Lundi 20 mai 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

SOCIÉTÉ - Quand dénatalité rime avec vieillesse

Par Le Vent de la Chine | Publié le 25/02/2019 à 21:15 | Mis à jour le 26/02/2019 à 10:48
Photo : Crédit : Watchsmart
chine-natalite-vieillesse-demographie

Après deux ans d’assouplissement du planning familial, la publication du nombre des naissances crée bien des inquiétudes. En 2018, les berceaux n’ont reçu que 15,2 millions de nouveaux nés, 2 millions de moins qu’en 2017. Les démographes officiels tablaient sur 20 millions au bas mot ! Conscient du tic-tac d’une bombe démographique, Pékin passe donc, après 40 ans de naissances limitées à un enfant par couple, à l’encouragement d’un second enfant. Mais comme le coût d’un enfant jusqu’à 18 ans aujourd’hui estimé à 500.000 ¥ (hors école, estimée au même montant), la consigne reste lettre morte. Toujours plus d’experts militent pour une aide financière et l’aménagement du temps de travail en congés parentaux. D’autres données viennent freiner les ardeurs natalistes, tels les scandales successifs sur la qualité des produits pour enfants en bas âge, et des vaccins périnataux périmés.

Dans les provinces, des cadres contrecarrent les efforts de Pékin pour relancer les naissances : au Shandong, un couple qui venait d’avoir son 3ème héritier a écopé, en guise de médaille du mérite, de 65.000 yuans d’amende : l’équivalent de ce qu’allait coûter l’enfant supplémentaire à la province. La suppression totale du planning familial devrait être discutée lors de la prochaine session de l’Assemblée (ANP) le 5 mars.

Cependant, en matière de population, les pouvoirs publics ont une autre hantise : le vieillissement qui s’accélère. En 2020, les sexagénaires seront 255 millions, 17% de la population, et 500 millions en 2050, soit le pourcentage double. Cette explosion de la cohorte des cheveux blancs, doit s’accompagner d’une croissance comparable du nombre des cas de maladies chroniques et neuro-dégénératives. Une évolution à laquelle le pays est loin d’être préparé, sous l’angle du nombre de soignants et gérontologues.

Aussi, pour ses seniors, le ministère de la Santé lance un programme pilote d’infirmières pour soins à domicile. Le service non remboursé est testé dans six provinces et municipalités dont Shanghai et Pékin, jusqu’à décembre. Il s’agit en fait d’un service privé qui existait déjà, mais désormais sous la supervision de l’Etat.

Pour accélérer la construction de maisons d’accueil du 3ème âge, plusieurs villes, dont Shanghai et Qingdao, ont mis en place des plans de prise en charge par leur caisse locale d’assurance maladie du coût de ces établissements, à concurrence moyenne de 30%. Mais le reliquat reste au-delà de ce que peut payer la majorité des familles, laissant présager une épine durable au pied des services publics.     

Par Liu Zhifan pour Le Vent de la Chine

 

Nous vous recommandons

Le Vent de la Chine

Le Vent de la Chine

Le Vent de la Chine est une newsletter hebdomadaire d'analyse de l'actualité économique et politique, et sociétale - réputée pour son sérieux et son analyse de qualité auprès des professionnels depuis 1996.
0 Commentaire (s)Réagir

Actualités

ENVIRONNEMENT

ENVIRONNEMENT - Comme une fleur à Yanqing

A peine le Forum BRI clôturé (25-27 avril), l’Exposition internationale de l’horticulture(中国北京世界园艺博览会) braque à nouveau les projecteurs sur la capitale chinoise, jusqu’au 7 octobre.