Analyse des retours en Chine et du zéro covid : "Plus que la moitié du Ciel"

Par Le Petit Journal Shanghai | Publié le 03/10/2022 à 21:30 | Mis à jour le 07/10/2022 à 09:09
voyageur avec un masque dans aeroport
covid chine

 

Citation de Mao Zedong au sujet de l’égalité des sexes. Avec les ajustements du mécanisme du circuit breaker, le trafic de passagers internationaux vers la Chine devrait s’améliorer considérablement tout en maintenant l’étanchéité du processus des arrivées internationales. L’équipe bénévole de Solidarité Covid- Français de Chine fait le point au bout de quelques semaines.

 

Un rabotage en plusieurs étapes

On se sent pousser des ailes en Chine depuis la mi-juin et l’annonce de la réduction de la quarantaine pour les arrivées internationales. Une autre Concession majeure suit le 7 août : la réduction de la portée du maudit mécanisme de suspension de vols. Il ne s’agit pas d’un abandon de la zéro Covid, donc cela a été très peu repris par la presse internationale, mais pour nous Français de Chine, ce sujet de la connectivité est primordial, et occupe le gros des discussions pendant les webinars de l’Ambassadeur…

Depuis la liste de mesures détaillées dans l’article « Quand la Chine s’éveillera » (https://lepetitjournal.com/shanghai/actualites/politique-zero-covid-quand-la-chine-seveillera-341895 visas, tests, transit, vols, quarantaine…), les ajustements du mécanisme de suspension de vols ont été annoncés, et quelques semaines après, l’abandon des questions indiscrètes dans le questionnaire de départ vers la Chine (vaccins, infection passée). Pendant tout l’été on a vu également des liaisons aériennes internationales s’ajouter au planning, en plus des charters de l’été qui ont permis à de nombreux étrangers de retrouver leur famille pendant l’été en bravant la 7ème vague de Covid.

 

analyse covid chine

Foyers de contamination locale  « post quarantaine » d’arrivée internationale depuis l’annonce de la réduction de la quarantaine, une goutte d’eau par rapport aux milliers de cas des autres foyers de l’été qui sont eux liés à des contaminations par objet / chaîne du froid.

 

La prudence a guidé ce planning des annonces espacées à chaque fois de plusieurs semaines afin de pouvoir évaluer la résistance de la muraille sanitaire à chaque ajustement. D’abord la réduction de la quarantaine de quasiment 3 semaines à 7+3. Cette réduction était motivée par le fait qu’Omicron a une plus courte durée d’incubation que les variants précédents et ce n’était plus nécessaire d’isoler les voyageurs (et le cas contacts pour les foyers locaux) pendant plus de 7 jours.

 On applique et on observe : quelques cas en +3, quelques cas en post quarantaine, mais cela reste faible et contrôlable, surtout dans un contexte de dépistage normalisé permanent. Peu de foyers liés à des arrivées internationales car avec la montée de variants plus contagieux mais aussi avec durée d’incubation plus courte, on réduit le délai entre l’atterrissage et le PCR positif et on comptabilise moins de cas en période risquée.

 

analyse covid chine

 

Réduire la durée de la quarantaine, cela permet de libérer des places en hôtel de quarantaine, et d’accueillir par là-même plus de passagers : ajouts de vols au fur et à mesure, et puis le 7 août, plusieurs critères du circuit breaker sont sciés en 2 : arrêt des compteurs de 7 à 5 jours de l’arrivée (déjà mis en place en juin), durée des suspensions, seuils de déclenchement liés à la proportion de passagers contaminés plutôt qu’un nombre brut de 5 cas sur un vol, tout cela permet de mieux envisager le retour des gros porteurs et baisser le prix des billets d’avion. On a même cru un moment que le comptage des cas serait limité aux cas confirmés ( mentionné dans la notification) mais finalement non, cela n’avait pas trop de sens car certaines villes d’arrivée ne livrent quasiment que des cas asymptomatiques.

 

analyse covid chine

C’est intéressant d’étudier les taux d’asymptomatiques sur les importés par province, car on se trouve en situation ordinaire par rapport au branlebas de combat déclenché par chaque foyer local, et même là on voit bien que la définition n’est pas du tout homogène d’une province (et même ville) à l’autre.

 

Pour les provinces n’accueillant que des arrivées par avion (ou cargo maritime), on va de 15% d’asymptomatiques au Fujian à 89% d’asymptomatiques au Henan avec une tendance à l’augmentation de ce poids, et de gros écarts par ville à l’intérieur des provinces : Xiamen quasiment que des confirmés, et Fuzhou : quasiment que des asymptomatiques qui deviennent confirmés, entre Guangzhou répartition homogène et Dongguan que des asymptomatiques dont une grande proportion de « re-positifs » de Hong Kong (dits Fuyang). Impossible avec ces écarts de ne pas pénaliser plus certaines villes et compagnies aériennes chinoises (type Sichuan Airlines à Chengdu, Xiamen airlines à Xiamen, China Eastern à Shanghai…) qui ont leur hub dans ces villes par rapport à d’autres. Donc cet élément-là est finalement maintenu au nombre de cas positifs total par vol.

Quel impact sur les cas et les vols de ces ajustements ?

Il a d’abord fallu attendre le 21 août, i.e 2 semaines après l’annonce pour voir le nombre d’annonces de suspensions baisser, puisque l’ajustement s’appliquait pour les vols arrivés à partir du 7 août, et les suspensions sont annoncées 14 jours après l’arrivée, sachant que dans un même temps le nombre de vols était augmenté (+76 vols sur juillet, +69 en septembre). Et c’est parce que nous relevons les plannings de vols CAAC, les suspensions et les provenances de cas importés pour notre point quotidien qu’on est en mesure de faire l’analyse.

 

analyse covid chine

Les cas provenances de cas importés relevés quotidiennement sur les bulletins provinciaux avec pas mal de « trous » (ligne « unprofiled » pour les provinces / villes qui ne livrent pas toutes les informations).

 

On constate un bond sur toutes les régions de provenance de cas importés au Q1 2022, c’est l’effet Omicron, qui a généré de très nombreuses suspensions de vols. Au Q2 2022, baisse des entrées par avion avec le confinement de Shanghai (réduction de la capacité des vols à 40% pour les vols arrivant à Shanghai, reports de voyage), et ça va mieux aussi dans l’ancienne colonie britannique. Au Q3, la Chine sonnée par le confinement de Shanghai promet plus d’ouverture et de nombreux vols sont ajoutés au planning, la capacité des vols arrivant à Shanghai est ramenée de 40 à 60% en juin, le nombre de suspensions baisse à partir de la mi-août, les charters de l’été arrivent, et on retrouve un nombre de cas importés par avion 17% supérieur au niveau de Q1 2022.

Objectif : vivre avec la zéro Covid

Côté planning de vols hors suspension, on retrouve maintenant le niveau de vols de l’avant ère Delta qui a fait basculer de nombreux pays asiatiques (comme la Thaïlande, Singapour, Australie mais aussi Japon et Corée) dans l’ère du vivre avec et donc ont vu leurs vols fortement réduits. Mais avec 308 vols au point du 16 septembre, on reste à un niveau de vols de 3% d’avant la pandémie. L’objectif des autorités chinoises serait de l’amener à 10%.

 

analyse covid chine

La hausse du nombre de vols accordés par l’administration civile chinoise est sensible (+18.5% vs le Q1 2022), les autorités chinoises promettent encore 3 fois plus de vols internationaux, de quoi faire baisser les prix, on devrait être à +39% de vols internationaux sur Octobre vs Septembre

 

Pour la France, pour l’instant on n’a pas eu de vol régulier supplémentaire, mais 2 charters de la Chambre de commerce France Chine (total 730 passagers accueillis à Tianjin), des vols suspendus ont été graciés (Air France et Air China au déplacement de Tianjin à Pékin) et un vol China Eastern de Shanghai de juillet qui avait livré son quota de cas positifs n’a pas donné lieu à une suspension à l’occasion du retour du vol de Taiyuan à Shanghai. Grâce à ce tour de passe-passe, on arrive à faire baisser le taux de suspension de 50% à 41% au dernier comptage, encore très supérieur à l’Amérique du Nord et les pays asiatiques qui ont plus de vols au planning.

 

analyse covid chine

Les taux de suspension des vols. La France est descendue de 50 à 41% pendant l’été. Le vol China Eastern de fin septembre devrait déclencher la première suspension « nouvelle formule » de la France (9 cas à Shanghai). La Russie a livré un grand nombre de cas dès l’ajout des vols, dans un scénario qui ressemblait à l’évacuation des Chinois d’Ukraine en mars.

 

Notre équipe Solidarité Covid – Français de Chine relève les plannings de vols CAAC, les suspensions et les provenances de cas importés pour notre point quotidien, on est donc en mesure de faire une estimation du nombre de vols entrants vs le nombre de cas importés. Le périmètre de comparaison doit être réduit aux cas importés par avion et sur les liaisons soumises au circuit breaker, on va donc retirer les entrées terrestres (pour les entrées maritimes c’est négligeable), et les entrées par avion des territoires de la Grande Chine qui sont soumis à un autre planning.

 

analyse covid chine

Des événements majeurs vont perturber la tendance d’un trimestre à l’autre : la vague Omicron BA.1 en Q1 2022 générant de nombreuses suspensions, en Q2 2022, le confinement de Shanghai qui a des impacts sur les arrivées internationales, et notamment des vols annulés début avril en entrée et en sortie. Au Q3 2022, la hausse des vols génère une hausse équivalente en nombre de cas importés.

Incidence monde : avis de grand brouillard

Et donc une hausse des cas importés par avion légèrement supérieure à la hausse du trafic international, alors que sur les mêmes périodes (Q3 vs Q1 2022), l’incidence des cas déclarés dans le monde (hors Grande Chine) a baissé de 62% et de 77% pour les décès… cela veut-il dire que la pandémie n’est pas vraiment terminée ? Car Partout dans le monde, on a tourné la page, le spectre de la saturation des hôpitaux et réanimation s’est éloigné du fait de l’immunité infectieuse, la vaccination et la moindre virulence des variants Omicron successifs, et donc on ne voit plus l’intérêt de faire des coûteux dépistages, des conférences de presse, des dashboards quotidiens et des quarantaines à l’arrivée (cf la SAR qui passe en 0+3).

 

analyse covid chine

L’Asie est le seul continent à livrer la même proportion de cas importés que de cas locaux. Ailleurs ça va dépendre du niveau des échanges entre la Chine et ces pays, mais pour l’Europe (notamment UK qui a des sources alternatives à la NHS) et l’Afrique on est manifestement en sous-dépistage.

 

C’est parfaitement compréhensible mais cela invite à la vigilance pour les voyageurs en provenance de Chine et qui ont un vol retour. Difficile d’estimer la circulation du virus dans le monde à partir des cas importés en Chine, mais ça questionne quand même… car en même temps, on a rajouté un 2ème test à 24 heures du départ.

On voit peu cet effet multiplicateur du variant BA.5 sur l’incidence monde du fait de la forte immunité acquise avec BA.1 / BA.2 mais on la voit avec ces cas importés pourtant testés jusqu’au jour même du départ, et aussi les foyers locaux de la Chine sur une population jamais exposée au virus qui dépasse très rapidement les 500 cas malgré les confinements. Cela pèsera forcément dans la poursuite de la stratégie zéro Covid.

 

analyse covid chine

Un nombre de nouveaux foyers (nouvelle chaîne de transmission) qui augmente sans cesse et les foyers de plusieurs milliers de cas ne sont plus exceptionnels. Les foyers de septembre n’étant pas encore clos, les données en grisé ne sont pas significatives.

 

****************************

Un article de Carole Gabay

 

Notre projet bénévole de recherche est une initiative de l’Union des Français de l’Etranger – Shanghai, il exige un travail quotidien devenu titanesque avec cette forte pression épidémique. Où que vous soyez, vous pouvez nous aider même si vous ne pouvez pas vous engager à des tâches quotidiennes. Contactez  carole.gabay@solidaritecovid.com

Et nous vous invitons à nous encourager sur ce lien et QR code ci-dessous : https://yoopay.cn/cf/10219

Articles, pages interactives CovidFlow, entretien video du 19/7, post quotidiens archivés sur www.solidaritecovid.com

Pour suivre notre point quotidien : contact UFE Shanghai, wechat Doozyben

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Shanghai !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Guillaume Asmanoff et Thomas Aunave

Rédacteurs en chef de l'édition Shanghai.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale