Arca: « de l’aide sociale à l’entrepreneuriat dans les favélas de São Paulo »

Par Vincent Bosson | Publié le 09/06/2022 à 10:06 | Mis à jour le 10/06/2022 à 10:23
Photo : Une fillette de l'association Arca à Vila Prudente / Vincent Bosson
Association Arca

Dans la communauté de Vila Prudente à São Paulo, l’association française Arca apporte un soutien socio-éducatif aux enfants du quartier et un accompagnement professionnel aux jeunes adultes. Nous avons rencontré l’équipe d’Arca qui nous a expliqué les objectifs de l’association et de leur implication dans la communauté. Visite :

 

Arca : l'association franco-brésilienne au cœur de l’une des plus anciennes favélas de São Paulo

Située le long d'un chemin de fer d'un côté et d'immeubles flambants neufs de l'autre, la favéla de Vila Prudente est bien singulière. Dans cette petite cité de bout de ficelle, on parle français.

 « Bonjour ! Ça va ? », nous lance un homme d'une trentaine d'années.

Avec sa casquette vissée sur la tête, barbichette au menton et sandales aux pieds, il nous regarde en souriant pendant que j'avance dans la ruelle menant à l'association Arca. Surpris, nous lui retournons la réplique en balbutiant quelques mots incompréhensibles.

« Il y a deux accès pour entrer dans la communauté. Vous pouvez passer par cette rue, mais l’autre, c'est le territoire des trafiquants », nous avaient prévenus les responsables de l’association avant notre arrivée.

 

En tournant vers la ruelle qui longe la voie ferrée, l'ambiance contraste complètement avec les premières recommandations. La petite rue animée et colorée de mosaïque est bordée, d'un côté, par des fleurs et bosquets de végétation, et de l'autre, par de petits commerces imbriqués à des habitations de briques, où des tubes de PVC traversent les murs ici et là pour former un véritable dédale de canalisations.

Nous apercevons même un poème de Victor Hugo écrit en guise de bienvenue :

 

Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne.

S'il ne s'agit pas des vers les plus heureux de l'écrivain, il témoigne de la force de l'homme à travers les blessures de la vie, tout comme, sans doute, les habitants de Vila Prudente face aux conditions de vie.

 

Nicollas dos Santos
Nicollas dos Santos dans les bureaux d'Arca à Vila Prudente / Vincent Bosson

 

Arca do Saber

Le travail a commencé dans les années 90 avec une religieuse et, en 2001, l’association a été constituée officiellement. Arca do Saber fonctionne comme un « centre de loisirs » pour enfants et adolescents, au milieu de la favéla Vila Prudente. L'association accueille plus d'une centaine d'enfants par jour et propose, entre autres, des activités socio-éducatives.

En 2017, pour répondre au manque de suivi des jeunes adultes, l’association s’est agrandie avec Arca do Crescer, en proposant des formations et des accompagnements professionnels.  

 

C’est le cas de Nicollas dos Santos (20) qui a grandi dans la communauté de Vila Prudente et qui a été accompagné toute son enfance par Arca do Saber. Nicollas dos Santos nous raconte qu’il a ensuite « participé à la première formation professionnelle en boulangerie et en anglais et grâce à Arca do Crescer, il a réalisé un stage dans la banque BNP Paribas ». Après cette expérience, il a commencé à travailler pour l’association dans la comptabilité.

Pour Edna Maria da Silva, assistante sociale à Arca depuis 18 ans, l’association ne se contente pas d'aider l'enfant.

 

Arca forme l'enfant pour la vie, pour qu'il puisse grandir, se développer tant sur le plan personnel que professionnel.

Pour les enfants qui vont à l’école le matin, ils bénéficient de l’accompagnement d’Arca l’après-midi et vice-versa pour l’autre groupe, étant donné qu’Arca do Saber a un agrément avec la municipalité au niveau de l’assistance sociale.

 

Rosimeire Ribeiro dos Santos, la coordinatrice pédagogique, nous explique que les familles rencontrent des difficultés au sein de la communauté en raison du trafic de drogue, de la violence, mais la liste d'attente est longue pour entrer Arca. L’association propose diverses activités pour les enfants entre 6 et 14 ans, comme la capoeira, les langues, le théâtre, la danse, l’informatique, le rugby, avec le Pasteur Athlétique Club le samedi, etc.

 

Arca do Crescer
Inauguration d'Arca Do Crescer en 2017 avec, de gauche à droite:
Frédéric Rio, Président de l’Escolinha Arca De Noé,
Brieux Pont, ancien Consul de France à São Paulo,
Filipe Sabará, Ancien Secrétaire à l'assistance et au développement social à São Paulo,
Evelyne Debrousse, ex-présidente d’Arca do Saber

 

Arca do Crescer

Pour comprendre le fonctionnement d’Arca do Crescer, nous avons rencontré la directrice du centre, Géraldine Challe, qui a accepté de nous parler de l’accompagnement professionnel proposé.

D’abord, le projet est né du constat suivant : après 15 ans, les jeunes ne peuvent plus bénéficier du suivi par Arca do Saber, alors que l’adolescence est un âge critique. L’idée de donc proposer des formations professionnelles gratuites pour les jeunes âgés de 15 ans ou plus. Comment trouver un emploi, faire un lien avec le réseau d’entreprise d’Arca, les former et les aider à trouver un premier travail. Arca do Crescer a démarré fin 2017, financée à 100% par des partenaires privés.

 

Premier axe de travail : la formation

L’association a commencé par une formation boulangerie, reconnue par le SENAI. Il y a depuis des modules professionnels pour la pâtisserie, la fabrication de pizza, de gâteau, « salgados » et paneton. Les personnes qui suivent ce type de formation ont un profil d’entrepreneur et sont plus âgés.

Les autres formations concernent la logistique, la vente et le marketing, également reconnues par le SENAI/SENAC et un cours d’informatique en ligne, RECODE qui fait partie d’un programme national. Arca do Crescer a aussi un partenariat avec le EdTech Foreducation qui travaille sur les outils de Google Eduction.

Ce sont des formations de 160h et en plus de la partie technique, Arca do Crescer propose un accompagnement sur le développement, la connaissance de soi, le travail sur l’estime de soi, la préparation à l’entretien d’embauche, la visite d’une entreprise partenaire.

 

Communauté de Vila Prudente
Communauté de Vila Prudente / Vincent Bosson

 

Second axe de travail : l’accompagnement professionnel

Une fois le jeune formé, l’équipe d’Arca do Crescer l’accompagne dans sa démarche de recherche de travail. D’abord, les éducateurs l’aident dans la préparation : faire un CV, trouver des entreprises, etc. Il y a ensuite un accompagnant du jeune avec notre équipe et le service de DRH de l’entreprise, mais aussi à travers un programme de tutorat : des duos sont créés avec des jeunes formés à Arca et un mentor qui est un bénévole d’une entreprise partenaire, pendant 6 mois, avec un processus de sélection basée sur des tests de personnalité.

 

Pour beaucoup, Arca c’est le petit coup de pouce qui permet de mettre le jeune en lien avec la bonne personne.

L’évaluation du projet montre que les jeunes ont plus de confiance en eux, prennent la parole, gèrent mieux les imprévus. Grâce au monitoring, 80% des jeunes ont trouvé un emploi.

Aussi, depuis la pandémie, de nombreuses personnes se sont retrouvées au chômage et se sont présentées à Arca do Crescer pour faire des formations alimentaires, d’où le cours des « salgados ». Dès lors, l’association a mis en place un partenariat avec le SEBRAE dans le cadre de la gestion de l’entreprise. Depuis cette année, Arca sélectionne 10 petites entreprises de la favéla ou de la région périphérique que l’association accompagne pendant un an.

Pour beaucoup, Arca c’est le petit coup de pouce qui permet de mettre le jeune en lien avec la bonne personne.

 

Groupe d'enfants à Arca do Saber
Groupe d'enfants à Arca do Saber / Vincent Bosson
Vincent Bosson

Vincent Bosson

Formé en science de l’éducation et en sociologie, Vincent Bosson est photojournaliste installé à São Paulo, correspondant de lepetitjournal.com pour ses éditions au Brésil (Rio de Janeiro et São Paulo).
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction São Paulo !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale