour en France, … malgré la crainte d’avoir un choc culturel inversé en retrouvant un climat professionnel plus obtus et clivé que la bouillonnante Shanghai !

 

Le Shanghai de Zovi ?

Quand on lui demande quels sont ses lieux de prédilections à Shanghai, Zovi confie adorer son quartier, celui de Jiaotong University et ses alentours, et finalement en sortir peu car on y croise tout ce qui fait la spécificité de Shanghai : ce joyeux mélange de modernité, tradition et culture alternative avec le night-club Dada contrastant avec les vendeurs de Xiao Long Bao par exemple. Elle se plie également avec délice au rituel chinois du foot-massage, retrouvant l’ambiance bien française d’un bistrot où tout le monde discute de tout et de rien une fois la journée de travail finie, mais dans une version bien locale !

 

Retrouvez les illustrations de Zovi sur son site : https://www.zoviism.com/

Suivez son actualité sur son compte Wechat :

​​zovi-shanghai

 

Et pour participer, s’inscrire aux ateliers ou tout simplement acheter les magazines du collectif Shaving in the Dark, suivez leur compte Wechat :

zovi-shaving-in-the-dark-dessins-bd-shanghai

Crédit photo :  Zovi, Shaving in the Dark 

 

Nous vous recommandons

ep

Elise Pouget

Secrétaire de rédaction. Après une formation artistique universitaire, Elise Pouget se spécialise en infographie et travaille en tant que Chargée de communication à Toulouse avant de s'installer en Chine en 2015.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

CULTURE

FRENCH TOUCH - Petits secrets pour poser avec élégance

Mesdames ! Noël et Nouvel An approchent à grands pas ! Qui dit fêtes de fin d’année signifie aussi galas et fêtes en famille durant lesquelles de nombreuses photos seront prises.