Lundi 18 octobre 2021
TEST: 2285

Le bicentenaire de la mort de Napoléon commémoré jusqu’au Chili

Par Naïla Derroisné | Publié le 05/05/2021 à 13:00 | Mis à jour le 05/05/2021 à 13:00
Photo : Tableau peint en 1803 par le baron François Pascal Simon Gérard - Photo prise par Renaud Camus, musée Condé, château de Chantilly - Source : Flickr.com
il s'agit d'un portrait de napoleon bonaparte

Ce mercredi 5 mai sont commémorés les 200 ans de la mort de Napoléon Bonaparte. L'influence de celui qui fut l’empereur des Français de 1804 à 1814, s’est même étendue jusqu’au Chili. Pays auquel Napoléon a légué un héritage encore bien méconnu par la plupart des gens.  

"Vivant, il a manqué le monde ; mort, il le possède". Dans cette citation, François René de Chateaubriand parlait de Napoléon Bonaparte. Aujourd’hui, cela fait 200 ans que l’empereur est mort. Il est décédé le 5 mai 1821 sur l’île de Sainte-Hélène, en plein océan Atlantique, où il s’était exilé. Et pourtant, Napoléon fait toujours autant parler de lui, déchaînant les passions, suscitant admiration ou provoquant indignation.

Dans l’hexagone, Emmanuel Macron commémore aujourd’hui le bicentenaire de sa mort en prononçant un discours à l’Institut de France et en allant visiter le tombeau de l’empereur. De l’autre côté de la planète, à Santiago, une visioconférence est organisée ce soir, à partir de 18 heures, car "l’histoire de Napoléon est liée à celle du Chili", fait remarquer Marc Turrel, délégué de la fondation Napoléon au Chili. Après la chute de l’empereur, 2 000 militaires napoléoniens participent aux luttes pour l’indépendance en Amérique Latine. Au Chili, ils sont environ 200 à prendre part au combat contre les Espagnols, au sein de l’armée des Andes.  

Ce sont des valeurs telles que l’humanisme et le progrès, qui se sont répandues pendant trois siècles. - Marc Turrel.

Après l’indépendance du pays, en 1817, plusieurs officiers et soldats napoléoniens sont restés sur le territoire andin et se sont intégrés à la société civile chilienne. Leurs descendants ont par la suite occupé diverses professions. Certains étaient cartographes, d’autres ingénieurs, botanistes, photographes, architectes ou encore professeurs. Ces hommes et ces femmes, ont ainsi constitué "le premier noyau d’influence française au Chili", explique Marc Turrel. Et de poursuivre : "Ils ont enseigné leur discipline et ont totalement participé à la construction du pays." Cette coopération franco-chilienne dans les domaines des sciences, du progrès social ou de la médecine, ne s’est par la suite plus jamais arrêtée, et continue d’être, encore de nos jours. 

des soldats napoleoniens se preparent a tirer
Michal Matlon - Source : unsplash.com


"Ce sont des valeurs telles que l’humanisme et le progrès, qui se sont répandues pendant trois siècles", insiste le délégué de la fondation Napoléon au Chili. C’est pour cela qu’en plus de la commémoration du bicentenaire de l’empereur sera lancée, ce soir, l’exposition La galerie des Illustres : trois siècles de présence française au Chili. Des deux Antoine au 18e siècle, jusqu’aux prêtres André Jarlan et Pierre Dubois dans les années 1980, l’exposition retrace l’histoire de 70 illustres Français, qui se sont distingués chacun dans leur domaine. Plusieurs d’entre eux ont d’ailleurs donné leur nom à des rues, stations de métro ou encore campus universitaires : la rue Andre Jarlan, le métro Rondizonni, le campus Beauchef de l’université du Chili, et même la rue Napoleón...

C’est justement dans des moments de crise que la communauté doit se rassembler et s’identifier aux valeurs qui sont les siennes. - Marc Turrel.         

Afin de graver toutes ces histoires dans le marbre, Marc Turrel et son ami Patrick Puigmal - lui professeur d’histoire à l’université de Los Lagos - vont publier dans le courant de l’année, le premier livre illustré sur la présence français au Chili. Car selon Marc Turrel : "Il y a une carence en ce qui concerne la connaissance de la présence des Français au Chili. Ce livre, nous l’espérons, sera donc un moyen pour nos compatriotes qui vivent au Chili de se rapprocher de leur histoire."  

L’exposition devait initialement être lancée à la résidence de l’Ambassadeur, à Santiago, mais à cause des restrictions sanitaires la commémoration du bicentenaire et le lancement de La galerie des Illustres, se feront par visioconférence (voir les détails ci-dessous). "Nous espérons pouvoir présenter l’exposition le 14 juillet à la résidence de l’Ambassadeur", précise tout de même Marc Turrel. Et de conclure : "C’est vrai qu’au niveau logistique la pandémie nous a compliqué la tâche. Mais nous ne pouvions pas passer à côté de cet événement. Car c’est justement dans des moments de crise que la communauté doit se rassembler et s’identifier aux valeurs qui sont les siennes."  

Après Santiago, l’exposition devrait se déplacer dans d’autres villes : à la Serena en août, à Osorno en septembre, à l’université Catholique de Santiago en octobre, à Valdivia en novembre, à Concepción en décembre, et puis de nouveau à Santiago, à l’université du Chili cette fois-ci, ce sera en janvier de l’année prochaine. 

Pour assister au lancement de l’exposition La galerie des Illustres : trois siècles de présence française au Chili, rendez-vous ce soir, à 18 heures. Voici le lien pour accéder au Facebook Live : https://www.facebook.com/events/1205242306563236 

naïla Derroisné

Naïla Derroisné

Journaliste de formation Naïla mène divers projets d’investigation et audiovisuels au Chili, où elle vit depuis 2019. Correspondante pour des médias francophones elle est aussi la rédactrice en cheffe de Lepetitjournal.com à Santiago.
0 Commentaire (s) Réagir