Vendredi 17 août 2018
Shanghai
Shanghai
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Zoom sur Nestlé à Tianjin

Par Le Vent de la Chine | Publié le 04/06/2018 à 21:15 | Mis à jour le 04/06/2018 à 21:15
nestle-tianjin-chine-economie-entreprise

En 1994, Nestlé débarquait à Tianjin sur la Zone de développement économique et technologique (TEDA), avec deux usines : l’une réservée aux glaces, l’autre consacrée aux biscuits pour un investissement total de 89 millions de $ – complétées en 2004 par une unité dédiée aux céréales (Cheerios, Koko Krunch, Nesvita) en JV avec General Mills (USA). Entretemps, Nestlé ouvrait en 1995 une chaîne d’embouteillage d’eau de source à 10 millions de $. Enfin, en 2007, Nestlé ouvrait une usine d’aliments pour animaux domestiques, sous la marque Purina

Le Vent de la Chine a eu l’occasion de visiter les chaînes de production de crèmes glacées, céréales, gaufrettes et biscuits, comme KitKat. Dans les couloirs, des affiches mettent en scène le président du groupe, pour rappeler les priorités du site – hygiène, sécurité, prévention des accidents.

Pour répondre aux besoins du pays entier, 877 employés font tourner 9 lignes de production et 23 chaînes de conditionnement et d’emballage. Avant d’y accéder, il faut vêtir une combinaison stérile, une charlotte sur la tête, enfiler des chaussures de sécurité, porter des bouchons d’oreilles, et bien sûr avoir nettoyé ses mains. Dans le vacarme ambiant, les machines travaillent hors-poussière, sous le regard averti de quelques ingénieurs et employés vérifiant la conformité des produits. « A travers nos 33 usines en Chine, précise le directeur du site, 1,9 million de contrôles, 45.000 tests qualité interviennent chaque jour. Les normes chinoises sont mêmes parfois plus strictes que celles pratiquées en Europe ». En 2008, l’établissement recevait le titre honorifique de « site modèle de sécurité alimentaire » décerné par le gouvernement municipal. Après l’explosion chimique au port de Tianjin en 2015, Nestlé a resserré la collaboration avec les autorités locales, notamment en gestion des produits dangereux tel l’ammoniaque, dont l’usine requiert en permanence quelques tonnes pour refroidir les machines — le réfrigérant le plus respectueux de l’environnement.

Ici, biscuits et glaces représentent plus de 95% de la production, celle des céréales pour le petit-déjeuner restant encore marginale. Difficile de remplacer les traditionnels mantou (pains vapeur fourrés), youjiao (chichis) et autres jianbing (crêpes) ! Mais Nestlé ne cesse de s’adapter aux goûts locaux, avec de nouveaux produits plus diététiques, comme une glace au yaourt 25% moins calorique, ou des gaufrettes sans nappage, aux algues, patate douce violette, ou fromage (cf photo). Ces goûts asiatiques revisités, Nestlé rêve de les exporter vers l’Europe : faire du sésame, du thé vert ou du haricot rouge, une alternative aux arômes du vieux Continent !

 

Nous vous recommandons

Le Vent de la Chine

Le Vent de la Chine

Le Vent de la Chine est une newsletter hebdomadaire d'analyse de l'actualité économique et politique, et sociétale - réputée pour son sérieux et son analyse de qualité auprès des professionnels depuis 1996.
0 CommentairesRéagir

Actualités

ASSOCIATION

ASSOCIATION - L’OMS, les 15 ans d’une âme provençale à Shanghai

L’OMS, est la plus vieille association francophone de Shanghai. Elle a pour vocation de rassembler les expatriés français venant de Provence et leur permettre de retrouver un petit coin de France.

Communauté

EDITO

EDITO – Le Petit Journal part en vacances d’été !

 Vous avez été nombreux au rendez-vous, lecteurs fidèles et nouveaux venus, et nous vous en remercions. Cette nouvelle année passée à vos côtés a été un réel plaisir.