Manifestations en Chine : ce que l'on sait de la situation

Par Le Petit Journal Shanghai | Publié le 29/11/2022 à 17:35 | Mis à jour le 30/11/2022 à 10:15
manifestation en chine

La Chine a réagi rapidement pour réprimer les manifestations qui ont éclaté dans tout le pays contre la politique gouvernementale du "zéro covid" le week-end dernier, en déployant des forces de police sur les principaux sites de protestation et en renforçant la censure en ligne.

 

Mardi, tout en défendant cette politique, les hauts responsables de la santé ont semblé reconnaître son impact et se sont engagés à "réduire les inconvénients" pour le public en levant les mesures de confinement "aussi rapidement que possible" après l'apparition de foyers.

Toutefois, cela pourrait ne pas suffire à apaiser les manifestants, qui sont descendus dans les rues de plusieurs grandes villes et campus universitaires pour demander la fin des mesures de confinement, de plus en plus coûteuses, dans le pays. Certains ont même demandé la destitution du dirigeant chinois Xi Jinping, qui supervise depuis près de trois ans une stratégie de tests de masse, de lockdowns, de quarantaine forcée et de traçage numérique.

 

Pourquoi les Chinois protestent-ils ?

Les protestations ont été déclenchées par un incendie meurtrier survenu jeudi dernier à Urumqi, la capitale de la région du Xinjiang, située à l'extrême ouest du pays. L'incendie a fait au moins dix morts et neuf blessés dans un immeuble d'habitation, provoquant la colère de la population après que des vidéos de l'incident ont montré que les mesures de confinement avaient empêché les pompiers d'atteindre les victimes.

La ville était sous confinement depuis plus de 100 jours, les habitants ne pouvant quitter la région et beaucoup étant contraints de rester chez eux. Vendredi, des vidéos ont montré des habitants d'Urumqi marchant vers un bâtiment du gouvernement et réclamant la fin du bouclage. Le lendemain matin, le gouvernement local a déclaré qu'il lèverait le bouclage par étapes, mais n'a pas donné de calendrier précis et n'a pas répondu aux protestations.

Cela n'a pas réussi à calmer la colère du public et les manifestations se sont rapidement étendues au-delà du Xinjiang, les habitants des villes et des universités de toute la Chine étant également descendus dans la rue.

 

Où se déroulent les manifestations ?

Jusqu'à présent, 20 manifestations ont eu lieu dans 15 villes chinoises, dont la capitale Pékin et la plus grande ville du pays, Shanghai. Samedi, des centaines de personnes se sont rassemblées pour une veillée aux chandelles sur Urumqi Road, du nom de la ville du Xinjiang, afin de pleurer les victimes de l'incendie. Beaucoup ont brandi des feuilles blanches - une protestation symbolique contre la censure - et ont scandé : "Besoin de droits de l'homme, besoin de liberté".

Certains ont également crié pour que Xi "se retire" et ont chanté L'Internationale, un hymne socialiste utilisé comme appel à l'action dans les manifestations du monde entier depuis plus d'un siècle. Il a également été chanté lors des manifestations en faveur de la démocratie sur la place Tiananmen à Pékin, avant une répression brutale par les troupes armées en 1989.

 

 

manifestations chine

 

Dimanche soir, des manifestations de masse s'étaient étendues à Pékin, Chengdu, Guangzhou et Wuhan, où des milliers d'habitants ont réclamé non seulement la fin des restrictions imposées par le Covid, mais aussi, ce qui est plus remarquable, des libertés politiques. Les habitants de certains quartiers verrouillés ont arraché les barrières et sont descendus dans la rue.

Des manifestations ont également eu lieu sur les campus, notamment dans les prestigieuses institutions que sont l'Université de Pékin et l'Université Tsinghua à Pékin, ainsi que la Communication University of China, à Nanjing.

À Hong Kong, où une loi sur la sécurité nationale imposée par Pékin en 2020 a été utilisée pour étouffer la dissidence, des dizaines de personnes se sont rassemblées lundi soir dans le quartier central de la ville pour une veillée. Certains tenaient des feuilles de papier vierge, tandis que d'autres laissaient des fleurs et tenaient des pancartes commémorant les personnes tuées dans l'incendie d'Urumqi.

 

Pourquoi cela est-il important ?

Les manifestations publiques sont extrêmement rares en Chine, où le Parti communiste a resserré son emprise sur tous les aspects de la vie, lancé une vaste campagne de répression de la dissidence, éliminé une grande partie de la société civile et mis en place un État de surveillance de haute technologie.

Le système de surveillance de masse est encore plus rigoureux au Xinjiang, où le gouvernement chinois est accusé de détenir jusqu'à deux millions de Ouïghours et d'autres minorités ethniques dans des camps où d'anciens détenus ont affirmé avoir subi des violences physiques et sexuelles. En septembre, un rapport accablant des Nations unies a décrit le réseau de surveillance "envahissant" de la région, les bases de données de la police contenant des centaines de milliers de fichiers contenant des données biométriques telles que des scans du visage et des globes oculaires. La Chine a démenti à plusieurs reprises les accusations de violations des droits de l'homme dans la région.

Bien que des manifestations aient lieu en Chine, elles sont rarement de cette ampleur et ne visent pas aussi directement le gouvernement central et le dirigeant du pays. Ces derniers mois, de plus en plus de signes montrent que le public a perdu patience avec le zéro-Covid, après près de trois ans de difficultés économiques et de désorganisation à la vie quotidienne.

Des poches isolées de protestation ont éclaté en octobre, avec des slogans anti-zero-covid apparaissent sur les murs des toilettes publiques et dans diverses villes chinoises, inspirés par une banderole accrochée par un manifestant solitaire sur un viaduc à Pékin quelques jours avant que Xi ne cimente un troisième mandat au pouvoir.

Plus tôt en novembre, des manifestations plus importantes ont eu lieu à Guangzhou, où les habitants ont défié les ordres de confinement pour renverser les barrières et applaudir dans les rues.

 

Comment les autorités ont-elles réagi ?

Si les manifestations qui ont eu lieu dans plusieurs régions de Chine semblent s'être largement dispersées dans le calme au cours du week-end, les autorités ont réagi avec plus de vigueur dans certaines villes.

Les manifestations de samedi à Shanghai ont donné lieu à des échauffourées entre les manifestants et la police, et des arrestations ont eu lieu aux premières heures de la matinée. Nullement découragés, les manifestants sont revenus dimanche, où ils ont fait face à une réponse plus agressive - des vidéos montrent des scènes chaotiques où la police pousse, traîne et bat les manifestants. Ces vidéos ont depuis été retirées de l'internet chinois par la censure.

Seul recueil, un manifestant de Shanghai a déclaré : "80 à 110 personnes étaient détenu dans la ville samedi soir. Il a raconté avoir été transféré dans un poste de police, où son téléphone a été confisqué et ses données biométriques collectées, avant d'être relâché un jour plus tard."

Nous ne pouvons pas vérifier de manière indépendante le nombre de personnes arrêtées.

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Shanghai !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Guillaume Asmanoff et Thomas Aunave

Rédacteurs en chef de l'édition Shanghai.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale