Alexandra Planaud: "Après avoir été aidée, j’avais envie d’aider à mon tour"

Par Vincent Bosson | Publié le 22/06/2022 à 09:33 | Mis à jour le 22/06/2022 à 11:55
Photo : Alexandra Planaud / Vincent Bosson
Alexandra Planaud pose devant un tableau

Arrivée avec sa famille en mars 2021 à São Paulo, Alexandra Planaud est la Présidente de l’association São Paulo Accueil. Nous l’avons rencontrée pour échanger sur son arrivée au Brésil et de l’accueil des familles françaises.

 

Mme Alexandra Planaud, vous avez atterri au Brésil en pleine pandémie, pouvez-vous nous raconter votre arrivée à São Paulo ?

Nous sommes arrivés pendant la pandémie où tout était fermé. Nous avions pris un Airbnb, près de l’école qui était elle aussi fermée ; l’aîné des enfants a découvert l’école derrière un écran. C’était un peu galère. Puis j’ai rencontré Margot, qui m’a fait découvrir l’association São Paulo Accueil (SPA). Cela m’a beaucoup aidé à mon arrivée au Brésil, car, malgré la pandémie, l’association s’était adaptée en proposant des activités en ligne, comme le cycle de conférence sur l’histoire du Brésil. Et, au fur et à mesure, j’ai rencontré des gens.

 

L’arrivée est compliquée pour tout le monde, avant de commencer à appréhender la langue et la ville ; et c’est ce qui m’a donné envie de reprendre SPA, pour aider les familles dans ce passage. Après avoir été aidée, j’avais envie d’aider à mon tour.

 

Pouvez-vous partager vos découvertes avec l’association São Paulo Accueil ?

São Paulo Accueil a depuis a repris les visites, comme au parc Ibirapuera qui était jusqu’alors fermé. Avec Josée, notre guide, j’ai rencontré Stéphanie, la responsable pôle culture, j’ai visité la cathédrale Sé, le quartier de Bela Vista. Puis on m’a proposé de participer à SPA, c’était l’occasion de sortir de ma zone de confort et j’ai rencontré une super équipe dynamique avec plein d’idées.

Ce n’est pas un travail à temps plein, on donne ce que l’on peut, ce n’est pas sprint, mais un marathon. On s’engage sur un an (pour une matinée par mois, par exemple, ou un évènement en particulier comme le bazar où l’association a besoin de beaucoup de mains).

 

Notre objectif, c’est l’accueil, favoriser les échanges, avec des sorties culturelles, le club pro, la solidarité.

J’ai d’abord intégré le pôle culture, qui se réunit une fois par mois pour échanger sur le programme, avec des sorties plus classiques, la découverte de nouveaux quartiers ou encore de nouveaux défis, comme ce matin, lorsque j’ai accompagné un groupe qui voulait découvrir le Beach tennis, via cette fois-ci le pôle activités.

J’ai repris la présidence de SPA, au moment où Margot ne savait pas encore si elle allait quitter le Brésil. Elle est finalement restée et aujourd’hui, elle m’aide pour le secrétariat, le suivi des adhésions, les activités, le club pro et la communication.  

Notre objectif, c’est l’accueil, favoriser les échanges, avec des sorties culturelles, le club pro, la solidarité.

 

 

São Paulo Accueil propose différents pôles d’activités, pouvez-vous nous expliquer comment cela fonctionne ?

Il existe cinq pôles, dont le premier est l’accueil. On reçoit de nombreux mails avant le départ de l’expatriation. On échange sur les quartiers où vivent les Français, les écoles, le budget, la vie quotidienne. Il y a aussi un séminaire, deux fois par an, pour la partie accueil et administrative : comme s’inscrire sur la liste consulaire pour pouvoir voter, qu’est-ce qu’un CPF, un RNM, le « cartório », etc. ?

 

Le deuxième pôle concerne les activités, pour favoriser les échanges, les rencontres. On se base sur les souhaits des adhérents, comme le Beach tennis, la fabrication de bouquet de fleurs, des cours de Pilate, de la samba dans le parc, la sensibilisation au changement climatique, des cours de photo. Il y a aussi des activités permanentes, comme le golf, le mercredi matin, de bridge ou encore le running le lundi matin.

 

Le troisième pôle, c’est la culture, à travers la découverte de São Paulo, des quartiers comme Pinheiros, le Centro, Liberdade..., la visite de musées, la biennale d’art contemporain. En amont de ces activités, on essaie de faire des conférences, des zooms d’une heure pour découvrir les visites programmées, comme sur le carnaval, les femmes brésiliennes, l’histoire du Brésil.

On a deux guides, Carolina de Manaca et Josée qui ont toujours plein d’idée et de bonnes histoires.

 

Le quatrième pôle, c’est le club pro, initié en 2021 par Béatrice et Margot, pour répondre aux demandes des adhérents. Pour les femmes ou les hommes qui suivent leur conjoint en expatriation et qui se retrouvent en pause professionnelle, ils ont parfois envie de créer leur entreprise, reprendre des études. L’idée est de donner des outils pour ces profils ; par exemple, comment communiquer sur les réseaux sociaux, l’interculturalité, ou un partage d’expériences, etc.

 

Le cinquième pôle est celui de la solidarité. On soutient 7 associations brésiliennes à São Paulo : Arca, AA Criança, ADAE, Instituto Adus, Apis, Cada da Criança, Mission Santé Fé. SPA organise des visites solidaires, des évènements comme le bazar. L’association est affiliée à la FIAFE qui regroupe tous les accueils du monde. Exceptionnellement, São Paulo Accueil a fait cette année une vente au profit de Varsovie Accueil qui a aidé des familles ukrainiennes, soutenant l’accueil de mères célibataires au sein d’une maison de retraite. La Bienfaisance a également fait un don et on a pu donner plus de 850 euros. 

 

São Paulo Accueil organise aussi tous les ans un bazar qui réunit plus de 70 artisans au Lycée Pasteur. Les entrées des visiteurs et des artisans bénéficient aux associations brésiliennes que SPA soutient, comme la vente des livres de La Bouquinerie est aussi rattachée à l’association SPA.

 

 

Comment s’informer et participer à São Paulo Accueil ?

Tous les mois, on envoie une newsletter pour présenter les différentes activités, il y a un site internet et une page Instagram et Facebook qu’on alimente régulièrement. On demande une adhésion de 200 réais par famille et par an. Jérôme Moitry, lui s’occupe de la partie partenariat, qui permet aux adhérents de bénéficier de réduction des partenaires et de soutenir l’association.

Tous les francophones et francophiles de São Paulo sont les bienvenus à l’association, ils peuvent nous rejoindre comme adhérent ou comme bénévole. Plus on est nombreux, plus on a de bonnes idées et plus l’association peut s’agrandir.

Vincent Bosson

Vincent Bosson

Formé en science de l’éducation et en sociologie, Vincent Bosson est photojournaliste installé à São Paulo, correspondant de lepetitjournal.com pour ses éditions au Brésil (Rio de Janeiro et São Paulo).
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction São Paulo !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale