Mercredi 27 mars 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Une aide économique pour la Corée du Nord sous condition

Par La Rédaction Séoul | Publié le 14/05/2018 à 19:53 | Mis à jour le 14/05/2018 à 19:53
Une aide économique pour la Corée du Nord si elle dénucléarise

Lors de sa rencontre avec la Corée du Nord, le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, à laisser entendre des récompenses économiques à venir pour le régime nord-coréen si celui-ci mettait un terme à ses programmes d'armement nucléaire.

 

Vendredi, le secrétaire d'État américain a déclaré que son entretien avec Kim Jong-un à Pyongyang avait été "chaleureux", "constructif" et "positif", et il a précisé que si la Corée du Nord démantelait ses armes nucléaires de manière permanente et vérifiable, les Etats-Unis seraient désireux d'aider à stimuler l'économie du Nord.

"Si la Corée du Nord prend des mesures énergiques pour dénucléariser rapidement, les Etats-Unis sont prêts à travailler avec la Corée du Nord pour atteindre la prospérité de nos amis sud-coréens", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse avec la ministre des affaires étrangères Kang Kyung-wha.

 


Après la réunion, les médias du Nord ont déclaré que Pompeo et Kim Jong-un avaient atteint un "consensus satisfaisant" et Kim a félicité Trump pour avoir montré de l'intérêt à résoudre les problèmes par le dialogue "avec de nouvelles alternatives".

En tant que tel, on s'attend à ce que les deux pays se rapprochent d'un accord sur les moyens de parvenir à la dénucléarisation et à garantir la sécurité du régime de Kim Jong-un avant leur sommet historique prévu pour le 12 juin à Singapour.

logo seoul

La Rédaction Séoul

L'édition de Séoul de lepetitjournal.com, le média de référence des Français, francophones et francophiles à l'étranger.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Bucarest Appercu

MICRO-TROTTOIR - De la France à la Roumanie, changement de vie?

Il y aurait plus de 3000 Français inscrits sur le registre officiel des Français de Roumanie et plus de 5000 Français sur le territoire. Notre rédaction est allée à la rencontre de cinq Françai(se)s d