TEST: 2286

Censure : la Justice brésilienne interdit la diffusion d’un film avec Fabio Porchat

Par Vincent Bosson | Publié le 18/03/2022 à 11:16 | Mis à jour le 18/03/2022 à 11:16
Photo : Extrait du film "Como se tornar o pior aluno da escola" / Copie d'écran
Brésil-censure-film

Le ministère de la Justice et de la Sécurité Publique a décidé que le film "Como se tornar o pior aluno da escola" - "Comment devenir le pire élève de l’école", en français - avec Danilo Gentili et Fabio Porchat, soit retiré des catalogues des plateformes de streaming au Brésil. Le film, sorti en 2017, a été la cible de critiques de la part des influenceurs bolsonaristes cette semaine.

 

Les raisons de la censure du film "Comment devenir le pire élève de l’école"

 

La décision du ministère de la Justice fait suite à une scène devenue virale cette semaine, dans laquelle le personnage de Fábio Porchat, le méchant Cristiano, fait chanter et harcèle sexuellement deux garçons. Dans le film, Cristiano interrompt Pedro et Bernardo, leur demande d'arrêter de se disputer et, pour ne pas être lésé à l'école, de le masturber. Les enfants réagissent avec étonnement et répulsion, refusant la demande. Le film, réalisé par Fabrício Bittar, est inspiré d'un livre du même nom de l’auteur Danilo Gentili, publié en 2009.

À sa sortie en salle en 2017, la classification du film a été déterminée par le ministère de la Justice lui-même, qui a fixé un âge minimum de 14 ans. Notez qu'il est interdit au moins de 18 ans sur Netflix.

La campagne diffusé contre le film sur les réseaux sociaux a commencé avec le député André Fernandes, un Youtuber qui a été banni de Facebook en 2017 pour homophobie et messages contre les droits de l'homme. Il a également été condamné, en 2020, à indemniser la journaliste Patrícia Campos Mello, du journal de Folha de S. Paulo, à hauteur de 50 000 réais pour l'avoir accusée d'échanger des relations sexuelles contre des informations nuisibles au président Jair Bolsonaro.

 

Bande Annonce du film "Comment devenir le pire élève de l’école"

 

Les réponses de Fábio Porchat et Danilo Gentili à la censure

 

Dans un texte envoyé à O Globo, Fábio Porchat, acteur et humoriste brésilien qui est connu pour sa chaîne satirique "Porta dos fundos", sur Youtube, souligne que le film est une œuvre de fiction et que son personnage est "le méchant". À de la sortie du film en 2017, Fábio Porchat avait déjà déclaré dans un entretien que "la scène est épouvantable, et a été écrite pour l'être".

 

Lorsque le méchant fait des choses horribles dans le film, ce ne sont pas des excuses ou des encouragements à ce qu'il pratique, c'est le monde pervers de ce personnage qui est révélé. Parfois, c'est dur à regarder, c'est vrai. Plus l'acte est barbare, plus il est répugnant. Maintenant, pouvez-vous imaginer si, à cause de cela, nous ne pouvions plus montrer à l'écran des scènes fortes comme le trafic de drogue et le meurtre ? N'aurions-nous pas la Cité de Dieu ? Ou le trafic d'enfants dans la gare centrale ? Mais c'est une fiction, n'est-ce pas ? », écrit Fábio Porchat

Danilo Gentili, également acteur et humoriste brésilien, s'est exprimé sur Twitter, en déclarant que la plus grande fierté de sa carrière est d'avoir réussi à « déplaire à la fois aux partisans du PT et aux bolsonaristes". Lors des élections de 2018, Danilo Gentili avait soutenu le candidat de l'époque à la présidence, Jair Bolsonaro. Toutefois, il a par la suite exprimé des regrets pour son vote.

De leur côté, Globoplay et Telecine ont décidé de ne pas retirer le film de leur catalogue, mentionnant un acte de censure de la part du ministère de la Justice. À ce jour, Netflix ne s’est pas exprimé.

Néanmoins, pour Sydney Sanches, président de la Commission nationale du droit d'auteur de l'Association du barreau brésilien (OAB), «le ministère de la Justice peut recommander et dire qu'il considère que la classification d’un film ne répond pas aux critères définis par la loi. Ce qu'il ne peut pas faire, c'est empêcher la circulation de l'œuvre".

Vincent Bosson

Vincent Bosson

Formé en science de l’éducation et en sociologie, Vincent Bosson est photojournaliste installé à São Paulo, correspondant de lepetitjournal.com pour ses éditions au Brésil (Rio de Janeiro et São Paulo).
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction São Paulo !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale