TEST: 2286

Brésil : un projet gouvernemental prévoit l’exploitation minière en terre autochtone

Par Vincent Bosson | Publié le 14/03/2022 à 11:27 | Mis à jour le 14/03/2022 à 11:27
Photo : Activité minière dans le territoire indien des Yanomami / Chico Batata - Greenpeace
Activité minière dans le territoire indien des Yanomami

Rédigé par le gouvernement actuel, un projet de loi autorise l'exploitation minière, la production hydroélectrique, l'exploration pétrolière et gazière et l'agriculture à grande échelle sur les terres autochtones au Brésil.

 

Profitant de la guerre en Europe, entre la Russie et l'Ukraine, Bolsonaro a demandé au parlement d'approuver le projet en priorité. La demande a été faite sous l’argument que l'agrobusiness brésilien pourrait souffrir d’une pénurie d'engrais à base de potassium, étant donné que la plupart des importations proviennent de Russie.

 

Le grand rêve du gouvernement Bolsonaro : l’exploitation minière en terre indienne

 

La proposition a été transmise au mois de février 2020 par le ministre de la Justice de l'époque, Sérgio Moro, et par Bento Albuquerque, du ministère des Mines et de l'Énergie. À l'époque, le parlement était présidé par Rodrigo Maia. Après une intense mobilisation des peuples autochtones et de leurs alliés, Maia a décidé de ne pas mettre la question à l'ordre du jour. Aujourd'hui, avec l'arrivée d'Arthur Lira à la direction de la chambre des députés, le projet est de nouveau sur la table.

"Notre sécurité alimentaire et notre économie exigent de nous, exécutif et législatif, des mesures qui nous permettent de ne pas dépendre de l'extérieur de quelque chose que nous avons en abondance", a tweeté le président de la République Jair Bolsonaro le 2 mars. 

 

De faux arguments en faveur de l’exploitation minière en terre autochtone

 

Pour la députée fédérale Joenia Wapichana (Rede-RR), l'exploitation minière doit être tenue à l'écart des terres indigènes et des propositions comme ce projet, rédigé par l'exécutif sous le gouvernement Bolsonaro, ne devraient même pas être en discussion. Pour son premier mandat, la première femme indigène élue au parlement brésilien décrit la vie quotidienne sur l'Esplanade comme étant faite de "lutte et de souffrance", mais garantit que, même en cas de défaite, les projets qui menacent l'environnement et les droits des populations traditionnelles "ne passeront pas sans résistance", a-t-elle souligné dans un entretien au site d’information Pública.

 

Le grand rêve de Bolsonaro est d'être un prospecteur à l'intérieur des terres indigènes, il ne le cache à personne

Cependant, une enquête menée par le journal Estadão a montré que la plupart des mines de potasse de l'État d'Amazonas se trouvent en dehors des terres indigènes, contrairement à ce que laisse entendre le président.

Ce mercredi (9), la Chambre des représentants a décidé que le projet de loi serait traité en priorité et le président de la Chambre, Arthur Lira, a annoncé la création d'un groupe de travail pour discuter du projet de loi, qui devrait être voté en plénière jusqu'au 14 avril.

Vincent Bosson

Vincent Bosson

Formé en science de l’éducation et en sociologie, Vincent Bosson est photojournaliste installé à São Paulo, correspondant de lepetitjournal.com pour ses éditions au Brésil (Rio de Janeiro et São Paulo).
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction São Paulo !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale