COVID EN CHINE - Le monde entier pour un cactus

Par Le Petit Journal Shanghai | Publié le 21/11/2021 à 21:30 | Mis à jour le 21/11/2021 à 21:30
Photo : Freepik wayhomestudio
covid-cactus-chine

Il est impossible de prévoiiiiir !…. Les déplacements, les vacances, les événements en Chine du fait d’un record de six foyers simultanés en Chine. Un petit air de Jacques Dutronc pour célébrer la fin du foyer touristique d’Ejina qui a touché 16 provinces et 39 préfectures, alors que d’autres foyers moins diffus ont pris le relais. L’équipe bénévole de Solidarité Covid – Français de Chine revient sur les foyers Covid récents.

 

covid-chine-cactus

Populus Euphraticus dans le désert de Gobi – Ce n’est pas vraiment un cactus, mais un peuplier aux formes étranges qui pousse dans des zones arides et semi-arides :  désert de Gobi, désert de Taklamatan (Xinjiang), Afrique du Nord, Moyen Orient. Le parc de Mongolie Intérieure attire les visiteurs de Chine en manque de tourisme international.


Le péril aux frontières

Pendant les vacances de Golden Week, nous avons été assez tranquilles, juste quelques cas dans le Xinjiang à la frontière kazakhe et quelques centaines de touristes bloqués quelques jours. Cette année encore, beaucoup de familles n’ont pas osé sortir de leur province, car les écoles demandent des PCR au retour, un progrès par rapport à 2020 où l’on demandait une quatorzaine dans la ville...

Les seniors eux ont attendu la fin des vacances pour voyager. Les provinces du Gansu, désert de Badan Jarain, Qinghai, Ningxia et Mongolie Intérieure occidentale offrent des conditions climatiques idéales à cette époque de l’année. On va donc avoir dès la fin des vacances des groupes individuels ou organisés de seniors venant des grandes villes chinoises sillonner les routes de ces régions.

Le parc de Populus Euphratica dans la préfecture de la Ligue d’Alxa se trouve à 70 km de la frontière mongole, et au bout de la route, il y a la zone de libre-échange de Ceke, par laquelle passent les camions remplis de charbon en provenance des mines de la province mongole de Gobi sud, la plus proche étant à 40 km de la frontière. 

La Chine manque de charbon, la situation est tendue avec l’Australie qui lui en fournit, des coupures d’électricité ont été imposées par endroit. Malgré la pandémie du variant Delta qui est à son pic en Mongolie, les camions continuent de passer (70.000 passages depuis le 1er janvier 2021) avec les mesures sanitaires spécifiques aux chauffeurs de camion trans-frontaliers : pas de quarantaine, des tests, des contacts réduits au minimum, obligation de retourner du côté mongol sous 24 heures pour les chauffeurs étrangers.

 

covid-chine-cactus
Du fait du foyer éclos à Erenhot le 12 octobre, les touristes en zone frontalière d’Ejina sont invités à se faire tester. Les premiers cas confirmés à Xi’an ont été contaminés dans un restaurant d’Ejina. Ils ne sont pas les patients zéro puisqu’on a eu un cas au Hebei revenu le 12 octobre d’Ejina, mais dépisté uniquement le 30 octobre, une semaine après un mariage à Shenze, d’où un sous-foyer conséquent dans le Hebei.

 

C’est donc de là que viendrait la contamination, étant mentionné qu’il y a eu déjà dans cette région des chauffeurs testés positif. On ne les a pourtant pas vus passer dans notre suivi quotidien des cas importés, tous les cas arrivés en Mongolie Intérieure récemment sont arrivés par avion. Il y a eu un cas importé le 5 juin à Erenhot, l’autre point d’entrée de la région.

C’est loin d’être le premier foyer trans-frontalier en Chine. On a eu des foyers liés à des cas importés identifiés (frontière russe en avril 2020, les foyers devenus chroniques de la frontière birmane), et d’autres à des cas importés non identifiés mais supposés du fait de la localisation du foyer.

 

covid-chine-cactus
Pages interactives CovidFlow au 16/11/2021 sur des pays de la frontière Nord de la Chine. Les foyers en Chine dans les zones frontalières surgissent pendant des périodes de forte incidence dans le pays. Double vaccination au 12 novembre 2017. S’y ajoutent le Myanmar (15.2% de double vaccinés) au Sud-Ouest à l’origine de 1209 cas importés en entrée terrestre au Yunnan, un foyer chronique de 211 cas qui dure depuis juillet 2021 dans la ville frontalière de Ruili, en confinement quasi permanent.


Les symptômes de la Covid-Tourista

Les foyers touristiques se diffusent rapidement sur le territoire et cela paralyse autant de villes rapportant des cas. On a d’ailleurs un nombre comparable de provinces et de préfectures touchées entre ce foyer et celui de Nanjing, bien qu’il y ait eu moins de cas sur le foyer d’Ejina, principalement grâce à une durée de circulation silencieuse plus courte de 4 jours et par la moindre densité humaine dans les épicentres (désert de Gobi contre aéroport vs site touristique de Zhangjiajie). 

 

covid-chine-cactus

 

D’autres similitudes entre ces 2 foyers qui livrent chacun leur lot de sous foyers de chantier de construction (Wuhan pour l’un, autoroute à Ejina), de passagers de train contaminés (Jingzhou – Huanggang en juillet, 14 cas sur le train Yinchuan Pékin du 15 Octobre), de seniors amateurs de mahjong (néanmoins bien plus grave à Yangzhou 573 cas qu’à Zinyu dans le Guizhou, 13 cas, et Pékin Changping 32 cas ou Xi’an / Lanzhou avec les groupes de touristes). 

Ces foyers touristiques ont des conséquences économiques significatives avec les annulations/reports d’événements/déplacements, et donc ils vont avec un train de  mesures disciplinaires : officiels congédiés (aéroport de Nanjing pour l’un, bureau de tourisme d’Ejina et officiel à Shenzhe, Hebei pour l’autre), contrevenants aux règles de confinement qui créent de nouveaux sous-foyers tirant en longueur la durée du foyer (le faux Health code de la retraitée à Yangzhou pour l’un, les retraités de Pékin–Changping qui invitent leurs amis à jouer aux cartes plutôt que de se mettre en confinement à leur retour d’Ejina, idem dans le Hebei). 

On a également en même temps que le foyer d’Ejina un autre foyer touristique (161 cas à J16) qui a pris source dans un restaurant de la zone touristique de Gexian dans le Jiangxi pour se propager dans un hôtel du Henan (20 secondes sans masque dans une salle et c’est parti…). Il s’est répandu à la ville de Shangrao et a causé une frayeur à Disneyland Shanghai : un cas et sa famille sont interceptés dans le train de retour à Hangzhou, 69.000 tests des visiteurs du week-end du parc d’attraction sont retenus plusieurs heures avec attractions et feux d’artifices pour patienter pendant le temps des tests en sachant que les chances de trouver des PCR positifs le jour même étaient nulles. Leur mise en quarantaine n’a duré que 2 jours.

 

Delta à la chinoise

On remarque sur le variant Delta des durées d’incubation (période en contact et PCR positif) très longues avec de nombreux cas dépistés plus d’une semaine après la mise en quarantaine. 

Comme les Fuyang (re-positif), les cas de longue incubation sont plus facilement identifiables en Chine, et son environnement covid-free, que dans les pays à forte incidence. De plus, il y a la nouveauté des foyers assez longs livrant pourtant peu de cas tous les jours (notamment le foyer d’Erenhot en Mongolie intérieure qui s’étire sur 26 jours avec seulement 21 cas).

Alors que nous n’avions pas vu de foyer "chaînes du froid" depuis fin 2020 avec la mise en place de contrôles très stricts sur les importations de produits frais et surgelés (notamment reconditionnement, tests réguliers dans les entreprises exportatrices), on voit pourtant apparaître à nouveau des échantillons positifs sur des marchés juste avant l’éclosion du 3ème foyer de Dalian, dans la ville universitaire de Zhuanghe.

 

covid-chine-cactus
Nous sommes tentés de comparer la taille des foyers survenus avant/après l’ère Delta aux mêmes endroits vulnérables du fait de la proximité de frontières sans barrière naturelle ou avec activité portuaire chaîne du froid. Pour Heihe, le multiple lié au Delta est flagrant et nous n'avons pas identifié l’origine de la contamination (malgré la récompense offerte). Pour le foyer en cours à Zhuanghe/Dalian, il faut déduire les 80 cas liés au sous-cluster de l’université pour être comparable aux foyers précédents.

 

Le coût économique et social des restrictions déclenchées à chaque foyer va croissant avec la taille des villes touchées par les restrictions, et elles perdurent avec la multiplication des foyers…. 

Les mesures nationales ou provinciales (telles que PCR de 48h pour entrer à Pékin, PCR pour participer à certains rassemblements/foires/séminaires, zones frontalières quasi interdites aux Pékinois), ajoutent à la frustration de ne pouvoir voyager à l’étranger depuis bientôt deux ans et de plus en plus risqué à l’intérieur de la Chine. 

Mais que pèsent quelques dizaines de millions de Chinois aisés et les communautés expatriées face à la masse de Chinois non concernés par ces restrictions, car ils ne voyagent pas ni en Chine (que pour les grandes fêtes) et encore moins en dehors, ne vont pas voir les foires et grandes expositions? Rien si ce n’est le coût économique de ces restrictions. 

 

Pas de fissure dans la Grande Muraille de Chine

Devant la persistance des foyers et leur coût associé, quelques concessions inconcevables avant le Delta se profilent pour éviter la paralysie prolongée : pour les JO, c’est la bulle d’entraînement pour les athlètes plutôt que la quarantaine stricte. Les plus motivés sont venus bien longtemps à l’avance (2.380 arrivées sur 49 vols passagers entre le 3 et 9 novembre qui ont livré au moins deux cas), afin de laisser le temps de purger les contaminations/hospitalisations/cas contact. 

Les cols blancs à code vert du district de Chaoyang de Pékin touché par un énième soubresaut de foyer d’Ejina (le sous-foyer Pétrochina de 10 cas à partir du 10 novembre) peuvent sortir de Pékin pour raisons professionnelles. A quand le test antigénique réservé aux détenteurs de Travel Code vert sans étoile à l’entrée des rassemblements ? La Chine fabrique ces kits de tests vendus uniquement à l’exportation pour l’instant…Ce serait quand même plus pratique que d’avoir à aller faire un PCR pour chaque événement… 

 

covid-chine-cactus
Les éléments sur les cas importés (provenance, date d’arrivée notamment) sont communiqués de façon hétérogène selon les provinces/villes. L’analyse se lit donc : 18% des 194 cas positifs importés rapportés au Sichuan pour lesquels la date d’arrivée a été relevée sont dépistés en fin de quatorzaine, et on a 6% de ces cas qui se sont déplacés d’un point à l’autre, générant des cas contact sur le chemin. Analyse plus significative pour les provinces en tête de classement.
 

Autre élément rassurant : La multiplication des foyers locaux n’a pas d’impact sur le planning de vols internationaux, qui reste soumis au système inchangé du circuit breaker et de limitation des vols. La baisse du nombre de vols constatée sur l’hiver 2021-2022 (408 vols internationaux hebdomadaire prévus hors suspensions jusqu’à fin mars, soit 2.2% du trafic 2019) n’est que le résultat du mécanisme en place avec la suppression de vols "Prime" en provenance d’Asie du Sud-Est suite à des suspensions de vols. 

En revanche la contagiosité du variant Delta occasionne une tendance à la hausse des cas en fin de quatorzaine/3ème semaine pour des contaminations à l’arrivée ou chambre d’hôtel : 91 cas en 3ème semaine/post-quarantaine depuis le mois de mai. Ce sont des milliers de passagers des trains/avions et cas contact mis en quarantaine pour avoir croisé le chemin des voyageurs et quelques foyers locaux également (notamment les 2 foyers du mois de septembre au Fujian et Heilongjiang).
Pour finir la chanson, "dans notre tête il y a la covid, nous on se pique de savoir" ce qu’il en sera des quarantaines, aïe, aïe, aïe… restons zen pour les grandes villes d’arrivée, nous n'avons pas les moyens d’augmenter le personnel affecté aux arrivées internationales et soumis au "closed loop management", donc parions sur le statu quo…

 

Un éclairage de Carole Gabay

Carole Gabay est en expatriation familiale à Shanghai depuis 2013. Diplômée de l’ESSEC, avec une longue carrière dans les études de marché et data management, elle se retrouve impliquée dès le début de l’épidémie en Chine dans le tracking des données Covid avec le projet de l’équipe bénévole Solidarité Covid – Français de Chine.

Pour les analyses régulières, les articles, interviews :

Site Internet : https://deeperin19coviddata.wordpress.com/

Solidarité Covid – Français de Chine est une association établie en France, mais elle n’est pas éligible au dispositif ministériel de Soutien au Tissu Associatif des Français de l’Etranger (STAFE) dont les critères restent figés malgré la pandémie. Manifestez votre soutien à notre travail de recherche à titre individuel sur l’opération de crowdfunding :

Depuis la Chine, sur Yoopay : https://yoopay.cn/cf/10184

Hors de Chine : https://deeperin19coviddata.wordpress.com/donate/

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Shanghai !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Guillaume Asmanoff et Thomas Aunave

Rédacteurs en chef de l'édition Shanghai.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale